Leonard Susskind

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Susskind.

Leonard Susskind

Description de cette image, également commentée ci-après

Leonard Susskind en 2009

Naissance 1 janvier 1940
South Bronx, New York (États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Champs Physicien
Institutions Yeshiva University
Université de Tel Aviv
Université Stanford
Diplôme City College of New York
Université Cornell
Renommé pour Principe holographique, Théorie des cordes, théorie M, Confinement de Quark
Distinctions Prix Sakurai (1998)

Leonard Susskind (né le [1]) est un physicien américain. Il enseigne la physique théorique à l'université Stanford, en particulier la théorie des cordes et la théorie quantique des champs. Il est membre de la National Academy of Sciences, de l'American Academy of Arts and Sciences, est un membre associé de la Perimeter Institute for Theoretical Physics de la Faculté du Canada et est un professeur distingué de la Korea Institute for Advanced Study.

Susskind est considéré comme l'un des pères de la théorie des cordes avec Yoichiro Nambu et Holger Bech Nielsen pour leurs contributions au modèle de physique des particules de la théorie des cordes[2]. Il est le premier physicien à avoir introduit l'idée du paysage de la théorie des cordes en 2003.

En 1998, il obtient le Prix Sakurai.

Jeunesse et éducation[modifier | modifier le code]

Susskind est né dans une famille juive très modeste dans le Bronx[3] et réside aujourd'hui à Palo Alto, en Californie. Il entra dans la vie active en tant que plombier à l'âge de seize ans, prenant la relève de son père qui venait de tomber malade[3]. Plus tard, il commença une formation d'ingénieur au City College of New York, et obtint en 1962 un B.S. de Physique[4]. Dans un article du Los Angeles Times, Susskind se remémore le moment où il discuta avec son père de son changement de carrière (voir N. B. ci-dessous):

« Quand j'ai raconté à mon père que je voulais être physicien, il m'a dit : « Ah ça non, tu vas pas aller travailler dans une pharmacie ». Je lui ai dit non, pas pharmacien. J'ai dit : « comme Einstein ». Il m'a tapé gentiment la poitrine avec un tuyau. « Tu vas pas être technicien » m'a-t-il dit, « Tu vas être Einstein. »[3]. »

N. B. en anglais, "physician" signifie "médecin", tandis que "physicist" signifie "physicien". D'où l'erreur commise par le père de Susskind en confondant "physicien" et "médecin", erreur qui n'a évidemment aucun sens en Français.

Il étudia ensuite à l'université Cornell sous la direction de Peter A. Carruthers où il obtint son doctorat (Ph.D.) en 1965. Il fut marié deux fois, d'abord en 1960[4], et a quatre enfants.

Carrière[modifier | modifier le code]

Susskind fut Assistant Professor of Physics, puis Associate Professor à l'Yeshiva University (1966-1970), après quoi il joignit l'Université de Tel Aviv (1971-72), pour enfin retourner à Yeshiva pour devenir Professeur de Physique (1970-1979). Depuis 1979, il est professeur de physique à l'université Stanford[5], et depuis 2000, porte le titre de « Felix Bloch Professor of Physics » de cette université.

En 2007, Susskind rejoint le Perimeter Institute for Theoretical Physics à Waterloo dans l'Ontario, au Canada, en tant qu'Associate Member. Il a été élu à la Académie nationale des sciences des États-Unis et à l'Académie américaine des arts et des sciences et reçut le Prix Sakurai en 1998 en physique théorique. Il est aussi « professeur distingué » au Korea Institute for Advanced Study de Séoul[6].

Il fut l'un des trois physiciens qui découvrit indépendamment dans les années 1970 que le modèle à résonances duales (DRM) (en) de Gabriele Veneziano pour la théorie des cordes pouvait être décrit par un modèle quantique de cordes[7].

Contributions[modifier | modifier le code]

Susskind a apporté sa contribution dans les domaines suivants de la physique :

Cours magistral[modifier | modifier le code]

Un cours complet de mécanique quantique par Susskind peut-être téléchargé sur iTunes depuis « Stanford on iTunes »[9], mais peut aussi être visualisé sur Youtube. Le compte Youtube de l'université Stanford[10] propose également un cours de relativité restreinte par Susskind (dernière vérification en date : avril 2012). Tous ces cours sont en anglais, de niveau licence.

Livres[modifier | modifier le code]

Le Paysage cosmique : Notre univers en cacherait-il des millions d'autres ?
Premier livre de sciences de Leonard Susskind, il fut publié le [11]. Dans ce livre, Leonard Suskind tente d'apporter son idée à propos du paysage anthropique de la théorie des cordes au grand public. Il décrit comment la théorie des cordes était une conséquence presque inévitable de plusieurs facteurs, dont l’un était la prédiction de la constante cosmologique de Stephen Weinberg en 1987. La question posée ici est pourquoi notre univers est-il fait pour notre propre existence ? Susskind explique que Weinberg a calculé que si la constante cosmologique était légèrement différente, notre univers aurait cessé d'exister.

Trous noirs : La guerre des savants :
Le deuxième livre de sciences écrit par Leonard Susskind fut publié le [12]. Ce livre est son œuvre la plus célèbre où il explique ce qu'il advient de l'information et de la matière stockées dans un trou noir lorsque celui-ci s'évapore. Cet avis suscite un débat qui a commencé en 1981, au-cours duquel Stephen Hawking affirme que l'information à l'intérieur du trou noir est perdue à jamais. Il a fallu 28 ans à Leonard Susskind pour formuler une théorie prouvant que Stephen Hawking s'était trompé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Son 60e anniversaire a été célébré par un symposium spécial à l'Université de Stanford le 20-21 Mai 2000 »
  2. (en) « A Walk Across the Landscape » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur New York Academy of Sciences
    (en) A Walk Across the Landscape (version du 23 décembre 2007 sur l'Internet Archive)
  3. a, b et c (en) « Leonard Susskind discusses duel with Stephen Hawking », sur LA Times,‎ 26 Juillet 2008
  4. a et b (en) « Leonard Susskind - A Biography », sur Edge.org (consulté le 12 Aout 2007).
  5. (en) « Leonard Susskind », sur Université de Stanford
  6. (en) « Korea Institute for Advanced Study - Physic Members »
  7. (en) John H. Schwarz, « String Theory: The Early Years »,‎ 2000 [PDF]
  8. (en) Leonard Susskind, « Lattice Models Of Quark Confinement At High Temperature », Physical Revue D, vol. 20, no 10,‎ 1979, p. 2610-2618 (DOI 10.1103/PhysRevD.20.2610, résumé)
  9. (en) « Stanford on iTunes U »
  10. (en) « YouTube - Stanford University »
  11. (en) Leonard Susskind, The cosmic landscape: string theory and the illusion of intelligent design, Little, Brown and Company,‎ 2005, 416 p. (ISBN 978-0-316-01333-8 et 978-0316013338)
  12. (en) Leonard Susskind, The Black Hole War: My battle with Stephen Hawking to make the world safe for quantum mechanics, New York, Little, Brown and Company,‎ 2008, 1e éd., 480 p. (ISBN 978-0-316-01640-7)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]