Lepilemur septentrionalis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lepilemur septentrionalis

Description de l'image  Defaut 2.svg.
Classification selon MSW
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Ordre Primates
Sous-ordre Strepsirrhini
Infra-ordre Lemuriformes
Super-famille Lemuroidea
Famille Lepilemuridae
Genre Lepilemur

Nom binominal

Lepilemur septentrionalis
Rumpler et Albignac, 1975

Statut de conservation UICN

( CR )
CR A2acd+3cd+4cd; B2ab(i,ii,iii,v); C2a(i,ii); D :
En danger critique d'extinction

Statut CITES

Sur l'annexe  I  de la CITES Annexe I , Rév. du 01/07/75

Le Lépilémur septentrional ou Lépilémur du Sahafary est une espèce de primate lémuriforme nocturne de la famille de Lepilemuridae. Comme tous les lémuriens, il est endémique à l'île de Madagascar. Ce petit représentant du genre Lepilemur mesure entre 18 et 19 cm, pèse entre 600 et 750 g et possède une queue de 25 cm de long.

Répartition géographique

Ce Lépilémur vit dans quelques fragments de la forêt sèche caducifoliée du Nord de Madagascar, juste au Sud de Diego-Suarez. On pensait qu'il se répartissait également dans la région de la Montagne d'Ambre, mais depuis la reconnaissance de Lepilemur ankaranensis comme taxon distinct, on sait désormais qu'il est réduit à un minuscule territoire entre les villages de Madirobe et Ankarongana dans le Sahafary. Il doit ainsi être considéré comme l'un des lémuriens les moins répandus et les moins protégés de Madagascar, et est certainement celui qui se trouve le plus proche de l'extinction.

Menaces et conservation[modifier | modifier le code]

Cette espèce est incluse depuis 2008 dans la liste des 25 espèces de primates les plus menacées au monde[1]. Il est le lémurien le plus directement menacés à Madagascar puisque l'on ne comptait l'année dernière 2012 plus que 19 individus[réf. souhaitée].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) R. A. Mittermeier, C. Schwitzer, A. B. Rylands, L. A. Taylor, F. Chiozza, E. A. Williamson et J. Wallis (ill. S. D. Nash), Primates in Peril : The World's 25 Most Endangered Primates 2012–2014, Arlington (VA), IUCN/SSC Primate Specialist Group (PSG), International Primatological Society (IPS), Conservation International (CI) et Bristol Conservation and Science Foundation (BCSF),‎ 2012, PDF, 91 p. (lire en ligne)

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :