Les Bêtes du sud sauvage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Bêtes du sud sauvage

Titre original Beasts of the Southern Wild
Réalisation Benh Zeitlin
Scénario Lucy Alibar
Benh Zeitlin,
d'après la pièce de Lucy Alibar
Acteurs principaux

Quvenzhané Wallis
Dwight Henry

Sociétés de production Cinereach
Court 13 Pictures
Journeyman Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Fantastique
Sortie 2012
Durée 92 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Bêtes du sud sauvage (Beasts of the Southern Wild) est un film indépendant américain coécrit et réalisé par Benh Zeitlin et sorti en 2012. Il s'agit d'une adaptation de la pièce Juicy and Delicious de Lucy Alibar, qui a participé à son adaptation. C'est également le premier long métrage réalisé par Benh Zeitlin.

Le film a été présenté au Festival du film de Sundance 2012, où il a remporté le Grand prix du jury pour une fiction, et est nommé à quatre Oscars en 2013, dont l'Oscar du meilleur film et celui de la meilleure actrice pour Quvenzhané Wallis, qui, à neuf ans, devient la plus jeune nommée dans cette catégorie[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Hushpuppy, une jeune fille de six ans, vit dans le bayou de Louisiane avec son père au milieu de la mangrove, dans une cabane délabrée et miséreuse avec d'autres abandonnés de la société américaine. Un jour, une violente tempête provoque la montée des eaux, mettant en péril leurs vies déjà fort précaires. Les changements climatiques ont libéré des aurochs — auparavant prisonniers des glaces polaires — qui migrent jusqu'en Louisiane. Le père de Hushpuppy, alcoolique, violent et déboussolé, voit sa santé décliner, mais refuse, avec ses semblables, l'aide humanitaire. L'enfant, à la recherche de sa mère disparue, croit en voir les signes dans le clignotement d'un phare au large de la côte. Elle mène, grâce à une force de caractère instillée par l'éducation à la dure de son père, un combat quotidien de survie et de débrouillardise, mais cherche aussi des réponses affectives auprès de personnes rencontrées au gré de son errance.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Le film a reçu de nombreuses critiques positives. L'agrégateur de critiques Metacritic lui accorde la note de 86/100[2] et Rotten Tomatoes celle de 86 % de critiques positives, lui accordant le label « Certified Fresh », avec le consensus suivant : « Les Bêtes du sud sauvage est un voyage fantastique et puissamment émotionnel, un bel exemple de cinéma qui privilégie l'imagination sur le budget[3],[4]. »

Le New York Times décrit le film comme « une explosion de pureté, une joie improbable, un film d'action excitant et turbulant avec une protagoniste qui le porte sur ses épaules... Hushpuppy, 6 ans, l'héroïne, a un sourire à faire sortir les poissons de l'eau et un air renfrogné tellement fier qu'il arrête des monstres dans leur course. Le film, une explosion d'Americana passionnée et indisciplinée, réalisé par Benh Zeitlin, fait des clins d'œil aux sceptiques, rigole des analyses sobres et toise les critiques[5],[6]. » Roger Ebert, dans le Chicago Sun Times, écrit que le film est une « création remarquable... Parfois, des films miraculeux éclosent, faits par des inconnus et joués par des inconnus, et ils vous aveuglent par leur génie créatif. Les Bêtes du sud sauvage est l'un des meilleurs films de l'année[7],[8]. »

La prestation de la jeune Quvenzhané Wallis, six ans au moment du tournage, alors inconnue, a été largement acclamée. Une critique du San Francisco Chronicle écrit : « en regardant la performance de Wallis en Hushpuppy, on réalise que ce n'en est pas une. C'est un fait. À l'écran, elle ne joue pas, elle est, tout simplement ; un être aussi élémentaire, incontestable et fort que les aurochs. Elle avait six ans pendant le tournage, et pourtant, la férocité de sa présence, le mélange de colère et de sagesse qui émane d'elle, suggèrent quelqu'un de plus âgé, ou même de sans âge[9],[10]. » Dans Rolling Stone, un journaliste ajoute qu'« il est impossible de ne pas être captivé par Wallis, choisie parmi plus de 3 500 candidates pour jouer le rôle de ce petit héros narrateur. Sa performance dans ce film moins petit qu'il n'y paraît est une réussite imposante[11],[12]. »

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Rhys Blakely, « Youngest v oldest actress vie for Oscar as Lincoln leads the pack », The Times,‎ 10 janvier 2013 (consulté le 2 novembre 2013)
  2. (en) « Beasts of the Southern Wild », sur Metacritic (consulté le 2 novembre 2013)
  3. Citation originale : « Beasts of the Southern Wild is a fantastical, emotionally powerful journey and a strong case of filmmaking that values imagination over money. »
  4. (en) « Beasts of the Southern Wild (2012) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 2 novembre 2013)
  5. Citation originale : « [A] blast of sheer, improbable joy, a boisterous, thrilling action movie with a protagonist who can hold her own... Hushpuppy, the 6-year-old heroine of 'Beasts of the Southern Wild,' has a smile to charm fish out of the water and a scowl so fierce it can stop monsters in their tracks. The movie, a passionate and unruly explosion of Americana, directed by Benh Zeitlin, winks at skepticism, laughs at sober analysis and stares down criticism. »
  6. (en) A. O. Scott, « She’s the Man of This Swamp », The New York Times,‎ 26 juin 2012 (consulté le 2 novembre 2013)
  7. Citation originale : « [A] remarkable creation... Sometimes miraculous films come into being, made by people you've never heard of, starring unknown faces, blindsiding you with creative genius. "Beasts of the Southern Wild" is one of the year's best films. »
  8. (en) Roger Ebert, « Beasts of the Southern Wild », sur Roger Ebert.com, Chicago Sun-Times,‎ 4 juillet 2012 (consulté le 2 novembre 2013)
  9. Citation originale : « Regarding Wallis' performance as Hushpuppy: it isn't one. It's a fact. Onscreen she simply is, a being as elemental, incontestable and strong as the advancing aurochs. She was 6 when the film was shot, yet the ferociousness of her presence – the anger and wisdom inside her – suggest someone older or ageless. »
  10. (en) Amy Biancolli, « Beasts of the Southern Wild review: Wet and wild », San Francisco Chronicle,‎ 8 octobre 2012 (consulté le 2 novembre 2013)
  11. Citation originale : « There's no way you won't be captivated by Wallis, chosen ahead of 3,500 candidates to play the tiny folk hero who narrates the story. Her performance in this deceptively small film is a towering achievement. »
  12. (en) Peter Travers, « Beasts of the Southern Wild », Rolling Stone,‎ 28 juin 2012 (consulté le 2 novembre 2013)
  13. (en) « 2012 Nebula Awards Winners », sur Locus

Liens externes[modifier | modifier le code]