Les Fantômes (Landowski)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Les Fantômes de Landowski)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fantôme (homonymie).
Les Fantômes
Présentation
Propriétaire État
Protection Logo monument historique Classé MH (1934)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Commune Oulchy-le-Château
Localisation
Coordonnées 49° 12′ 51.13″ N 3° 24′ 32.72″ E / 49.2142028, 3.409088949° 12′ 51.13″ Nord 3° 24′ 32.72″ Est / 49.2142028, 3.4090889  

Géolocalisation sur la carte : Aisne

(Voir situation sur carte : Aisne)
Les Fantômes

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Les Fantômes

Les Fantômes est un monument aux morts réalisé par le sculpteur français Paul Landowski (1875-1961) et érigé dans la plaine de Chalmont à Oulchy-le-Château dans l'Aisne, à l'endroit précis où se décida le sort de la Seconde bataille de la Marne en 1918.

« Ces morts je les relèverai  » : c'est la promesse de Paul Landowski en 1916, alors qu'il participe à la Première Guerre mondiale qui se déroula de 1914 à 1918. Cette guerre a mis en jeu plus de soldats, provoqué plus de décès et causé plus de destruction matérielle que toute guerre antérieure. Plus de 60 millions de soldats y ont pris part[1],[2]. Pendant cette guerre, environ 9 millions de personnes sont décédées et environ 8 millions sont devenues invalides[3],[4].

Descriptif et symbolisme[modifier | modifier le code]

Pour ce mémorial, Landowski a composé une double sculpture exprimant l'ambiguïté de la victoire de la France et de ses alliés dans cette guerre.

La première est implantée en haut de la butte de Chalmont, à Oulchy-le-Château. C'est un groupe en granit constitué de sept soldats et d'un jeune homme nu, hauts de 8 mètres[5]. Chaque soldat incarne une arme : une jeune recrue, un sapeur, un grenadier, un colonial, un mitrailleur, un fantassin et un aviateur. Ils ont les yeux clos et sont légèrement inclinés comme se relevant de leur linceul. Les sept fantômes entourent et protègent un homme nu, jeune martyr protégé par ses aînés revenus de la mort[6].

À l'avant de ce groupe, la seconde sculpture est une femme dénommée La France. Quatre plates-formes séparent La France des Fantômes : ce sont les quatre années (et trois mois) que la guerre a duré.

La France, érigée au premier plan au bas de la butte, symbolise la victoire et l'espoir. Son bouclier a protégé le pays : « elle est la sœur de Sainte Geneviève... Elle avance toute droite sans un geste... La seule arme qu'elle porte est défensive. C'est le bouclier portant les trois déesses qui font la devise de la France, Liberté, Égalité, Fraternité...»[7] Pour atteindre les fantômes, il faut gravir 4 séries de marches qui symbolisent les années de guerre.

Histoire[modifier | modifier le code]

En novembre 1919, Landowski reçoit la commande de l'État de réaliser un projet en plâtre d'un monument. Landowski le dénomme Les Morts, bien que celui-ci présente déjà des Fantômes préférés à des gisants. Cette sculpture en plâtre obtient une médaille d'honneur en 1923 au Salon des Artistes. Plusieurs lieux seront étudiés pour l'implantation du monument : Verdun puis l'ossuaire de Douaumont et enfin la butte de Chalmont à Oulchy-le-Château, qui vit les Allemands se replier, en particulier le 28 juillet 1918. La commande officielle est passée en juillet 1926.

Le monument a été inauguré le 27 juillet 1935 par le Président Albert Lebrun.

La sculpture Les Fantômes est une propriété de l'État, elle fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 31 juillet 1934[8].

Mémoire[modifier | modifier le code]

Il a été organisé sur le site un spectacle commémoratif en août 2008[9]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Landowski, La pierre d'éternité. L'ouvrage a été publié en 2004 à l'occasion de l'exposition « Paul Landowski La pierre d'éternité » présentée à l'Historial de la Grande Guerre de Péronne dans la Somme.

À voir[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Julián Casanova, « The Treaty of Versailles and its Consequences »,‎ 16 décembre 2002 (consulté le 23 décembre 2008)
  2. (en) Klaus J. Bade et Allison Brown, Migration in European History, Blackwell,‎ 2003, 167 p. (ISBN 0631189394)
  3. Encyclopédie de la Grande Guerre 1914-1918, Paris, Bayard,‎ 2004 (ISBN 2-227-13945-5)
  4. (en) Michael Duffy, « Military Casualties of World War One »,‎ 2 mars 2006 (consulté le 23 décembre 2008)
  5. Les fantômes de la Marne
  6. Petit patrimoine
  7. Journal de Landowski du 14 novembre 1919.
  8. « Notice no PA00115857 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Source : L'Union Presse