Les Aventuriers (film, 1960)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Aventuriers.

Les Aventuriers

Titre original Ice Palace
Réalisation Vincent Sherman
Scénario Harry Kleiner
Acteurs principaux

Richard Burton
Robert Ryan
Carolyn Jones
Martha Hyer

Sociétés de production Warner Bros.
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame
Sortie 1960
Durée 143 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Aventuriers (Ice Palace) est un film américain réalisé par Vincent Sherman. Il suit le roman Ice Palace d'Edna Ferber, qui raconte l'histoire de Zeb Kenedy et de Thor Storm, colons en Alaska après la Première Guerre mondiale. Le film est sorti en 1960.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Les droits sur Ice Palace ont été vendus 350 000 $ à Warner Brothers avant la publication du roman[1]. En 1956, cette société de production avait déjà obtenu du succès avec l'adaptation d'un autre roman d'Edna Ferber, Giant.

Le film a été tourné en partie à Petersburg (Alaska).

C'est dans Les Aventuriers que George Takei fit ses débuts au cinéma.

Accueil[modifier | modifier le code]

Les Aventuriers eut une mauvaise critique et fut un échec commercial aux États-Unis. Selon une biographie de Ferber, le public lui réserva un accueil glacial[1]. Le critique du New York Times qualifia le film de « saga cinématographique aussi fausse et aussi synthétique que celle qui peut sortir d'une caméra couleur » et « aussi peu authentique qu'une neige faite de fécule de maïs sur un décor en studio »[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Julie Goldsmith Gilbert, Edna Ferber and Her Circle, a Biography, Hal Leonard Corporation, 1999, (ISBN 1-55783-332-X), p. 135 et 137.
  2. Bosley Crowther, « Ice Palace: Adaptation of Ferber Book Bows at Palace » dans The New York Times, 30 juin 1960.

Lien externe[modifier | modifier le code]