Leo Rosten

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Leo Rosten

Description de l'image  Leo Rosten 1959.JPG.
Nom de naissance Leo Calvin Rosten
Autres noms Leonard Q. Ross
Activités Romancier, scénariste
Naissance 11 avril 1908
Łódź, Drapeau de la Russie Russie
maintenant Drapeau de la Pologne Pologne
Décès 19 février 1997 (à 88 ans)
New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue d'écriture Anglais américain
Genres Roman, roman policier

Œuvres principales

Leo Calvin Rosten (11 avril 190819 février 1997) est né à Łódź, alors en Russie et maintenant en Pologne, et est mort à New York. Enseignant et chercheur, il est surtout connu comme humoriste dans les domaines de la rédaction de scénarios et d'histoires, du journalisme et de la lexicographie du yiddish.

Biographie[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Rosten fut un scénariste de cinéma à succès. On lui doit la trame pour L'Impasse tragique, un film noir avec dans le rôle principal Mark Stevens, et Des filles disparaissent, drame de Douglas Sirk avec George Sanders et Lucille Ball. Il figure parmi les auteurs du Combat du capitaine Newman, adapté de son roman du même titre. Autres films : Mechanized Patrolling (1943) (sous le nom de Leonard Q. Ross), They Got Me Covered (1943) (scénario, sous le nom de Leonard Q. Ross), Échec à la Gestapo (1942, scénario, sous le nom de Leonard Q. Ross), Les Conspirateurs de Jean Negulesco (1944, scénario de Leo Rosten et Vladimir Pozner d'après le roman de Frederic Prokosch), The Velvet Touch (en) (1948), L'Homme aux lunettes d'écaille (1948, roman, scénario), Double Dynamite (1951, l'histoire), Le Guêpier (1952) et L'Extravagant Monsieur Cory (1957, scénario).

Chroniques et livres[modifier | modifier le code]

On se souvient entre autres de Rosten pour ses nouvelles mettant en scène Hyman Kaplan, le prodige des cours du soir, d'abord publiées dans The New Yorker au cours des années 1930 et réimprimées plus tard en deux volumes : L'Éducation de H*Y*M*A*N K*A*P*L*A*N et Le Retour de H*Y*M*A*N K*A*P*L*A*N, sous le pseudonyme de Leonard Q. Ross. Il est également célèbre pour son encyclopédie en un volume Les Joies du yiddish (1968), un guide de la langue yiddish et de la culture juive en même temps qu'une mine d'anecdotes et de traits d'humour juif. Le livre a été suivi par O K*A*P*L*A*N ! My K*A*P*L*A*N ! (1976) et Hooray for Yiddish ! (1982), un lexique humoristique sur la langue américaine dans la mesure où elle est influencée par la culture juive. Un autre ouvrage de Rosen est Leo Rosten's Treasury of Jewish Quotations.

Bibliographie française sous le pseudonyme de Leonard Q. Ross[modifier | modifier le code]

  • Fais comme un rat, (The Dark Corner, 1945), Série noire no 63, 1950
  • Dors mon amour, (Sleep My Love, 1947), Hachette "L'Énigme", 1948

Citations[modifier | modifier le code]

Parmi les nombreuses phrases de Rosten que l'on cite volontiers, on trouve : « Un conservateur est quelqu'un qui admire les gens de gauche mais des siècles seulement après leur mort », « la Vérité est plus bizarre que la fiction car la fiction doit rester raisonnable », « Nous voyons les choses comme nous sommes, pas comme elles sont », et « Je ne peux pas croire que le but de vie soit d'être heureux. Je crois que le but de vie c'est d'être utile, c'est d'être responsable, de montrer de la compassion. C'est avant tout d'avoir une importance, de compter, de représenter quelque chose, d'avoir fait quelque chose de différent et que vous avez complètement vécu. »

Lors d'un dîner en l'honneur de l'humoriste W. C. Fields, Rosten, qui était alors assez jeune et nerveux, dit-on, lâcha à propose de Fields une boutade qui ne fut pas écrite : « Quelqu'un qui déteste les bébés et les chiens ne saurait être entièrement mauvais ! » Souvent cette déclaration est par erreur attribuée à Fields lui-même.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1935, Rosten s'est marié avec Priscilla Ann « Pam » Mead (1911-1959), sœur de l'anthropologue Margaret Mead. Ils ont eu deux filles : Madeline Rosten et Margaret Ramsey Rosten et un fils, Philip Rosten (1938-1996), lequel a eu à son tour six petits-enfants, Josh et Ben Lee (Madeline), Seth Muir (Margaret) et Alexander, Carrie et Pamela Rosten (Phillip). Dans sa carrière littéraire Carrie a suivi les pas de son grand-père et est l'auteur de trois livres, dont un roman sur une jeune adulte, Chloe Leiberman (Sometimes Wong). Le mariage de Leo et Pam s'est terminé par un divorce. La deuxième femme de Rosten, qu'il a épousée en 1960, se nommait Gertrude Zimmerman (1915-1995).

Source[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

En langue française
En langue anglaise
  • The Education of H*Y*M*A*N K*A*P*L*A*N (1930s) (as Leonard Q. Ross)
  • The Return of H*Y*M*A*N K*A*P*L*A*N (1930s) (as Leonard Q. Ross)
  • Échec à la Gestapo (All Through the Night) (1941) (story) (as Leonard Q. Ross)
  • They Got Me Covered (en) (1943) (story) (as Leonard Q. Ross)
  • Mechanized Patrolling (1943) (as Leonard Q. Ross)
  • Les Conspirateurs (film, 1944) (The Conspirators) (1944) (screenplay)
  • L'Impasse tragique (The Dark Corner) (1946) (story)
  • Lured (1947)
  • L'Homme aux lunettes d'écaille (Sleep, My Love) (1948) (novel) (screenplay)
  • The Velvet Touch (en) (1948)
  • Une veine de... (Double Dynamite) (1951) (story)
  • Walk East on Beacon! (en) (1952)
  • L'Extravagant Monsieur Cory (Mister Cory) (1957) (story)
  • Leo Rosten Bedside Book (1962)
  • Captain Newman, M.D. (1963) (novel)
  • The Joys of Yiddish (1968)
  • People I Have Loved, Known or Admired (1970)
  • A Most Private Intrigue (1970)
  • Rome Wasn't Burned In a Day: The Mischief of Language (1972)
  • Home is where to learn how to hate (1973)
  • A Trumpet for Reason (1974)
  • The Washington Correspondents (Politics and People) (1974)
  • Dear (1975)
  • The Cook Book (1975)
  • Religions of America (1975)
  • Hollywood: Movie Colony the Movie Makers (1975)
  • Dear Herm (1975)
  • O K*A*P*L*A*N! My K*A*P*L*A*N! (1976)
  • The 3:10 to anywhere (1976)
  • Look Book (1976)
  • Leo Rosten's Treasury of Jewish Quotations (1977)
  • The Power of Positive Nonsense
  • Passions & Prejudices: Or, Some of My Best Friends Are People (1978)
  • Silky. A Detective Story (1979)
  • Infinite Riches (1979)
  • King Silky (1981)
  • Hooray for Yiddish: A Book About English
  • Giant Book of Laughter (1985)
  • Leo Rosten's Book of Laughter (1986)
  • Hebrew-English Lexicon of the Bible (1987)
  • The Joys of Yinglish (1988)
  • Leo Rosten's Giant Book of Laugh (1989)
  • Leo Rosten's Carnival of Wit: From Aristotle to Woody Allen (1996)

Voir aussi[modifier | modifier le code]