Les Dalton courent toujours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Dalton courent toujours
36e histoire de la série Lucky Luke
Scénario René Goscinny
Dessin Morris
Genre(s) Franco-Belge
Aventure

Personnages principaux Lucky Luke
Les frères Dalton
Rantanplan

Éditeur Dupuis
Première publication Le Parisien libéré (1962)
Albums de la série Lucky Luke
Précédent Les Dalton dans le blizzard La Caravane Suivant

Les Dalton courent toujours est la trente-sixième histoire de la série Lucky Luke par Morris (dessin) et René Goscinny (scénario). Elle est publiée pour la première fois en 1962 dans le journal Le Parisien libéré. Puis est publiée dans l'album éponyme en 1964.

Univers[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le nouveau président des États-Unis décrète une amnistie générale. Tous les prisonniers sont libérés y compris les Dalton. Ceux-ci s'installent dans une ville proche, Awful Gulch, et louent un local à côté de la banque. Ainsi ils pourraient creuser un tunnel jusqu'à cet établissement et voler l'argent. Mais Lucky Luke s'empresse de déménager la banque et d'y installer à la place le bureau du shérif.

Joe Dalton change alors d'idée et attaque la diligence après qu'Averell ait assommé Lucky Luke. Ils passent ensuite un petit moment à Pocopoco Pueblo puis, après que leur forfait ait été connu dans cette ville, tentent de traverser le désert. C'est là que Lucky Luke les rattrape et les ramène au pénitencier.

Quelque temps plus tard, les Apaches sous les ordres de leur chef Tichose ont pris le sentier de la guerre et s'attaquent au pénitencier où sont détenus les Dalton. Par l'entremise de Rantanplan, les gardiens envoient un message de secours à la cavalerie en espérant que ce chien stupide le leur livrera. Malgré sa bêtise, le message parvient quant même à Lucky Luke qui accompagne la cavalerie. Celle-ci va aussitôt au secours du pénitencier et arrive alors que les Apaches attaquent. Ceux-ci sont mis en déroute. L'ennui, c'est que les Dalton ont profité de tout cela pour s'évader. Ils ne vont pas loin car ils sont capturés par les Apaches et attachés à des poteaux de torture. Au moment où le grand sorcier s'apprête à donner le signal pour les exécuter, Averell éternue et il se met à pleuvoir. Les Indiens le prennent pour une sorte de grand sorcier et ils le détachent. Les Dalton sont libres et entraînent les Apaches à faire les bandits de grand chemin. Ils attaquent des banques et des diligences dans les villes avoisinantes mais seuls les Dalton profitent du butin. Lucky Luke a tenté de parlementer avec Tichose mais il a échoué. Il veut tenter de reparler avec Tichose pour éviter la guerre mais lui et Jolly Jumper avaient les yeux bandés quand ils sont allés à leur campement. Seul Rantanplan pourrait le retrouver car les Indiens avaient omis de les lui bander. Luke tente tout de même de le suivre et parvient non sans surprise au campement apache. Luke parvient à convaincre Tichose qu'Averell n'est qu'un imposteur et que les Dalton ne font que se servir des Apaches pour s'enrichir. Joe Dalton prend Tichose comme otage mais il est neutralisé... par Rantanplan. Les Dalton sont capturés et retournent au pénitencier. Les Apaches fument le calumet de paix avec le représentant du gouvernement américain qui tente non sans mal de féliciter Rantanplan.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • les Dalton
    • Averell Dalton : le plus grand et le plus bête, toujours affamé, "gaffeur-né"[1]
    • Jack Dalton : plus petit qu'Averell, mais plus grand que William
    • William Dalton : plus petit que William, mais plus grand que Joe, avec Jack ils "constituent le chœur grec"[1]
    • Joe Dalton : le plus petit, le plus teigneux, "stupide, (...) égoïste, vaniteux, cruel et avide"[1], il voue une haine inextinguible à Lucky Luke
  • les Apaches
    • Tichose : chef de la tribu qui terrorise la région du pénitencier, il fait semblant de ne pas comprendre la langage des "visages pâles"
    • Alfonsino : guerrier fait prisonnier par Lucky Luke, il devient le traducteur de la tribu
  • Shérif de Pocopoco Pueblo : il accueille à sa table les Dalton, croyant qu'ils se sont bien tenus depuis leur amnistie

Historique[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

Revues[modifier | modifier le code]

Le Parisien Libéré, 1962

Album[modifier | modifier le code]

Éditions Dupuis, n° 23, 1964

Adaptation[modifier | modifier le code]

Cet album a été adapté dans la série animée Lucky Luke, diffusée pour la première fois en 1991.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c texte écrit par Goscinny dans le dossier de presse du film "La Ballade des Dalton" (1977), cité dans Le Dictionnaire Goscinny (2003) p.690

Sources[modifier | modifier le code]