Les Caves du Majestic (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Caves du Majestic.
Les Caves du Majestic
Auteur Georges Simenon
Genre Roman policier
Éditeur original Gallimard
Pays d'origine Drapeau de la Belgique Belgique
Lieu de parution Paris
Date de parution 1942
Série Commissaire Maigret
Chronologie
Précédent Menaces de mort La Maison du juge Suivant

Les Caves du Majestic est un roman policier de Georges Simenon publié en 1942, dans le recueil Maigret revient. Il fait partie de la série des Maigret.

Simenon écrit ce roman en décembre 1939.

Le roman connaît une pré-publication dans l'hebdomadaire Marianne en 1940.

Résumé[modifier | modifier le code]

Arrivée depuis peu à l'hôtel Majestic, une jeune et riche Américaine est retrouvée étranglée dans le sous-sol du palace. Son corps est découvert dans le vestiaire pourtant réservé au personnel. Maigret se rend sur les lieux pour enquêter, et découvre le petit monde qui gravite dans les sous-sols du Majestic. Il s'intéresse en particulier à Prosper Donge, le chef de la cafeteria. C'est celui-ci qui a découvert la victime. En creusant un peu, Maigret apprend que celle-ci a travaillé autrefois comme entraîneuse à Cannes. Or, Prosper Donge a lui aussi été employé à Cannes, ainsi que sa femme Charlotte...

Pour aller plus loin[modifier | modifier le code]

Mrs Clark, Américaine descendue à l'hôtel Majestic, est étranglée dans le vestiaire du personnel de l'établissement ; le cadavre est trouvé dans une armoire du vestiaire par Prosper Donge. Mr Clark étant un industriel important, Maigret est prié de mener l'enquête avec discrétion. Après une journée passée dans les caves du palace, le commissaire s'intéresse à Donge, domicilié à Saint-Cloud, vivant avec Charlotte, ancienne danseuse qu'il a jadis connue à Cannes, où il s'occupait de la cafeteria à l'hôtel Miramar. Charlotte et Prosper sont effrayés par l'enquête. Lorsqu'un deuxième corps, celui de Justin Collebœuf, portier de nuit de l'hôtel, est retrouvé le lendemain, étranglé lui aussi, dans la même armoire du vestiaire, le juge Bonneau fait arrêter Donge, contre l'avis de Maigret, lequel éprouve de la sympathie pour le couple de Saint-Cloud. Et pourtant, le juge a des motifs pour justifier l'arrestation : ne vient-on pas de découvrir que Donge, à Cannes, avait eu une liaison avec Mrs Clark qui n'était alors que Mimi, entraîneuse à « La Belle Etoile » ? Elle était même enceinte au moment où Clark, de passage à Cannes, était tombé amoureux d'elle ; elle en a profité pour se faire épouser par le riche Américain, lui laissant croire que l'enfant était de lui. Le jeune Teddy Clark est donc en réalité le fils de Donge. Le juge a immédiatement flairé une affaire de chantage exercé par l'ancien amant de Mimi. En fait, c'est bien de chantage qu'il s'agit, mais non dans le sens imaginé par le juge. Maigret continue l'enquête, persuadé que Donge est innocent ; il rôde parmi le personnel du Majestic et découvre la vérité : de l'hôtel, Donge écrivait parfois à Mimi, non pour avoir de l'argent, mais pour la supplier de lui rendre son fils. Le comptable du palace, l'ancien faussaire Ramuel, avait surpris une de ces lettres ; imitant l'écriture de Donge, il a aussi écrit à Mimi, mais pour lui extorquer de l'argent. Mimi payait... Lorsque les Clark sont arrivés par hasard au Majestic, Ramuel a compris que son escroquerie allait être découverte et n'a pas hésité à tuer Mimi. Il a supprimé aussi le brave Collebœuf, témoin de ses activités. Clark, très compréhensif, laissera Teddy à Charlotte et à Prosper, pour qui une nouvelle vie va commencer. Ramuel sera condamné aux travaux forcés à perpétuité.

Aspects particuliers du roman[1][modifier | modifier le code]

Maigret s’imprègne du climat d’un milieu, celui du personnel de l’hôtel Majestic, oppose son intuition aux déductions d’un juge, marque sa sympathie pour les personnages les plus déshérités.

Fiche signalétique de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

Cadre spatio-temporel[modifier | modifier le code]

Espace[modifier | modifier le code]

Paris (hôtel Majestic, avenue des Champs-Elysées).Saint-Cloud. Cannes.

Temps[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine ; l’enquête se déroule du 20 au 23 février.

Les personnages[modifier | modifier le code]

Personnage principal[modifier | modifier le code]

Prosper Donge. Chef de la cafeteria de l’hôtel Majestic. Célibataire, un fils naturel. La quarantaine.

Autres personnages[modifier | modifier le code]

  • Charlotte, maîtresse de Donge, préposée aux lavabos dans une boîte de la rue Fontaine, ex-danseuse à Cannes.
  • Emilienne Clark, dit Mimi, ex-entraîneuse à Cannes, 28 ou 29 ans, la victime.
  • Jean Ramuel, comptable de l’hôtel Majestic, faussaire à ses heures, 48 ans.
  • Le juge Bonneau.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Univers de Simenon, sous la direction de Maurice Piron avec la collaboration de Michel Lemoine.