Les Adolescentes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Adolescentes

Titre original I dolci inganni
Réalisation Alberto Lattuada
Scénario Alberto Lattuada
Franco Brusati
Francesco Ghedini
Claude Brulé
Acteurs principaux
Sociétés de production Drapeau : Italie Titanus
Drapeau : Italie Laetitia Films
Drapeau : France Les Films Marceau-Concordia
Drapeau : France Cocinor
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Sortie 1960
Durée 95 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Adolescentes (I dolci inganni) est un film franco-italien, réalisé par Alberto Lattuada, sorti en 1960.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Francesca, adolescente de dix-sept ans, issue d'un milieu aisé, profite des libertés que lui accordent ses parents. Un matin, au lieu de se rendre au lycée comme habituellement, elle fait une visite impromptue chez Enrico, un séduisant architecte, ami de la famille, mais de vingt ans son aîné. Après de multiples escapades avec la mère d'une amie, la Comtesse, puis avec les copains de son frère, Francesca, toujours attirée par Enrico, finira par le retrouver et découvrira l'amour dans ses bras. Mais cette liaison sera sans lendemain…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Chansons du film[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

  • Sorti à une époque où, en Italie notamment, la virginité des jeunes filles demeurait un sujet délicat, I dolci inganni (Douces tromperies) s'attira les foudres du public et de la censure. Alberto Lattuada ne comblait, pour sa part, qu'une aspiration ancienne : celle de filmer la découverte de l'amour physique chez une jeune adolescente, ce moment de trouble éphémère dans l'existence d'une femme. Filippo Maria De Sanctis s'extasie « avec enchantement » de ces « très longs moments durant lesquels les pensées de Francesca (Catherine Spaak) montent éclore à la surface de l'être (…) : toute la complexité de l'adolescence est présente sur le visage et dans les yeux de cette jeune fille. Le langage de Lattuada parvient ici à une limpidité et une vérité qu'il n'avait encore jamais atteintes. » Il regrette, néanmoins, qu'en ce film « le banal et l'inutile finissent par phagocyter le meilleur, jusqu'à le faire disparaître. » (Premier Plan, mai 1965)
  • Freddy Buache, pour qui Lattuada est « un sensuel » qui « aime cadrer une épaule nue, le velouté d'une peau, le froufrou d'un jupon ou les reflets d'un bas de soie gaînant une belle jambe », explique, selon lui, l'échec relatif des Adolescentes par le fait qu'"il renverse du côté du mélodrame une action qui, par son caractère naturel et sa légèreté de touche, ne mérite pas d'être prise au sérieux trop nettement". Parfois, constate-t-il, avec regret, "on songe à certains accents de Colette, mais en optant pour l'ambiguïté, Lattuada désamorce ce qui pourrait être un beau poème et il laisse l'équivoque prendre le pas sur la pureté". (in: Le cinéma italien 1945-1990, Éditions L'Âge d'Homme).

Le point de vue de Catherine Spaak[modifier | modifier le code]

« C'est une histoire vraie, grave, sensible et non un divertissement pour vieux messieurs ! », Catherine Spaak, actrice principale du film.