Leonard Lake

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Lake
Leonard Lake
Information
Surnom Leonard J. Hill
Alan Drey
Randy Jacobsen
Robin S. Stapley
Charles Gunnar
Paul Cosner
Naissance 29 octobre 1945
San Francisco, Californie (États-Unis)
Décès 6 juin 1985 (à 39 ans)
(États-Unis)
Cause du décès Suicide par absorption d'une pilule de cyanure
Meurtres
Nombre de victimes +25
Période 1983 - 1985
Pays États-Unis
États Californie
Arrestation 2 juin 1985

Leonard Lake né le 29 octobre 1945 à San Francisco en Californie et mort le 6 juin 1985 était un tueur en série américain. Il a souvent utilisé l'alias Leonard Hill. Les crimes qu'il a commis avec Charles Ng sont devenus connus lorsque Lake s'est suicidé en prenant une pilule de cyanure, peu après avoir été arrêté pour une infraction avec arme à feu.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lake est né à San Francisco, en Californie. Quand il avait six ans, lui, ses frères et ses sœurs ont été envoyés vivre avec leurs grands-parents après que leurs parents se furent séparés. Il aurait été un enfant brillant, s'il n'avait une obsession de la pornographie qui découle de la prise de photos de nu de ses sœurs, apparemment avec l'encouragement de sa grand-mère[1]. Il a aussi été allégué que Lake a extorqué des faveurs sexuelles à ses sœurs.

En 1965, à 19 ans, Lake rejoint le Corps des Marines et a servi deux fois durant la guerre du Vietnam comme opérateur radar. Un trouble de la personnalité schizoïde lui ayant été diagnostiqué, Lake a finalement subi une psychothérapie, sur demande médicale en 1971. De retour à la vie civile, il a vécu à San José, en Californie, et a brièvement été au San José State University, cependant il a abandonné après un semestre. On croit qu'il a rejoint un groupe de hippies dans les années 1970 et s'installe avec eux dans une commune hippie. En 1975, Lake se marie, mais le mariage est dissous rapidement, car sa femme avait découvert qu'il avait joué dans des films pornographiques amateurs, impliquant généralement servitude et sadomasochisme.

En 1980, Lake a été libéré de prison après avoir fait une année de probation pour vol de voiture. Il était marié à nouveau en 1981 à Claralyn Balasz, une femme qu'il avait rencontré alors qu'il travaillait à une foire renaissance en 1977. Cependant, Balasz l'a quitté après qu'elle en eut assez du comportement erratique de son mari et de son insistance pour qu'elle devienne star de films pornographiques. Lake a été arrêté en 1982 pour une violation concernant des armes à feu, mais il a été mis en liberté sous caution et s'est installé dans un ranch à distance dans Wilseyville, le comté de Calaveras, détenu par son ex-femme Balasz. En 1982, Lake a rencontré un homme de Hong Kong nommé Charles Ng. Lake et lui se sont liés d'amitié. Lake et Ng ont pris résidence au ranch. C'est à Wilseyville qu'ont commencé les meurtres, la torture et les viols. La plupart des victimes Lake et Ng étaient des gens qu'ils connaissaient.

Découvertes[modifier | modifier le code]

Le 2 juin 1985, un homme asiatique, plus tard identifié comme Charles Ng, a été vu au sud de San Francisco pour vol à l'étalage. Il a fui au moment où la police est arrivée, mais Leonard Lake, qui était avec lui, a été arrêté lorsque sa voiture a été trouvée contenant un revolver calibre 22 illégalement équipé d'un silencieux.

Il s'est identifié comme Robin Stapley et avait un permis de conduire à ce nom. La police l'a suspecté parce que, selon le permis de conduire, Robin Stapley était âgé de 26 ans alors que l'homme qu'ils avaient en garde à vue était clairement âgé de 30 ans. Tout en étant interrogé au poste de police, Lake a demandé un verre d'eau dont il s'est servi pour avaler une pilule de cyanure cachée dans le revers de sa chemise. Il s'est effondré et a été transporté à l'hôpital, où il est entré dans un coma, et a survécu grâce aux appareils de réanimation pendant quatre jours avant d'être déclaré mort[2].

Peu après, la police confirma la véritable identité de leur suspect comme étant Leonard Lake. Par ailleurs, l'homme dont Lake avait pris l'identité, Robin Stapley, avait disparu depuis plusieurs semaines. Il se trouva que la voiture de Lake appartenait à Paul Cosner, 39 ans, qui avait disparu huit mois auparavant en novembre 1984.

La police a fouillé le ranch de Lake dans Wilseyville. Il était clair que Lake était un survivaliste, son ranch était équipé d'un bunker et d'une planque d'armes. Dans un journal, Lake avait écrit combien il était convaincu qu'il allait y avoir une guerre nucléaire mondiale, et il a planifié une liste de survivants dans son bunker et la reconstruction de la race humaine avec une collection de femmes esclaves (il a nommé ce plan « Opération Miranda » d'après un personnage dans le livre The Collector de John Fowles). La police a également trouvé des vidéos montrant Lake et Ng torturant et violant des femmes.

Les environs du ranch ont été fouillés et 12 cadavres ont été découverts dans des tombes peu profondes. Parmi ces victimes furent découvertes deux familles : Harvey Dubs sa femme, Deborah, et son fils, Sean; et Lonnie Bond, Brenda O'Connor et leur bébé, Lonnie Bond Jr. Les femmes avaient été agressées sexuellement et tuées après que leur mari et les nourrissons aient été éliminés. Cinq des corps étaient des hommes attirés vers le ranch pour être volés et tués - dont Robin Stapley et Paul Cosner - et le 12e a été identifié comme Kathleen Allen, âgée de 18 ans qui connaissait Ng parce que son ami avait été son compagnon de cellule en prison. La police a également trouvé des fragments d'os humains calcinés (plus de 45 livres au total), mais ils ont été incapables de déterminer l'identité des victimes ou leur nombre exact. Il a été postulé que le nombre de personnes assassinées inconnues pourrait s'élever à 25[3].

Le frère cadet de Lake, Donald, avait disparu en 1983 et était présumé mort, comme Charles Gunnar, un ami de Lake durant sa période militaire; les restes de ces derniers ont été découverts dans le ranch en septembre 1992.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Michael Newton, The Encyclopedia of Serial Killers, New York, New York, Checkmark Books,‎ 1999 (ISBN 978-0-8160-3978-4, lien LCCN?), p. 134
  2. Newton, p135.
  3. Newton, p136.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]