Lemna minor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Petite lentille d'eau

Lemna minor, la petite lentille d’eau, est une espèce de lentille d’eau, végétal de la famille des Araceae et de la sous-famille des Lemnoideae (autrefois, famille des Lemnaceae).


Petite plantule ovale de 2 à 3, rarement 4 mm, dans la plus grande longueur, vert clair face supérieure, plus foncée face inférieure, ayant l'aspect d'une petite feuille. Face inférieure plate ou très légèrement ondulée et portant une racine centrale comme chez Lemna gibba. Une racine par fronde. Frondes arrondies, un peu plus longues que larges, 3 à 5 nervures peu ou pas visibles. Indigène. Très commune.

Habitat[modifier | modifier le code]

Mares et eaux stagnantes[modifier | modifier le code]

Plante pérenne ne présentant aucune difficulté de culture surtout à la surface des eaux à fort taux de nitrates, riches en matières organiques et bien éclairées. Une prolifération excessive peut la rendre gênante pour le bon développement des plants enracinés qui peuvent être privés de lumière, D'autres espèces, en aquarium, peuvent apprécier la lumière tamisée et diffuse sous une couverture de lentilles d'eau. Enfin, certains poissons tropicaux l'apprécient comme nourriture végétale... ce qui peut "rentabiliser" la culture. Lemna minor ne fleurit pas en aquarium sans doute à cause d'une luminosité insuffisante mais ceci ne l'empêche pas de proliférer par une division végétative. Se méfier de l'introduction volontaire ou accidentelle de lentilles d'eau provenant des milieux naturels car elles sont souvent le refuge d'hydres, de planaires et autres sangsues

Nuisances dues à l’invasion[modifier | modifier le code]

Sur la biodiversité : La prolifération, très rapide dans de bonnes conditions (doublement de la population en 3 à 15 jours),des lentilles d’eau aboutit à la formation de tapis (parfois sur plusieurs centimètres d’épaisseur) à la surface de l’eau, ce qui empêche la pénétration de la lumière et les échanges gazeux entre l’air et l’eau. Cela peut occasionner une asphyxie du milieu, entraînant ainsi la disparition de la flore et de la faune aquatiques et une accumulation rapide de matière organique qui ne peut être dégradée sans oxygène Pour l’homme : Les tapis peuvent constituer une gêne physique pour des activités (navigation, baignade, pêche) et sont parfois perçus par les riverains comme une « pollution visuelle ».

Liens externes[modifier | modifier le code]