Les Clochards célestes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Clochards célestes
Auteur Jack Kerouac
Genre Roman
Version originale
Titre original The Dharma Bums
Éditeur original Viking Press
Langue originale Anglais américain
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Date de parution originale 1958
ISBN original 0140042520
Version française
Traducteur Marc Saporta
Éditeur Gallimard
Collection Folio
Date de parution 1963
Nombre de pages 373
ISBN 2070365654
Chronologie
Précédent Les Souterrains Docteur Sax Suivant

Les Clochards célestes (titre original en anglais The Dharma Bums) est un roman de Jack Kerouac.

C'est un roman à clefs qui retrace librement la vie de quelques bohèmes américains, écrivains et poètes, en guerre contre les conventions, grands voyageurs désargentés, attirés par la pensée bouddhiste.

Après son célébrissime roman Sur la route, Kerouac nous livre ici une nouvelle facette de sa personnalité. Tandis que dans Sur la route, la quête n'apparaissait qu'à titre de prétexte pour voyager (la recherche du père de Dean Moriarty), on voit Kerouac désormais s'occuper de son âme en essayant de fuir le monde et les villes. Ce désir de fuite ne le quittera plus désormais, puisqu'il se retrouvera dans des œuvres postérieures telles que Big Sur ou Anges de la Désolation (Desolation Angels). Mais pour l'instant on voit le roi des beats se concentrer tout particulièrement sur le bouddhisme, sans cependant rejeter totalement le catholicisme de son enfance ; il associe volontiers Bouddha et Jésus-Christ, qui sont pour lui les incarnations parfaites du maître spirituel : « Qu'est-ce que tu lui veux à Jésus-Christ ? N'a-t-il pas parlé du ciel ? Est-ce que le nirvâna de Bouddha est autre chose que le ciel ? »[1].

Cependant il est intéressant de remarquer que cette égalité ne durera pas. Au fur et à mesure qu'on avance dans son œuvre, le Christ finit par reprendre la première place, et le bouddhisme ne deviendra plus pour lui qu'une religion faite de mots vides[2].

C'est sans doute « la plus fraîche et la plus lumineuse » des œuvres de Kerouac (Y. Le Pellec).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir Les Clochards célestes, éd. Folio, p. 174
  2. « Tu ne vois donc pas que ce sont des mots vides de sens ; je m'aperçois que j'ai joué comme un enfant heureux avec des mots, dans un immense univers tragique », Jack Kerouac, Big Sur.