Leonard Bloomfield

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bloomfield.
Leonard Bloomfield
Linguiste occidentalXXe siècle
Naissance 1er avril 1887
Chicago, IL, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès 18 avril 1949 (à 62 ans)
New Haven, CT,Drapeau des États-Unis États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Principaux intérêts Behaviorisme
Sanskrit
Langues algonquines
Idées remarquables Distributionnalisme
Analyse en constituants immédiats
Œuvres principales An Introduction to the Study of Language (1914)
Language (1933)
Influencé par Pāṇini
B.F. Skinner
A influencé Zellig Harris
Adjectifs dérivés bloomfieldien, bloomfieldienne

Leonard Bloomfield (1er avril 1887 - 18 avril 1949) est un linguiste américain qui a mené à un grand développement de la linguistique structurale aux États-Unis dans le courant des années 1930 et 1940. Il est considéré comme le père fondateur du distributionalisme. En 1914, Leonard Bloomfield écrit An Introduction to the Study of Language qui sera titré Language à partir de son édition de 1933, destinée à un large public, dans laquelle il présente une description exhaustive de la linguistique structurale américaine[1]. Leonard Bloomfield a également porté d'importantes contributions à l'étude historique des langues indo-européennes ainsi qu'à la description des langues austronésiennes et algonquiennes.

L'approche linguistique initiée par Bloomfield a été caractérisée par une l'affirmation de bases scientifiques claires pour la linguistique[1]. Après avoir été en contact avec les grammaires formelles du sanskrit et le structuralisme européen, Bloomfield adhère en effet au behaviorisme de B.F. Skinner. De ce mariage entre structuralisme et behaviorisme naîtra le distributionnalisme, considérant les faits de langue du point de vue du comportement et mettant en particulier l'accent sur des démarches d'analyse formelle du langage sur des bases inductives. L'influence de la linguistique structurale bloomfieldienne a progressivement décliné dans les années 1950 et 1960, tandis que la théorie de la grammaire générative développée par Noam Chomsky était en plein essor.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et éducation[modifier | modifier le code]

Leonard Bloomfield est né à Chicago (Illinois) le 1er avril 1887. La famille de son père, Sigmund Bloomfield, s'est installée aux États-Unis alors que ce dernier était encore enfant, en 1868; c'est à leur arrivée dans le pays que le nom de famille originel de Blumenfeld est anglicisé en Bloomfield[2]. L'oncle de Leonard, Maurice Bloomfield, devient par la suite un éminent linguiste de l'université Johns-Hopkins[3],[4], et sa tante, Fannie Bloomfield Zeisler, une pianiste-concertiste réputée[3]. En 1896, la famille du jeune Leonard déménage de Chicago à Ellhart Lake (en) (Wisconsin), ville dans laquelle il entre à l'école primaire. Mais au moment d'entrer en secondaire, sa famille retourne à Chicago[5].

Leonard Bloomfield poursuit son parcours scolaire secondaire au Harvard College de 1903 à 1906, recevant pour son diplôme la mention A.B.[4]. Il entreprend alors des études supérieures à l'université de Wisconsin-Madison, dans laquelle il suit des cours d'allemand et de philologie germanique, complétant son programme par plusieurs cours dans d'autres langues indo-européennes[6]. Une rencontre avec l'indo-européaniste Eduard Prokosch, professeur à l'université du Wisconsin, convainc Bloomfield de poursuivre une carrière en linguistique[4].

En 1908, Leonard Bloomfield se rend à l'université de Chicago, dans laquelle il fréquente notamment des cours données par Frances A. Wood and Carl Darling Buck. C'est Frances A. Wood en personne qui soutiendra sa thèse de doctorat, intitulée "A semasiologic differentiation in Germanic secondary Ablaut", qu'il présente avec succès en 1909. Entre 1913 et 1914, il décide de prolonger ses études en Allemagne, aux universités de Leipzig et de Göttingen, des études complémentaires en Europe étaient en effet requises pour être promu à un poste d'assistant en linguistique à l'université d'Illinois[7]. Il a pour professeurs d'importants indo-européanistes de tradition néogrammairienne, tels qu'August Leskien, Karl Brugmann, ou encore Hermann Oldenberg, spécialiste du sanskrit védique. Bloomfield a également l'occasion de rencontrer à Göttingen le spécialiste du sanskrit Jakob Wackernagel, dont on considère que ce dernier a eu, avec la tradition d'analyse grammaticale rigoureuse associée à Pāṇini, une influence importante sur les travaux de Bloomfield, tant au niveau de son approche historique que dans ses travaux plus tardifs de linguistique descriptive[8],[9].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Durant sa carrière académique, William Bloomfield a occupé les postes suivants :

– répétiteur d'allemand à l'université de Cincinnati (1909-1910) ;
– répétiteur d'allemand à l'université de l'Illinois à Urbana-Champaign (1910-1913) ;
– professeur adjoint de philologie comparée et d'allemand, également de l'université de l'Illinois (1913-1921) ;
– professeur ordinaire d'allemand et de linguistique à l'université d'État de l'Ohio (1921-1927) ;
– professeur de philologie germanique à l'université de Chicago (1927-1940) ;
– professeur émérite de linguistique à l'université Yale (1940-1949).

Durant l'été de l'année 1925, Leonard Bloomfield a travaillé avec la Commission géologique du Canada et dans le Compagnie canadienne des Mines, menant une recherche linguistique de terrain sur le Cree des Plaines. Ce poste lui avait été arrangé par l'intervention d'Edward Sapir, qui était directeur de la Division Anthropologie du Victoria Museum, de la Commission géologique du Canada ainsi que Compagnie canadienne des Mines[10],[11].

Leonard Bloomfield a été l'un des membres fondateurs de la Linguistic Society of America. En 1924, en collaboration avec George M. Bolling (université d'État de l'Ohio) et Edgar Sturtevant (université Yale), il forma un comité pour organiser la création de la Society, et a rédigé son appel à fondation[12],[13]. Il a contribué à l'article principal du premier numéro du périodique Language[14], trimestriel de la Linguistic Society of America. En 1935, il en est devenu président[15]. Il a enseigné à l'université d'été de la Société entre 1938 et 1941, les sessions de 1938 à 1940 s'étant tenues à Ann Arbor (Michigan) et la session de 1941 à Chapel Hill (Caroline du Nord)[Note 1],[10],[16].

Travaux linguistiques[modifier | modifier le code]

Langues indo-européennes[modifier | modifier le code]

À commencer par sa thèse de doctorat, les premiers travaux de Bloomfield étaient attachés à l'étude historique des langues germaniques. Ce domaine de recherche continuera de susciter son intérêt par la suite, comme en témoignent un certain nombre de publications sur la phonologie et la morphologie des langues germaniques et indo-européennes[17],[10]. Ses études post-doctorales en Allemagne ont en outre encore approfondi sa connaissance de la tradition néogrammairienne, essentiellement tournée vers l'étude historique de l'indo-européen[18]. Tout au long de sa carrière, mais essentiellement au début de celle-ci, Bloomfield a décrit avec insistance le principe néogrammairien du changement phonétique comme un concept fondamental la linguistique historique[14],[19].

Les travaux de Bloomfield sur l'indo-européen n'ont été, au-delà sa thèse, que limités à un article sur les consonnes palatales en sanskrit[20], et un autre article sur la tradition d'étude grammaticale formelle du sanskrit attribuée à Pāṇini[21]. À ces deux articles s'ajoutent un certain nombre de lectures critiques d'autres parutions scientifiques sur les langues indo-européennes. Bloomfield a fait un usage poussé des théories indo-européennes pour expliquer les principes historiques et comparatifs de la linguistique, dans son livre An introduction to language (1914), et sa réédition Langage (1933), dont l'impact fut majeur[22]. Dans la plupart de ses ouvrages, il a choisi nombre d'exemples soutenant l'hypothèse, centrale pour les néogrammairiens, de la régularité des changements phonétiques, et a relevé une série d'étapes essentielles pour la conduite de travaux comparatifs: (a) des données appropriées, sous forme textuelle, qui doivent être étudiées et analysées en profondeur; (b) l'application de la méthode d'analyse comparative; et enfin (c) la reconstruction des proto-formes [22] Il a en outre souligné l'importance de la dialectologie quand elle s'avérait nécessaire, et a identifié des facteurs sociologiques en jeu dans le changement phonétique, tels que la valorisation d'une façon de parler plus prestigieuse et l'impact de la signification[23]. En plus des évolutions phonologiques régulières, Bloomfield a également traité des calques et des emprunts [24].

On peut soutenir que le travail de Bloomfield aura eu en la matière deux implications importantes. Bloomfield aurait ainsi « défini des bases claires à la linguistique de l'indo-européen [...] »; et « [...] fermement établi l'étude des langues indo-européennes dans la linguistique générale. [...] »[25]

Travaux sur le sanskrit[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de sa formation donnée par des grands maîtres des langues indo-européennes en Allemagne, de 1913 à 1914, Bloomfield eut l'occasion d'étudier la tradition d'analyse grammaticale du sanskrit, dont l'origine remonte à Pāṇini, intellectuel ayant vécu dans le royaume de Gandhāra (Nord-Ouest de l'Inde), durant le VIe siècle av. J.-C.[26] La grammaire de Pāṇini est caractérisée par son extrême rigueur et la justesse de son énumération des formes linguistiques du sanskrit. D'après Bloomfield «Pāṇini donne la formation de tous les mots fléchis, composés ou dérivés, en donnant une indication précise des variations sonores (y compris les accents) et de la signification.» [27] Dans une lettre à l'algonquianiste Truman Michelson, Bloomfield note que «[s]es modèles [de pensée] sont [d'une part] Pāṇini, et [d'autre part] le type de travaux qu'a effectués [s]on enseignant, le professeur Wackernagel de Bâle, sur l' indo-européen[28].» L'approche systématique d'analyse de Pāṇini recèle des éléments exploitables pour: (a) la formation des règles grammaticales, (b) l'inventaire des sons de la langue, (c) un listage des racines verbales, qu'il a organisées en sous-listes, et (d) une liste de classes de morphèmes [29] L'approche qu'a eue Bloomfield, dans son livre Language, des grands concepts de la linguistique, reflète le rôle décisif joué par Pāṇini dans son traitement de certains concepts fondamentaux tels que la forme linguistique, la forme libre, et bien d'autres encore. Pāṇini est également à l'origine de la catégorisation opérée par Bloomfield entre les composés endocentriques et exocentriques dans la description des mots composés [30]. Des idées dePāṇini se retrouvent également dans l'analyse bloomfieldienne de l'Ojibwa oriental (publiée à titre posthume en 1958), et en particulier dans son utilisation de la notion de morphème zéro, désignant morphème doté d'un signifié, mais dépourvu de réalisation orale[30]. On remarque enfin l'influence de Pāṇini dans l'approche de bloomfieldienne des classes grammaticales (Bloomfield utilise le terme «classes formelles») dans l'Ojibwa oriental et plus tard dans son analyse de la langue Menominee, (publiée à titre posthume en 1962)[31].

Langues austronésiennes[modifier | modifier le code]

Alors qu'il enseignait à l'université de l'Illinois, Bloomfield entreprit des recherches sur le tagalog, une langue austronésienne parlée dans les Philippines. Il effectua des travaux sur le terrain entre 1914 et 1917, en compagnie d'Alfredo Viola Santiago, suivant alors des études d'ingénieur à l'université. La recherche fut publiée en 1917 sous le titre de Tagalog texts with grammatical analysis; elle comprend une série de textes dictés par Santiago, accompagnés d'une description détaillée de grammaire et d'une analyse mot-à-mot de chaque élément textuel[32]. Ces recherches sur le tagalog durèrent moins de deux ans entre le début des recherches de Bloomfield sur le terrain et la publication des résultats obtenus[33]. Ils furent pourtant décrits comme «[...] le meilleur traitement qu'on eût réalisé d'une langue austronésienne [...] Le résultat en est une description du tagalog qui n'a jamais été dépassée en complétude, l'exactitude et la richesse des exemples donnés[34].» La seule autre publication de Bloomfield sur une langue austronésienne fut un article sur la syntaxe de l'ilocano, basé sur des recherches menées avec un locuteur natif de l'ilocano qui était étudiant à l'université Yale. Cet article a été décrit comme un véritable «tour de force», en ce qu'il délivre en moins de sept pages une taxonomie syntaxique exhaustive de l'ilocano[35],[36]."

Langues algonquines[modifier | modifier le code]

Les travaux de Bloomfield sur les langues algonquines comprenaient des aspects à la fois descriptifs et comparatifs. Bloomfield a principalement publié sur quatre langues algonquines : le fox, le cree, le menominee, et l'ojibwa, publiant leurs grammaires, leur lexique et des corpus de textes. Bloomfield a également utilisé les données recueillies dans ses travaux descriptifs pour mener des études comparatives qui ambitionnaient une reconstruction du proto-algonquin. Une première étude publiée par Bloomfield reconstitue ainsi le système sonore du proto-algonquin [37], tandis qu' un document ultérieur plus approfondi affine son analyse phonologique, en ajoutant de des informations historiques sur les caractéristiques générales de la grammaire algonquine[38].

Recherches de terrain[modifier | modifier le code]

Bloomfield mena des recherches de terrain principalement sur le cree, le menominee et l'ojibwa, et analysa également un corpus de textes fox déjà publié auparavant. Ses premiers travaux sur l'algonquin, remontant à 1919, comprennent l'étude des corpus de texte en langue fox qui avaient été publiés auparavant par William Jones et Truman Michelson[39],[40]. Travaillant à partir de ces corpus, Bloomfield extrait des informations grammaticales afin d'esquisser une grammaire du fox[41]. Un lexique du fox, basé sur ses notes de travail, a été publié à titre posthume[42]. Bloomfield mena des recherches de terrain sur menominee au cours des étés des années 1920 et 1921. À ces recherches de terrain s'ajoutent quelques brèves investigations sur le terrain en septembre 1939, des visites intermittentes de locuteurs natifs du menominee à Chicago au cours des années 1930, et enfin un certain nombre de correspondances, encore avec des locuteurs natifs durant la même période [43],[44]. Du matériau linguistique recueilli par Morris Swadesh entre 1937 et 1938, souvent en réponse à des demandes spécifiques de Bloomfield, a également complété ses informations sur la langue menominee [45]. Les publications les plus importantes de Bloomfield sur le menominee comprennent un corpus de textes [46], une grammaire et un lexique (tous deux publiés à titre posthume)[47],[48], auxquels vient s'ajouter un article sur les alternances phonologiques en menominee d'une certaine importance théorique[49]. En 1925, Bloomfield entreprit également des recherches sur le terrain parmi les locuteurs Cree des Plaines de deux réserves indiennes du Saskatchewan : Sweet Grass et Star Blanket. Ces recherches de terrain ont abouti à la réalisation de deux recueils de textes, et un lexique publié à titre posthume[50],[51],[52]. Bloomfield a également mené de brèves recherches de terrain sur les Cree Moskégons à The Pas (Manitoba). Ces travaux fournissent des données qui soutiennent l'hypothèse d'un changement phonologique prédictible qui ne souffrirait d'aucune exception[19].

Autres recherches[modifier | modifier le code]

Les premières recherches de Bloomfield sur l'ojibwa ont été basées sur l'étude des textes recueillis par William Jones, en plus de grammaires et de dictionnaires datant du XIXe siècle[39],[53]. Lors de la session de 1938 de l'université d'été de la Linguistic Society of America, qui s'était tenue à Ann Arbor sous l'organisation de l'université du Michigan, Bloomfield a donné plusieurs cours de méthodologie des études linguistiques de terrain en prenant pour sujet Andrew Medler, un locuteur du dialecte Ottawa qui était né à Saginaw (Michigan), mais avait passé la majeure partie de sa vie sur l'île de Walpole (Ontario). La description grammaticale qui a résulté de ces séances, la série de phrases transcrites, les textes et le lexique de travail, ont été publiés à titre posthume en un seul volume[54]. En 1941, Bloomfield a travaillé avec Angeline Williams, également locutrice du dialecte Ottawa, lors des cours d'été qu'il tint en 1941 à Chapel Hill (Caroline du Nord) pour l'université de Caroline du Nord. De ces travaux a demeuré un recueil de textes, publié à titre posthume[55].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les listes données par Bloch ne donnent que les années 1938-40, mais celles de Hall incluent aussi 1941

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Travaux sur Leonard Bloomfield[modifier | modifier le code]

  • (en)/(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu des articles intitulés en anglais « Leonard Bloomfield » (voir la liste des auteurs) et en allemand « Leonard Bloomfield » (voir la liste des auteurs)
  • (en) Anonyme, « The call for the organization meeting », Language, vol. 1,‎ 1925, p. 6–7
  • (en) Bernard Bloch, « Leonard Bloomfield », Language, vol. 25,‎ 1949, p. 87–89
  • (en) Leon M. Despres, « My recollections of Leonard Bloomfield », dans Robert A. Hall Jr., Leonard Bloomfield: Essays on his life and work, Philadelphie, John Benjamins,‎ 1987 (ISBN 90-272-4530-4), p. 3-14
  • (en) John G. Fought, « Leonard Bloomfield’s linguistic legacy: Later uses of some technical features », dans Robert A. Hall Jr., Historiographica linguistica,‎ 26 mars 1999 (lire en ligne), p. 313-332
  • (en) Ives Goddard, « Leonard Bloomfield's descriptive and comparative studies of Algonquian. », dans Robert A. Hall Jr., Leonard Bloomfield: Essays on his life and work, Philadelphie, John Benjamins,‎ 1987 (ISBN 90-272-4530-4), p. 179-217
  • (en) Robert A. Jr. Hall, éd., Leonard Bloomfield: Essays on his life and work., Amsterdam, John Benjamins,‎ 1987 (ISBN 90-272-4530-4)
  • (en) Robert A. Jr. Hall, « Bloomfield and semantics. », dans Robert A. Hall Jr., Leonard Bloomfield: Essays on his life and work, Philadelphie, John Benjamins,‎ 1987 (ISBN 90-272-4530-4), p. 155-160
  • (en) Robert A. Jr. Hall, A life for language: A biographical memoir of Leonard Bloomfield, Philadelphie, John Benjamins,‎ 1990 (ISBN 1-55619-350-5)
  • (en) Charles F. Hockett, A Leonard Bloomfield Anthology, Bloomington, Indiana University Press,‎ 1970 (ISBN 0-226-06071-3)
  • (en) Charles F. Hockett, « Letters from Bloomfield to Michelson and Sapir », dans Robert A. Hall Jr., Leonard Bloomfield: Essays on his life and work, Philadelphie, John Benjamins,‎ 1987 (ISBN 90-272-4530-4), p. 39-60
  • (en) Charles F. Hockett, « Leonard Bloomfield: After fifty years », dans Robert A. Hall Jr., Historiographica linguistica,‎ 26 mars 1999 (lire en ligne), p. 295-311
  • (en) Henry M. Hoenigswald, « Bloomfield and historical linguistics », dans Robert A. Hall Jr., Leonard Bloomfield: Essays on his life and work, Philadelphie, John Benjamins,‎ 1987 (ISBN 90-272-4530-4), p. 73-88
  • (en) William Jones, Fox texts, New York, AMS Press (réimpr. 1974) (1re éd. 1907)
  • (en) William Jones (dir. et publication à titre posthume par Michelson, Truman), « Algonquian (Fox) », dans Franz Boas, Handbook of American Indian languages, vol. I, Washington, Smithsonian Institution, coll. « Bureau of American Ethnology Bulletin » (no 40),‎ 1911, p. 735-873
  • (en) William Jones (éd. Truman Michelson), Ojibwa texts, vol. 1, Leiden, American Ethnological Society Publications 7.1,‎ 1917
  • (en) William Jones (éd. Truman Michelson), Ojibwa texts, vol. 2, New York, G. Stechert,‎ 1919
  • (en) Winfred P. Lehmann, « Bloomfield as an Indo-Europeanist », dans Robert A. Hall Jr., Leonard Bloomfield: Essays on his life and work, Philadelphie, John Benjamins,‎ 1987 (ISBN 90-272-4530-4), p. 163-172
  • (en) Alexis Manaster Ramer, « Ever since Bloomfield », dans Proceedings of the international congress of linguists, Philadelphie, John Benjamins,‎ 15 janvier 1992-1993 (lire en ligne), p. 308-310
  • (en) Truman Michelson, The Owl sacred pack of the Fox Indians, Washington, Smithsonian Institution, coll. « Bureau of American Ethnology Bulletin »,‎ 1921
  • (en) Truman Michelson, Accompanying papers, Washington, Smithsonian Institution, coll. « Bureau of American Ethnology Annual Report » (no 40),‎ 1925, p. 21-658
  • (en) John D. Nichols et Leonard Bloomfield, The dog’s children : Anishinaabe texts told by Angeline Williams, Winnipeg, Université du Manitoba, coll. « Publications of the Algonquian Text Society »,‎ 1991 (ISBN 0-88755-148-3)
  • (en) R.H. Robins, « Leonard Bloomfield : The man and the man of science », Transactions of the Philological Society, no 86,‎ 1988, p. 63-87
  • (en) David E. Rogers, « The influence of Pāṇini on Leonard Bloomfield », dans Leonard Bloomfield: Essays on his life and work, Philadelphie, John Benjamins,‎ 1987 (ISBN 90-272-4530-4), p. 163-172
  • (en) Frances Clarke Sayers, « The small mythologies of Leonard Bloomfield », dans Leonard Bloomfield: Essays on his life and work, Philadelphie, John Benjamins,‎ 1987 (ISBN 90-272-4530-4), p. 163-172
  • (en) John U. Wolff, « Bloomfield as an Austronesianist », dans Leonard Bloomfield: Essays on his life and work, Philadelphie, John Benjamins,‎ 1987 (ISBN 90-272-4530-4), p. 163-172

Publications de Leonard Bloomfield[modifier | modifier le code]

Articles de périodiques[modifier | modifier le code]

  • (en) Leonard Bloomfield, « A semasiological differentiation in Germanic secondary ablaut », Modern Philology, no 7,‎ 1909-1910, p. 245-288
  • (en) Leonard Bloomfield, « The Indo-European Palatals in Sanskrit », The American Journal of Philology, vol. 32, no 1,‎ 1911, p. 36–57 (DOI 10.2307/288802, JSTOR texte= 288802url texte=)
  • (en) Leonard Bloomfield, « Sentence and Word », Transactions and Proceedings of the American Philological Association, vol. 45,‎ 1914a, p. 65–75 (DOI 10.2307/282688, JSTOR 282688)
  • (en) Leonard Bloomfield, « On the sound-system of Central Algonquian », Language, vol. 1, no 4,‎ 1925a, p. 130–156 (DOI 10.2307/409540, JSTOR 409540)
  • (en) Leonard Bloomfield, « Notes on the Fox language », International Journal of American Linguistics, no 3,‎ 1925-1927, p. 219-232
  • (en) Leonard Bloomfield, « Notes on the Fox language », International Journal of American Linguistics, no 4,‎ 1925-1927, p. 181-219
  • (en) Leonard Bloomfield, « A set of postulates for the science of language », Language, vol. 2, no 3,‎ 1926, p. 153–164 (DOI 10.2307/408741, JSTOR 408741)
    réimprimé dans:(en) Martin Joos (éd.), Readings in Linguistics I, Chicago et Londres, Presses de l'université de Chicago,‎ 1957, p. 26-31
  • (en) Leonard Bloomfield, « On Some Rules of Pāṇini », Journal of the American Oriental Society, vol. 47,‎ 1927, p. 61–70 (DOI 10.2307/593241, JSTOR 593241)
  • (en) Leonard Bloomfield, « Literate and illiterate speech », American Speech, vol. 2, no 10,‎ 1927a, p. 432–441 (DOI 10.2307/451863, JSTOR 451863)
  • (en) Leonard Bloomfield, « Subject and Predicate », Transactions and Proceedings of the American Philological Association, vol. 47,‎ 1916, p. 13–22 (DOI 10.2307/282823, JSTOR 282823)
  • (en) Leonard Bloomfield, « Why a linguistic society? », Language, vol. 1,‎ 1925, p. 1–5
  • (en) Leonard Bloomfield, « A note on sound change », Language, vol. 4, no 2,‎ 1928a, p. 99–100 (DOI 10.2307/408791, JSTOR 408791)
  • (en) Leonard Bloomfield, « Outline of Ilocano syntax », Language, vol. 18, no 3,‎ 1942, p. 193–200 (DOI 10.2307/409552, JSTOR 409552)
  • (en) Leonard Bloomfield, « Plains Cree texts », American Ethnological Society Publications, New York, no 16,‎ 1934
    Réimprimé en 1974. New York, AMS Press
  • (en) Leonard Bloomfield, « Linguistic aspects of science », Philosophy of Science, no 2/4,‎ 1935, p. 499-517
  • (de) Leonard Bloomfield, « Konkordanz Pāṇini-Candra », Language, no 5,‎ 1929, p. 267-276
    Révision de : (de) Bruno Liebich, Konkordanz Pāṇini-Candra, Breslau, M. & H. Marcus,‎ 1926
    Réimprimé chez Hockett, Charles. 1970, 219-226
  • (en) Leonard Bloomfield, « Menomini texts », Publications of the American Ethnological Society, New York, G.E. Stechert, Agents, no 12,‎ 1928 (ISBN 0-404-58162-5)
    Réimprimé en 1974. AMS Press, New York
  • (en) Leonard Bloomfield, « Sacred stories of the Sweet Grass Cree », National Museum of Canada Bulletin, Ottawa, no 60 « Anthropological Series 11 »,‎ 1930 (ISBN 1-895618-27-4)
    Réimprimé en 1993. Fifth House, Saskatoon

Monographies[modifier | modifier le code]

  • (en) Leonard Bloomfield, An Introduction to the Study of Language, New York, Henry Holt,‎ 1914 (ISBN 90-272-1892-7, lire en ligne)
    réimprimé en 1983, John Benjamins
  • (en) Leonard Bloomfield, Tagalog texts with grammatical analysis, Urbana, Illinois, coll. « Studies in Language and Literature » (no 3),‎ 1917, p. 2-4
  • (en) Leonard Bloomfield, Language, New York,‎ 1933 (ISBN 0-226-06067-5 et 90-272-1892-7)
  • (en) Leonard Bloomfield, Linguistic aspects of science, Chicago, University of Chicago Press,‎ 1939a (ISBN 0-226-57579-9)
  • (en) Leonard Bloomfield, Outline guide for the practical study of foreign languages, Baltimore, Linguistic Society of America,‎ 1942a
  • (en) Leonard Bloomfield, Eastern Ojibwa, Ann Arbor, University of Michigan Press,‎ 1958
    publié à titre posthume par Charles F. Hockett
  • (en) Leonard Bloomfield, The Menomini language, New Haven, Yale University Press,‎ 1962
    publié à titre posthume par Charles F. Hockett
  • (en) Leonard Bloomfield, Menomini lexicon, Milwaukee, Milwaukee Public Museum, coll. « Milwaukee Public Museum Publications in Anthropology and History »,‎ 1975
    publié à titre posthume par Charles F. Hockett
  • (en) Leonard Bloomfield, Cree-English lexicon, New Haven, Human Relations Area Files,‎ 1984 (ISBN 99954-923-9-3)
    publié à titre posthume par Charles F. Hockett
  • (en) Leonard Bloomfield, Fox-English lexicon, New Haven, Human Relations Area Files,‎ 1984b (ISBN 99954-923-7-7)
    publié à titre posthume par Charles F. Hockett

Participations à des ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • (en) Leonard Bloomfield, « Menomini morphophonemics », dans Études phonologiques dédiées à la mémoire de M. le prince N.S. Trubetzkoy, Prague, Travaux du Cercle linguistique de Prague,‎ 1939, p. 105-115
  • (en) Leonard Bloomfield, « Algonquian », dans Harry Hoijer et al., Linguistic structures of native America, New York, Wenner-Gren Foundation, coll. « Viking Fund Publications in Anthropology » (no 6),‎ 1946, p. 85-129

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]