Les Femmes de l'ombre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Femmes de l'ombre

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Jean-Paul Salomé lors de l'avant-première des Femmes de l'ombre diffusée à l'UGC Ciné Cité Les Halles, à Paris, le 26 février 2008.

Réalisation Jean-Paul Salomé
Scénario Jean-Paul Salomé
Laurent Vachaud
Acteurs principaux
Sortie 2008
Durée 115 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Femmes de l'ombre est un film français réalisé par Jean-Paul Salomé, sorti en 2008.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Engagée dans la résistance française, Louise Desfontaines est un agent de la branche française du SOE, un service secret britannique de renseignement et de sabotage.

Sa mission est d'exfiltrer un agent britannique géologue capturé par les Allemands alors qu’il préparait le débarquement sur les plages normandes (les caissons « Phoenix »). Pour le libérer avant qu'il ne parle, Louise doit constituer dans l'urgence un commando de femmes. Elle choisit Suzy, danseuse de cabaret qui sait charmer les hommes, puis Gaëlle, chimiste, spécialiste en explosifs et enfin, Jeanne, prostituée, capable d’assassiner de sang froid.

Parachutées, elles sont aidées par Maria, résistante juive italienne, opérateur radio.

La libération du géologue est un succès, mais il est demandé au commando de regagner Paris pour une ultime mission, l'assassinat du Colonel Heindrich. Cette élimination est d'autant plus importante que, sous la torture, Pierre Desfontaines (frère de Louise et instigateur de la mission) révèle les secrets du géoloque anglais. Failles et forces du caractère de ces femmes vont se révéler tout au long de cette mission.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Éléments de réalité historique[modifier | modifier le code]

D'après le réalisateur et coscénariste Jean-Paul Salomé, la source d'inspiration utilisée pour construire le scénario de ce film a été l'engagement dans la résistance, au côté de son frère Claude, de Lise de Baissac. Celle-ci, née à l'île Maurice et de nationalité britannique, était partie à Londres rejoindre son frère engagé au SOE. Comme le précise Jean-Paul Salomé, « le film n'est en aucun cas leur biographie »[2]. On peut estimer que le film est davantage fidèle au caractère de Lise de Baissac — réputée pour son sang-froid, sa prudence et son esprit de décision — qu'aux détails concrets de son engagement, qui incluait le sabotage et le renseignement, mais peu vraisemblablement des assassinats.

Les photographies des dossiers que le colonel Heinrich compulse, avant de trouver celui de Louise Desfontaines, sont celles de Marie-Madeleine Fourcade, par deux fois[3],[4].

Box-office[modifier | modifier le code]

Film Box-Office France[5] Box-Office Etranger[6] Total
Les Femmes de l'ombre 841 928 entrées 1 013 185 entrées 1 855 113 entrées
  • Le film a connu du succès en Chine, avec 820 000 entrées dans les salles chinoises[6].

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

La scène d'ouverture a été tournée au dépôt de l'AJECTA à Longueville, en Seine-et-Marne.

La scène de la station de métro Concorde a été tournée à la station Porte des Lilas-Cinéma, dédiée aujourd'hui aux tournages de films. Deux rames Sprague-Thomson furent utilisées pour ce tournage. Les scènes extérieures sont en revanche tournées place de la Concorde.

Des scènes sont également tournées rue de Rivoli et à l’hôtel Régina.

De nombreuses scènes ont également été tournées au château de Fontainebleau.

D'autres ont été tournées à la maison d'éducation de la Légion d'honneur de Saint Denis[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Les Femmes de l'ombre sur l’Internet Movie Database
  2. TFMdistribution.com
  3. Couverture de la biographie de Marie-Madeleine Fourcade, par Michèle Cointet.
  4. Couverture du livre de Marie-Madeleine Fourcade, L'Arche de Noé.
  5. JP's Box-Office Fiche : Les Femmes de l'ombre
  6. a et b Unifrance Bilan 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :