Leo Vindevogel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Leo Vindevogel

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Tombe de Leo Vindevogel et de son épouse au Campo Santo, le cimetière de Mont-Saint-Amand.

Nom de naissance Leo Vindevogel
Naissance 14 décembre 1888
Petegem-sur-l'Escaut
Décès 25 septembre 1945 (à 56 ans)
Gand
Nationalité Drapeau de la Belgique Belgique

Leo Vindevogel, né à Petegem-sur-l'Escaut le 14 décembre 1888 et décédé à Gand le 25 septembre 1945, était un homme politique, qui fut bourgmestre de Renaix, dans la province de Flandre-Orientale (Belgique), de 1941 à 1944. A la libération, il fut accusé de collaboration avec l'occupant nazi et, à la suite de sa condamnation, exécuté.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières années[modifier | modifier le code]

La maison natale de Vindevogel à Petegem-sur-l'Escaut.

Après avoir fait des études d'instituteur à Saint-Nicolas, Vindevogel devint enseignant à Renaix et il occupera une telle fonction dans cette ville et aux alentours pour le reste de sa vie, sauf pour la période durant laquelle il alla vivre à Roubaix (en France) puis à Bruxelles. De 1907 à 1944, il fut le porte-parole de la Ligue populaire chrétienne (Christen Volksbond), un syndicat local. Il avait été volontaire dans l'armée belge pendant la Première Guerre mondiale, et huit chevrons de Front ainsi que la Croix de guerre lui furent décernés. Il semblerait que ce soit en partie en raison de l'expérience de la guerre que Vindevogel devint flamingant.[réf. nécessaire]

En 1921, il fut nommé échevin de l'éducation à Renaix et, en 1925, élu député belge. Membre du parlement belge, il fonda, en 1926, son propre parti populaire catholique flamand.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Eugène Soudan, le bourgmestre socialiste de Renaix, qui était aussi Ministre de l'Instruction publique dans le Gouvernement d'Hubert Pierlot, n'eut plus la possibilité d'exercer sa charge de bourgmestre au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Leo Vindevogel voulut, alors, le remplacer dans sa fonction. C'est ainsi qu'il fut bourgmestre sous l'occupation dès le 2 janvier [1] 1941 ; c'est dans cette fonction qu'il se vit contraint de nommer des fonctionnaires ayant, en majorité, une attitude favorable à l'égard des Allemands. Il sut convaincre les occupants de sa volonté de collaborer, entre autres, en préparant des listes pour la garde civique obligatoire, liste sur laquelle les sympathisants du nouveau régime étaient omis[2], ou en envoyant des convocations pour le travail obligatoire en Allemagne. Il échappa à une tentative d'assassinat commise par la Résistance renaisienne le 24 décembre 1943[3].

Vindevogel ne quitta pas le pays lorsque celui-ci fut délivré. Peut-être était-il convaincu d'avoir agi irréprochablement[4]. Sa famille, toutefois, se réfugia en Allemagne[réf. souhaitée]. En première instance, le Conseil de guerre le condamna, d'abord, à l'emprisonnement à perpétuité. Non satisfait de ce jugement, il fit appel, et en appel, la Cour militaire le condamna à la peine de mort. Son recours en grâce ayant été rejeté, il fut exécuté le 25 septembre 1945. Il fut le seul député belge à avoir été effectivement mis à mort après la libération.

Le procès et la condamnation[modifier | modifier le code]

La question de la culpabilité[modifier | modifier le code]

Concernant sa collaboration avec l'occupant nazi, plusieurs questions restent toujours sans réponse. Dans le milieu nationaliste flamand, mais aussi dans d'autres cénacles, on estima qu'il était allé trop loin dans la coopération avec l'occupant. Sa défense allégua qu'il avait mené une politique du moindre mal pour assurer l'approvisionnement de la ville et pour que la législation linguistique soit appliquée. Cependant, Maurice Ponette[5], un collaborateur renaisien notoire, qui servit dans la Waffen SS, et fut condamné à mort à la sortie de la guerre avant que sa peine ne soit commuée en courte détention, déclara publiquement le 25 avril 1986 à Renaix, devant le Marnixring Ronse-Taalgrens[6], que seule l'ambition de Leo Vindevogel l'avait poussé à briguer la charge de bourgmestre de Renaix. Or, Vindevogel avait toujours prétendu que si lui-même s'était dévoué pour exercer la charge de bourgmestre de Renaix, c'était pour barrer la route à cet extrémiste-là[7].

Après la Libération, il lui sera reproché le port d'armes, la propagande, des dénonciations, l'altération des institutions légales, l'aide à l'ennemi et la constitution de groupements dangereux pour l’État. Le Conseil de guerre y ajoutera aussi son rôle dans l'affaire de ses fils, l'un pour appartenance à la Waffen-SS, l'autre pour aide à la police allemande lors d'arrestation d'otages[8]. Lors de son procès, mais aussi auparavant dans les articles qu'il livrait à la presse locale renaisienne, Vindevogel avoua sa conviction plutôt pro-allemande et anti-anglaise ; les procureurs reconnaissaient d'ailleurs que cette opinion, en soi, n'était pas condamnable. Dans les milieux de la résistance, il fut, nonobstant, considéré - avec Auguste Borms, Irma Laplasse et Karel De Feyter - comme un symbole de la collaboration[réf. nécessaire].

Cette collaboration ne valut sans doute pas la peine de mort par comparaison à des cas de collaborateurs bien plus impliqués que lui. Bien que les bourgmestres de grandes villes comme Anvers et Liège portassent une responsabilité considérablement plus élevée (entre autres, par l'enregistrement des Juifs), ils n'avaient pourtant pas été poursuivis.[réf. nécessaire] Certains, notamment dans les milieux nationalistes flamands, disent que les mains de Vindevogel n'étaient pas ensanglantées, même pas indirectement. Mais d'autres, et notamment la section régionale renaisienne de la Confédération Nationale des Prisonniers Politiques et Ayants-Droits de Belgique[9]prétendent le contraire, et lui imputent une importante responsabilité dans la déportation vers les camps de travail allemands de nombreux Renaisiens soupçonnés de faire partie de la Résistance[10]. Quoi qu'il en soit, beaucoup, parmi les nationalistes flamands, considèrent son exécution comme un règlement de comptes, à la base duquel se trouvent les conceptions opposées entre flamands et francophones dans la ville de Renaix, sur la frontière linguistique : les "barons" de l'industrie textile francophiles contre la classe ouvrière flamande.

Le fait qu'une peine de prison ait été alourdie en peine de mort en appel - condamnation qui fut, de surcroît, exécutée - serait à mettre en rapport avec les événements contemporains : c'est à cette époque que l'existence des camps de concentration et d'extermination des nazis devint connue du grand public. Un autre aspect contestable du procès aurait été que Vindevogel, en tant que civil, passa en conseil de guerre sans que l'on eût levé son immunité parlementaire au préalable. Son immunité parlementaire avait toutefois été levée par la Chambre des Représentants le 7 novembre 1944, avec une demande complémentaire adressée à la Chambre le 3 février 1945, donc bien avant que son procès ne débute le 9 mars 1945 devant le Conseil de Guerre[11].

Révision du verdict[modifier | modifier le code]

En 1994, en collaboration avec un groupe extrémiste pour la défense de la langue néerlandaise (le Taal Aktie Komitee), le fonds culturel flamand de tendance chrétien-démocrate Davidsfonds publia le livre Het Proces Vindevogel (Le Procès Vindevogel), qui offre un compte rendu sténographique détaillé de l'avancement du procès. Dans leur préface, les auteurs indiquent qu'il y avait, selon eux, eu plusieurs erreurs procédurales, sur lesquelles ils reviennent à la fin du livre pour émettre des commentaires à ce sujet ; les auteurs y décèlent de la négligence dans le traitement des preuves. Mais ces prétendues erreurs de procédure n'ont cependant pas fait l'objet d'un pourvoi en cassation.

En 2000, le gendre de Vindevogel, Remi De Vis, écrivit une note au ministre de la Justice pour lui demander la révision de l'arrêt. Il motiva notamment sa requête par la constatation que Vindevogel avait aussi été condamné en raison de la dénonciation aux Nazis du ministre Eugène Soudan, bourgmestre de Renaix jusqu'à son empêchement dû aux événements de la guerre, qui fut alors déporté au camp de concentration de Buchenwald. Toutefois, après la libération du camp, Soudan avait déclaré que Vindevogel n'était pas son dénonciateur. Ce message atteignit cependant la cour bien trop tard[12].

Jusqu'à nos jours, l'arrêt rendu dans le procès de Vindevogel n'a pas été revu. La condamnation de Vindevogel à une indemnité n'a pas été annulée. On a même procédé au recouvrement et transmis la condamnation civile à ses héritiers n'ayant pas répudié sa succession[13]. Une nouvelle biographie[14] de Vindevogel a été publiée en 2013.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources/Références[modifier | modifier le code]

  1. Nomination le 2 janvier 1941, publication au Moniteur belge le 5 janvier 1941
  2. Voyez à ce sujet l'article de Stef Vancaeneghem cité en lien externe dans la présente page
  3. Voir notamment : Noël Deconinck, Le Renaisis pendant la seconde guerre mondiale, 1975, vol. I (1940-1943), p. 145 à 147.
  4. D'après Willy Jonckheere, Jan Verroken : van Harmelcentrum tot Hertoginnedal als architekt van de taalwetgeving. Wielsbeke : Oranje-De eenhoorn, 1992, p. 54.
  5. Maurice Ponette, né à Renaix en 1906 et mort à Louvain en 1998, était le petit-fils de l'ancien bourgmestre de Renaix Oswald Ponette. Il fut avocat, et défendit notamment Florimond Grammens, dans l'entre-deux-guerres. Il fut le dirigeant du V.N.V. (Vlaams Nationaal Verbond) de l'arrondissement d'Audenarde. Après la défaite de 1940, il devint membre du "De Vlag" et de la SS générale. Il s'engagea dans la Waffen-SS après la libération de Renaix le 3 septembre 1944 et prit part aux combats dans les Vosges contre les troupes alliées et américaines. Condamné à mort par contumace, déchu de ses droits politiques et de la nationalité belge par le 30 novembre 1945, il vécut dans la clandestinité jusqu'en 1950, date à laquelle il se rendit aux autorités. Sa condamnation à mort fut commuée en sept ans d'emprisonnement dont il ne fit que trois ans. Il récupère ensuite ses droits civiques. Il adhéra en 1977 au "Vlaams Blok", parti qui venait d'être fondé par Karel Dillen.
  6. Le compte-rendu de son discours fut rédigé par l'historien Luc Dejonghe, auteur de l'ouvrage Ronse, Vlaams Schiereiland. Kroniek van een Taalstrijd, Marnixring Ronse-Taalgrens : Davidsfonds afdeling Ronse, 1986, 165 pages.
  7. Voyez les considérations de Stef Vancaeneghem dans le lien externe en bas de page.
  8. Luc Vandevelde, Le Livre noir de Renaix, 2013, p. 17.
  9. Luc Vandevelde, Le Livre noir de Renaix, 2013,p. 17
  10. Ce fut en grande partie l'objet de son procès pour lequel il fut condamné à mort.
  11. Voir le site www.plenum.be
  12. Annales du Sénat à cet égard.
  13. Le Droit civil exclut tout payement des dettes du défunt lorsqu'il y a eu renonciation à la succession du de cujus
  14. Stef Vancaeneghem, Biografie of hagiografie, [En ligne], 8 janvier 2014, [www.stefvancaeneghem.blogspot.be]