Les Amours de Carmen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Amours de Carmen

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Rita Hayworth dans le rôle de Carmen

Titre original The Loves of Carmen
Réalisation Charles Vidor
Scénario Helen Deutsch
Acteurs principaux
Sociétés de production The Beckworth Corporation
Columbia Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Sortie 1948
Durée 99 minutes (1 h 39)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Amours de Carmen (The Loves of Carmen) est un film américain réalisé par Charles Vidor, sorti en 1948.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En Andalousie, vers 1820, un jeune caporal des dragons, Don José Mizarabengoa, nouvellement arrivé dans la garnison de Séville, remarque une belle cigarière prénommée Carmen. De nature sauvage et rebelle, la jeune femme attire tous les regards masculins. Devinant l’intérêt que lui porte Don José, elle décide de le séduire avec succès.

Mais suite à une bagarre avec une rivale, Carmen est arrêtée et emmenée par Don José au poste. Celui-ci déjà amoureux de la belle, la relâche. À cause de cela, Le jeune officier se retrouve consigné par le colonel de la garnison dans ses quartiers d’où il s’échappe un soir pour retrouver Carmen. Surpris par le colonel, également amant de Carmen, Don José le tue et doit s’enfuir.

Carmen le conduit dans les montagnes et le présente à ses amis contrebandiers. Devenu un déserteur, il s’acoquine aux brigands et découvre plus tard que Carmen est mariée à l’un d’entre eux, Garcia. Ivre de jalousie, Don José finit par le tuer au cours d’un duel. Mais Carmen, lassée de Don José et de sa jalousie, cherche de nouveau à séduire ailleurs et notamment un toréador. Désespéré, Don José poignardera la belle cigarière.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le film inaugure le nouveau contrat de Rita Hayworth avec la Columbia Pictures[1]. Selon les termes du contrat, la star doit recevoir 25 % des bénéfices nets sur chaque film[2] et un droit de regard sur les scénarios[3] Elle fonda ainsi sa propre compagnie la Beckworth Corporation Production[2].
  • La productrice Rita Hayworth travailla en famille pour ce film. Elle engagea son père, Eduardo Cansino, comme chorégraphe pour les danses traditionnelles espagnoles et comme acteurs son oncle Vernon Cansino (un soldat) et son frère Jose Cansino (un danseur). Son père avait eu ses années de gloire en tant que danseur andalou[4] durant les années folles aux États-Unis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rita Hayworth. Barbara Leaming - Ramsay Poche Cinéma. 2008, (ISBN 978-2-84114-926-1), p. 164.
  2. a et b Rita Hayworth. Barbara Leaming, p. 148.
  3. Rita Hayworth. Barbara Leaming, p. 189.
  4. Rita Hayworth Christian Dureau. Éditions PAC. (ISBN 2-85-336-260/4[à vérifier : isbn invalide]), p. 9.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

La corrida dans les arts

Liens externes[modifier | modifier le code]