Les Contes de Canterbury (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Contes de Canterbury (homonymie).

Les Contes de Canterbury

Titre original I racconti di Canterbury
Réalisation Pier Paolo Pasolini
Scénario Pier Paolo Pasolini
d'après Geoffrey Chaucer
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Genre comédie dramatique
Sortie 1972
Durée 118 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Contes de Canterbury (titre original I racconti di Canterbury) est un film italien réalisé par Pier Paolo Pasolini, inspiré des Contes de Canterbury de Geoffrey Chaucer.

Réalisé en 1972, ce film est le deuxième volet de la Trilogie de la Vie, après Le Décaméron (1971) et avant Les Mille et une nuits (1974). Pasolini y adapte successivement les grands récits de l'Italien Boccace, de l'Anglais Geoffrey Chaucer (interprété par Pasolini lui-même), et des mythes orientaux.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film est une adaptation de huit des vingt-quatre Contes de Canterbury : Le Conte du Marchand, Le Conte du Frère mendiant, Le Conte du Cuisinier (Pasolini développe abondamment ce conte abandonné par Chaucer après seulement une cinquantaine de vers), Le Conte du Meunier, le prologue du Conte de la Bourgeoise de Bath (mais pas le conte en lui-même), Le Conte du Régisseur, Le Conte du Vendeur d'indulgences et Le Conte de l'Huissier d'église. Contrairement au texte original, le lien entre les contes n'est pas assuré par les interactions entre les pèlerins, mais par la seule personne de Chaucer, que l'on voit occupé à leur rédaction[1].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

  • 1972 : Ours d'or du meilleur réalisateur.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Steve Ellis, Chaucer at Large : The Poet in the Modern Imagination, University of Minnesota Press,‎ 2000 (ISBN 0-8166-3376-2), p. 124-128.

Liens externes[modifier | modifier le code]