Les Affinités électives (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Affinités électives (homonymie).

Les Affinités électives

Réalisation Paolo Taviani
Vittorio Taviani
Scénario Paolo Taviani
Vittorio Taviani
Acteurs principaux
Sortie 1997

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Affinités électives (titre italien : Le Affinità elettive) est une coproduction franco-italienne de Paolo et Vittorio Taviani réalisée en 1996 et sorti dansc les salles en 1997.

Librement inspiré du roman homonyme de Johann Wolfgang von Goethe, le film transpose l'histoire dans le cadre de la Toscane, patrie des frères Taviani.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Après de nombreuses années de séparation, le baron Edoardo et la comtesse Carlotta, se retrouvent, lors d'une réception dans la villa médicéenne de Poggio a Caiano. Jadis, ils se sont aimés passionnément et décident de se marier afin de connaître un bonheur, certes tardif, mais réciproquement souhaité. Alors que le couple semble avoir trouvé son équilibre, le baron invite, contre l'avis de son épouse, un ami d’enfance, l'architecte Ottone. Les pressentiments de Carlotta se révèlent fondées : la présence d'Ottone apporte joie et satisfaction, mais aussi confusion sentimentale dans le ménage. Sur les conseils de Carlotta, Ottilia, leur fille adoptive, les rejoint. La description d’une expérience scientifique, celle des « affinités électives », nous permet déjà de présager de la suite de la narration.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Commentaire[modifier | modifier le code]

  • Après Le Pré (1979), La Nuit de San Lorenzo (1982) et Fiorile, Les Affinités électives est le quatrième film situé entièrement en Toscane, région originelle des frères Taviani. Si, dans cette adaptation, « le roman de Gœthe apparaît un peu réduit (...), le paysage avec sa beauté archaïque et sa magnificence, les aide - comme toujours -, à surmonter les difficultés de la mise en scène de l'une des œuvres les plus profondes de la littérature occidentale », écrit Sandro Bernardi dans le chapitre Paysages toscans (in : Lorenzo Cuccu, Le Cinéma des frères Taviani, Gremese, 2003).
  • « La beauté du paysage toscan est toujours mystérieuse et contradictoire dans les films de Taviani : elle est à la fois cruelle dans son indifférence et son éloignement millénaire, et indiciblement proche, comme si elle voulait participer à nos plus violentes émotions ; elle semble parfois vouloir rasséréner notre âme tourmentée par la douceur et la sérénité quelle inspire, ou au contraire, insuffler l'inquiétude dans les esprits les plus paisibles. C'est une "nature sensible", comme dirait Eisenstein, (...) qui a toujours été une source d'inspiration pour les deux frères », ajoute-t-il.

Liens externes[modifier | modifier le code]