Leonardo Conti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Leonardo Conti
Leonardo Conti, en 1939.
Leonardo Conti, en 1939.
Fonctions
Reichsgesundheitsführer
19391945
Secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur
19391945
Député
représentant une circonscription d’Autriche
27 août 194123 mai 1945[1]
Prédécesseur Josef Leopold
Successeur Occupation alliée
Biographie
Date de naissance
Date de décès (45 ans)
Nationalité Allemande
Parti politique NSDAP

Leonardo Conti, né le et mort le , était un homme d’État allemand. Sous le Troisième Reich, il est le chef de la santé du Reich (en allemand : Reichsgesundheitsführer).

Biographie[modifier | modifier le code]

Leonardo Conti est le fils d'un père suisse (de Lugano) et d’une mère allemande, Nanna Conti, laquelle était la chef des sages-femmes du Reich de 1933 à 1945.

De 1919 à 1923, il étudie la médecine à Berlin (Friedrich Humboldt Universität, F.H.U.) et Erlangen (Friedrich Alexander Universität, F.A.U.). Il devient militant du mouvement völkisch et cofonde un journal antisémite appelé Kampfbund. Il prend part au putsch de Kapp, en 1920. À partir de 1923, il est membre de la Sturmabteilung (SA), devenant leur premier médecin (un de ses patients est le jeune Horst Wessel, qui devient finalement un « martyr » du parti nazi). En 1925, il publie Über Weichteilplastik im Gesicht, un livre sur la chirurgie plastique du visage. En 1927, il abandonne ses activités habituelles et commence à organiser la Ligue national-socialiste des médecins allemands (NSDÄB) (en allemand : Deutscher Nationalsozialistischer Ärztebund) à Berlin.

Il rejoint la Schutzstaffel (SS) et, en tant que « vieux combattant » du parti, il est nommé par Hermann Göring au Conseil d'État de Prusse. Conti occupe les postes de chef de la Chambre des médecins du Reich (en allemand : Reichsärztekammer), chef du NSDÄB, et chef du Bureau principal de la santé du peuple. En 1939, il est nommé Reichsgesundheitsführer et secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur, Wilhelm Frick. En 1944, il est promu SS-Obergruppenführer (équivalent de général).

Aussi, il est de 1937 à 1939 président de la Fédération internationale de médecine du sport. Du 27 août 1941 à 1945, il est député d’une circonscription autrichienne, au sein de la IVe législature.

Après la capitulation de l'Allemagne, Conti est jugé pour son implication dans le programme d'euthanasie Aktion T4 au procès des médecins. Toutefois, il se suicide par pendaison, le 6 octobre 1945 (plus d'un an avant le début du procès).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. De facto.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]