Leonor de Borbón Ortiz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aliénor.

Leonor de Borbón Ortiz

Biographie
Titulature Infante d’Espagne
Dynastie Maison de Bourbon
Nom de naissance Leonor de Todos los Santos de Borbón y Ortiz
Naissance (8 ans)
Madrid (Espagne)
Père Felipe, prince des Asturies
Mère Letizia Ortiz Rocasolano

Leonor de Todos los Santos de Borbón y Ortiz, infante d’Espagne, née le 31 octobre 2005 à Madrid, en Espagne, est la fille aînée de Felipe de Borbón, prince des Asturies et héritier du trône d'Espagne, et de son épouse, l'ex-journaliste espagnole Letizia Ortiz. Elle est la petite-fille du roi Juan Carlos Ier et de la reine Sofía d'Espagne. Membre de la famille royale d'Espagne, elle arrive en deuxième place après son père dans l'ordre de succession au trône de son pays.

Biographie[modifier | modifier le code]

Choix du prénom[modifier | modifier le code]

L’infante porte le prénom Leonor, forme espagnole d’Aliénor (ou d’Éléonore), traditionnel à l’époque des royaumes de Castille et d’Aragon. Ce prénom est entré dans la famille royale de Castille avec Aliénor d’Angleterre (1161-1214), fille d’Aliénor d’Aquitaine et de Henri II Plantagenêt (comte d’Anjou et roi d’Angleterre) reine de Castille par son mariage avec Alphonse VIII. Cinq reines d’Aragon ont porté le nom d’Aliénor, ainsi que trois reines de Castille, deux reines de Navarre et quatre reines de Portugal. Dans le cadre de la discussion sur les règles de succession au trône, l’infante a donc été dotée d’un prénom dynaste. Il s’agit cependant d’un prénom moins chargé symboliquement que celui d’Isabelle (en référence à Isabelle la Catholique ainsi qu'à Isabelle II, seules femmes à avoir jusqu’ici hérité du trône d'Espagne), qui aurait constitué une vraie revendication au trône.

Il est à noter que le prince héritier d’Espagne et le roi des Belges portent le même prénom et ont tous deux baptisé l’une de leurs filles également du même prénom : l’infante Leonor d’Espagne (née en 2005), fille de Felipe, prince des Asturies, et la princesse Éléonore de Belgique (née en 2008), fille du roi Philippe.

Baptême[modifier | modifier le code]

Le samedi 7 janvier 2006, l'infante Leonor est baptisée au palais royal de la Zarzuela, lors d’une cérémonie publique à laquelle assistent de nombreux officiels espagnols. L’office religieux est dirigé par l’archevêque de Madrid, monseigneur Antonio Rouco Varela, et la princesse est aspergée avec de l'eau du Jourdain, puisée par les frères franciscains de Jérusalem. Les parrains de la petite fille sont ses grands-parents paternels, le roi et la reine d’Espagne.

Question dynastique[modifier | modifier le code]

L'infante Leonor vient à la deuxième place dans l'ordre de succession au trône d'Espagne, juste après son père, le prince des Asturies, mais avant sa sœur cadette, l'infante Sofía, et sa tante, l'infante Elena, duchesse de Lugo, qui occupe maintenant la quatrième place.

Sa venue au monde pose la question d'une éventuelle modification des règles de succession au trône à laquelle plusieurs pays d’Europe du Nord (dont la Suède et la Belgique) ont déjà répondu en privilégiant l'enfant premier né, quel que soit son sexe. Selon l’actuelle Constitution espagnole, l'infante Leonor ne pourra régner que si elle n’a jamais de frère, ou si cette même Constitution est modifiée avant la naissance de celui-ci, comme l'a promis le président du gouvernement, José Luis Rodríguez Zapatero.

Toutefois, une telle modification de la Constitution est difficile à mettre en place car, selon l'article 168, elle nécessite l'accord des deux tiers des Cortes generales (c'est-à-dire du Sénat et du Congrès des députés espagnols réunis). Après acceptation, les deux Chambres doivent être dissoutes, de nouvelles élections convoquées et un nouveau vote organisé sur le même projet qui doit être adopté par les nouvelles Chambres également à la majorité des deux tiers. Enfin, cette proposition doit obligatoirement être soumise à référendum.

Seul le roi pouvant dissoudre le Parlement, sur la demande du président du gouvernement, celui-ci prendrait alors le risque de perdre sa majorité au Congrès. Le projet n'a pas ainsi été poursuivi par Zapatero, ni repris par son successeur Mariano Rajoy.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

La famille royale a annoncé la naissance de Leonor à la presse par SMS. Pour fêter cette naissance, les compagnies d'aviation Air Berlin et NIKI ont offert un voyage gratuit à toutes les Espagnoles se nommant Leonor.

Le 31 octobre 2007, jour du deuxième anniversaire de l’infante, le quotidien El País annonce la mise en vente d’une poupée de collection « Leonor » par une usine d’Alicante[1].

La présidente de la Communauté de Madrid, Esperanza Aguirre, a par ailleurs déclaré le 5 février 2007 que seraient donnés les noms des filles du prince des Asturies, Leonor et Sofía, à deux nouveaux hôpitaux publics[2] de la capitale. Ce fut chose faite en 2008 puisque l'hôpital Infanta Leonor, situé dans le quartier de Vallecas, en banlieue madrilène, a ouvert ses portes le 29 février 2008, quelques jours après l'hôpital Infanta Sofía, situé à San Sebastián de los Reyes, commune proche de Madrid, lequel a ouvert le 18 février.

Titulature[modifier | modifier le code]

  • depuis le 31 octobre 2005 : Son Altesse royale l’infante Leonor d’Espagne

En tant qu’enfant de l’héritier présomptif de la Couronne d’Espagne, Leonor reçoit à la naissance le traitement d’infante d’Espagne, avec prédicat d’altesse royale, conformément à l’article 3 du décret royal du [3].

Ancêtres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "A la venta la muñeca Leonor", sur le site d' El País
  2. "Los hospitales Leonor y Sofía", sur le site d' El País
  3. (es) « Real Decreto 1368/1987, de 6 de noviembre, sobre régimen de títulos, tratamientos y honores de la Familia Real y de los Regentes », sur Boletín oficial del Estado,‎ 12 novembre 1987 (consulté le 16 janvier 2013)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) José María Zavala, Infantas: De la primogénita de Felipe V a la sucesora de Felipe VI, Plaza & Janes, 2012 (ISBN 8401346525)

Articles connexes[modifier | modifier le code]