Les Diables de Loudun (opéra)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Krzysztof Penderecki

Les Diables de Loudun (Die Teufel von Loudun) est un opéra en trois actes de Krzysztof Penderecki sur un livret en allemand du compositeur inspiré de l'affaire des démons de Loudun, composé en 1968 et créé le 20 juin 1969 au Staatsoper de Hambourg.

Distribution[modifier | modifier le code]

Rôle Typologie vocale Créateurs
Hambourg, 20 juin 1969
Jeanne, supérieure du couvent de Saint-Ursule soprano Tatiana Troyanos
Claire, sœur des Ursulines mezzo-soprano Cvetka Ahlin
Gabrielle, sœur des Ursulines soprano Helga Thieme
Louise, sœur des Ursulines soprano Ursula Boese
Philippe, jeune fille soprano lyrique Ingeborg Krüger
Ninon, jeune veuve contralto Elisabeth Steiner
Grandier, vicaire de l'église St. Pierre baryton Andrzej Hiolski
Le père Barré, vicaire de Chinon basse Bernard Ładysz
de Laubardemont, légat du roi ténor Helmuth Melchert
Le père Rangier basse Hans Sotin
Le père Mignon, confesseur des Ursulines ténor Horst Wilhelm
Adam, un pharmacien ténor Kurt Marschner
Mannoury, un chirurgien baryton Heinz Blankenburg
Le prince Henri de Condé, ambassadeur du Roi baryton William Workman
Le père Ambrose, un vieux prêtre basse Ernst Wiemann
Asmodeus basse Arnold Van Mill
Bontemps, un geolier baryton-basse Carl Schulz
d’Armagnac, maire de Loudun rôle parlé Joachim Hess
de Cerisay, juge de ville rôle parlé Rolf Mamero
Le clerc du comte rôle parlé Franz-Rudolf Eckhardt
Nonnes, carmélites, foule, enfants, gardes, et soldats
Direction musicale Henryk Czyż

Argument[modifier | modifier le code]

L'action qui se situe en 1634 relate les accusations de sorcellerie portées contre Urbain Grandier curé de Loudun. Le contexte historique est la décision de Richelieu d'abattre les murs de la ville contre la volonté du pouvoir municipal. Jeanne la prieure des Ursulines s'éprend d'Urbain Grandier et sa passion amoureuse se transmet à toutes les nonnes. Le père Barré tente d'exorciser Jeanne. Grandier est accusé d'envoûtement, supplicié puis conduit au bûcher. Jeanne expie par la prière.

Genèse[modifier | modifier le code]

L’œuvre est une commande de Rolf Liebermann alors à la tête du Staatsoper de Hambourg. Pour son premier opéra, Krzysztof Penderecki s'est inspiré de l'adaptation théâtrale que John Whiting a tiré en 1960 du roman d'Aldous Huxley The Devils of Loudun (1952). La mise en scène était de Konrad Swinarski, les décors de Lidia et Jerzy Skarzynski, Rolf Liebermann et Krzysztof Penderecki assurant la supervision artistique.

L'ouvrage a été révisé en 1972 puis en 1975, où le compositeur a ajouté deux nouvelles scènes au deuxième acte, cette dernière version étant la plus couramment jouée.

La création française a eu lieu le 4 février 1972 à l'Opéra de Marseille, dans une adaptation en français d'Antoine Goléa, avec Hélia T'Hézan, Andrée Esposito, Julien Haas, Gérard Serkoyan, Louis Rialland, Marcel Huylbrock, Jacques Doucet et Jean-Pierre Hurteau sous la direction de Reynald Giovaninetti, mise en scène de Margarita Wallmann et décors de Bernard Daydé.

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • Die Teufel von Loudun, Tatiana Troyanos (Jeanne), Cvetka Ahlin (sœur Claire), Ursula Boese (sœur Louise), Helga Thieme (sœur Gabrielle), Andrzej Hiolski (Urbain Grandier), chœur de l’Opéra d’État de Hambourg, Orchestre philharmonique d’État de Hambourg, Marek Janowski (dir.), Konrad Swinarski (mise en scène), Joachim Hess (réalisation) – DVD Arthaus Musik 101 279
    Production originale filmée quelques mois après la création avec la même distribution mais un chef différent.