Lembach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Lambach
Lembach
Rue principale.
Rue principale.
Blason de Lembach
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Wissembourg
Canton Wissembourg
Intercommunalité C.C.Sauer-Pechelbronn
Maire
Mandat
Charles Schlosser
2014-2020
Code postal 67510
Code commune 67263
Démographie
Population
municipale
1 658 hab. (2011)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 00′ 17″ N 7° 47′ 29″ E / 49.0047, 7.7914 ()49° 00′ 17″ Nord 7° 47′ 29″ Est / 49.0047, 7.7914 ()  
Altitude Min. 177 m – Max. 551 m
Superficie 48,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Lembach

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Lembach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lembach

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lembach

Lembach est une commune française, située dans le département du Bas-Rhin en région Alsace.

Ses habitants sont appelés les Lembachois ("Lembacher" en alsacien).

La commune fait partie du parc naturel régional des Vosges du Nord.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Sauer à Lembach.

Au cœur du parc naturel régional des Vosges du Nord, Lembach se situe dans la vallée de la Sauer, dans une cuvette au confluent de la Sauer et du Heimbach. Le village est entouré de collines dont l'altitude atteint 450 à 500 m (Riegelsberg au nord-est, Kraehberg à l'ouest, Hochwald à l'est).

Lembach se situe à environ 15 kilomètres de Wissembourg, à 25 kilomètres de Haguenau et à six kilomètres de la frontière allemande.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette commune a la particularité d'avoir un territoire très vaste et très riche en histoire avec ses châteaux forts (dont le plus célèbre, le Fleckenstein), un tronçon de la ligne Maginot (ouvrage du Four-à-Chaux, ouvrage de Lembach et des casemates), sa tuilerie, ses moulins, et ses lavoirs.

Si des vestiges gallo-romains témoignent d’une occupation très ancienne du site de Lembach, la première mention écrite du village date de 754.

Au Moyen Âge, Lembach connaît une situation administrative très complexe. La Sauer fait office de frontière entre deux territoires ayant des statuts différents : sur la rive droite le Flecken, un fief concédé par un seigneur à un vassal ; et sur la rive gauche le village (Dorf), un ensemble de terres libres de toute obligation. D’ailleurs, Lembach comporte à cette époque deux moulins sur la Sauer : l’un situé sur la rive droite (Moulin du Haut, actuelle scierie) et l’autre situé sur la rive gauche (Moulin du Bas, voir ci-dessous « Lieux et monuments »).

Plusieurs seigneurs se sont succédé en tant que propriétaires du fief (rive droite) : les Ettendorf (au XIIIe siècle), l’évêque de Strasbourg (de 1399 à 1409), les Fleckenstein (de 1409 à 1720) qui ont également acquis le village (rive gauche) et les Vitztum von Egersberg (de 1721 jusqu’à la Révolution française).

L’histoire de Lembach a été marquée par une succession de périodes de prospérité et de déclin. En 1899 est ouverte une petite ligne de chemin de fer qui relie Lembach à Walbourg, et à la grande ligne Wissembourg-Strasbourg. Cette ligne marque le début du tourisme dans la haute vallée de la Sauer. La ligne est exploitée par le réseau Alsace-Lorraine puis par la SNCF. La ligne est fermée en 1975 pour le trafic marchandises et déclassée en 1990. Les rails sont déposés en 1992 pour permettre l'aménagement d'une piste cyclable.

Entre 1930 et 1935, la construction de l’ouvrage de la ligne Maginot, le Four-à-Chaux, marque la dernière grande période de prospérité économique.

En 1939, lors de la déclaration de la Seconde Guerre mondiale, les habitants de Lembach sont évacués en Haute-Vienne. À la fin de la guerre, le village est libéré deux fois : une première fois le 14 décembre 1944, et une seconde fois le 19 mars 1945.

À partir des années 1970, les habitants voient fermer les commerces les uns après les autres, victimes de la grande distribution implantée dans les villes proches. Le village n’offrant plus guère de travail, Lembach ne peut contenir le départ des jeunes habitants, et subit un important vieillissement de la population.

Le 1er septembre 1972, la commune fusionne avec le village de Mattstall qui devient commune associée.

En 1993, la commune de Lembach fait partie des membres fondateurs de la Communauté de communes de la Vallée de la Sauer, qui devient la Communauté de communes Sauer-Pechelbronn en 2008.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lembach

Les armes de Lembach se blasonnent ainsi :
« De gueules à l'écusson cousu de sinople chargé de trois fasces d'argent, en pointe, sommé d'un arbre d'or. »[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Hommage aux activités traditionnelles en bas-relief sur la mairie.

Période avant la guerre de 1939-1945 : la commune de Lembach était gérée par un administrateur, qui était également le premier secrétaire de mairie.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1794 1807 Georges Schiellein    
1807 1810 Georges Knoll    
1810 1812 Ignace Vitzthum    
1812 1816 Georges Schiellein    
1816 1831 Daniel Rimmel    
1831 1842 Philippe Knoll    
1842 1850 Jacques Ehrstein    
1850 1855 Jacques Schiellein    
1855 1860 Jacques Ehrstein    
1860 1872 Fréderic Bierck    
1872 1896 Henri Schellenberger    
1896 1919 Jean-louis Dillmann    
1919 1942 Georges Hetzel    
1943 1944 Jacques Bintz    
1938 1950 Philippe Mertz   Administrateur
1944 1947 Jacques Wagner    
1947 1953 Jacques Muller    
1953 1965 Henri Mertz    
1965 1995 Jacques Klein    
1995 2008 Charles Schlosser    
mars 2008 en cours Charles Schlosser[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 658 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 186 1 536 1 539 1 818 1 976 2 129 1 961 1 949 1 880
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 624 1 674 1 684 1 479 1 452 1 545 1 491 1 438 1 436
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 463 1 463 1 448 1 426 1 468 1 499 1 802 1 566 1 501
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 602 1 663 1 782 1 681 1 710 1 689 1 724 1 728 1 658
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Russel Schweickart est un astronaute américain, petit-fils d'un couple de Lembach qui émigra aux États-Unis. Il est venu visiter le village à deux reprises, et a donné son nom à une de ses rues. Une sculpture de Grégoire Popp célèbre, entre autres, Rusty Schweickart.
  • Paul Bertololy[5]: médecin et écrivain né le 12 février 1892 à Franckenthal et mort le 28 novembre 1972 à Lembach. Paul Bertololy a exercé pendant plus de 30 ans à Lembach. Il a reçu plusieurs prix littéraires pour ses nouvelles et romans en langue allemande et a été nommé citoyen d'honneur de la commune de Lembach. La maison de retraite inaugurée en 2005 porte son nom.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Association d'Alsace pour la conservation des monuments napoléoniens, De Niederbronn à Lembach : histoire, sites, monuments, Y. Bonnel, 1986, 110 p. (ISBN 2-904701-05-2)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :