Les Dix Commandements (film, 1923)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Dix Commandements.
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le film de 1923 ; pour son remake de 1956, voir Les Dix Commandements (film, 1956)

Les Dix Commandements

Titre original The Ten Commandments
Réalisation Cecil B. DeMille
Scénario Jeanie Macpherson
Acteurs principaux
Sociétés de production Paramount Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Historique, Péplum
Sortie 1923
Durée 136 min (2 h 16)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Dix Commandements (The Ten Commandments) est un film muet épique américain réalisé par Cecil B. DeMille, sorti en 1923.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans sa première partie, le film raconte l'épisode biblique de la captivité des Hébreux en Égypte à l'époque du pharaon Ramsès II (Charles de Rochefort), leur exode vers la Terre Promise, la traversée de la Mer Rouge, Moïse (Theodore Roberts) recevant les tables des Dix Commandements.
La seconde partie se situe dans les années 1920. Elle relate l'histoire des deux fils d'une femme bigote (Edythe Chapman), l'un mauvais garçon (Rod La Roque), l'autre sérieux (Richard Dix), qui convoitent tous deux la même jeune femme.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Et, parmi les acteurs non crédités :

Autour du film[modifier | modifier le code]

Pour reconstituer la ville du pharaon, des décors gigantesques, conçus par Paul Iribe, ont été construits dans les dunes de Guadalupe près de Los Angeles ; certaines scènes ont été tournées en Technicolor, procédé nouveau à l’époque. 2 500 figurants ont été engagés, notamment pour les scènes montrant le départ des Hébreux et leurs poursuivants égyptiens. Le film a couté un peu plus d’un million de dollars ; la critique et le public ont surtout apprécié les scènes bibliques, la partie contemporaine passant un peu inaperçue[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 100 classiques du 7ème Art de Taschen (ouvrage collectif), éditions Jürgen Müller, 2008 (ISBN-978-3-8365-0861-2) - volume 1 : 1915-1959, p. 42-45

Liens externes[modifier | modifier le code]