Lehman Brothers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

35° 39′ 37″ N 139° 43′ 44″ E / 35.6604, 139.729 ()

Lehman Brothers

Description de l'image  Lehman Brothers.svg.
Création 1850 à Montgomery, Alabama
Disparition 15 septembre 2008
Fondateurs Henry Lehman, Philip Lehman
Personnages clés Richard S. Fuld, Jr., Chairman & CEO
Joseph M. Gregory, President and COO
Forme juridique Incorporation
Action (NYSE: LEH)
Slogan Where Vision Gets Built
Siège social Drapeau des États-Unis New York (États-Unis)
Activité Banque d'Investissements et services financiers diversifiés
Effectif 26 200 (2008)
Site web www.lehman.com
Chiffre d’affaires 46,709 Md US$ (2006)
Résultat net 4,00 Md US$ (2006)

Lehman Brothers était une banque d'investissement multinationale proposant des services financiers diversifiés. Le siège social de la firme se trouvait à New York, et elle possédait d'autres sièges régionaux à Londres et Tokyo ainsi que divers bureaux à travers le monde. Elle fit officiellement faillite le 15 septembre 2008 (faute de repreneurs) à la suite de la crise financière mondiale née de la crise des subprimes. Début 2010, un rapport de la justice américaine révèle que depuis 2007, la banque masquait son endettement. Il accuse les anciens dirigeants d'avoir utilisé de façon abusive une technique comptable, le Repo 105, qui a conduit à « présenter un bilan erroné »[1].

Lehman Brothers a été un acteur dans les domaines de la banque d'investissement, actions et obligations, études de marché, capital-investissement et banque privée. C'était un acteur majeur du marché des emprunts d'État américains. Ses filiales comprenaient : Lehman Brothers Inc., Neuberger Berman Inc., Aurora Loan Services, Inc., SIB Mortgage Corporation, Lehman Brothers Bank, FSB, BNC Mortgage, Inc. et le Crossroads Group.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création et croissance[modifier | modifier le code]

Siège social de Lehman Brothers en 2007

La société est créée en 1850 à Montgomery (Alabama), par les frères Emanuel et Mayer Lehman, immigrants juifs allemands ; après la guerre civile américaine, ils déplacent leurs affaires à New York. Ils participent alors au marché de l'échange de coton, au marché naissant pour des liaisons de chemin de fer, et gèrent les affaires financières de conseil. Ils rejoignent la Bourse de New York en 1887. La société commence ensuite à développer des intérêts internationaux en Europe et au Japon dans l'expertise des opérations bancaires marchandes. En 1889 ils effectuent leur première émission d'actions. Dans la première décennie du XXe siècle, ils aident financièrement et participent à la fondation de Sears, Roebuck and Company, F.W. Woolworth Company, May Department Stores Company, Gimbel Brothers, Inc. et R.H. Macy & Company.

La compagnie survit à la crise de la grande dépression en se concentrant sur l'aide des bailleurs de fonds privés et des compagnies liées, alors que la bourse des valeurs mobilières de valeurs à revenu variable est de nouveau à la hausse. C'était la base de la gestion des capitaux à risques de l'industrie d'aujourd'hui. Dans les années 1930, ils effectuent l'appel public à l'épargne initiale du premier fabricant de télévision DuMont et aident les fonds de RCA. Ils aident également l'industrie pétrolière naissante, avec des compagnies comme Halliburton et Kerr-McGee. Dans les années 1950, ils participent à la lancée en bourse de Digital Equipment Corporation (DEC, Digital). Plus tard, ils participent à l'acquisition de Digital par Compaq.

En 1975, la société acquiert Abraham et Cie, et deux ans après, fusionne avec Kuhn, Loeb & Co pour former Lehman Brothers Kuhn Loeb & Co. Au sein de cette société, une ligne commune est tracée entre les commerçants et les banquiers. Les commerçants pendant cette période ont amené la plupart des bénéfices. Lewis Glucksman, un commerçant, prend la présidence en septembre 1983 ; les banquiers ont alors quitté la société, qui s'est divisée dans les luttes de puissance. Steve Schwarzman, président des sociétés de fusions et acquisitions affirme dans une entrevue de février 2003 qu'« avec le développement des capitaux propres privés à l'international, la société a eu un environnement interne extrêmement concurrentiel, qui est finalement devenu dysfonctionnel ». La compagnie a souffert de cette désintégration, et Glucksman est contraint de vendre la société en 1984.

Elle est reprise par American Express pour $360 millions et devient Shearson Lehman/American Express. En 1988, Shearson Lehman et E.F. Hutton & Co. fusionnent en Shearson Lehman Hutton Inc. En 1993, la société est vendue à Travelers Group ; la société connaît alors un renouveau et redevient indépendante. En 1994, la compagnie émet des actions publiques. Les actions ordinaires de Lehman Brothers Holding Inc. débutent sur la Bourse de New York et dans le Pacifique, via une introduction en Bourse. Au début des années 2000, Lehman Brothers a subi un premier revers, étant l'une des dix grandes banques d'investissement à avoir signé un compromis à 1,4 milliard de dollars sur la question de l'indépendance de l'analyse financière, via l'accord amiable d'avril 2003, avec la SEC et[2], l'association des courtiers américains.

En 2007, elle rachète Marseille République à Lone Star Funds, qui avait investi rue de la République à Marseille[3].

Faillite[modifier | modifier le code]

Faillite de Lehman Brothers le 15 septembre 2008.

À partir d'août 2007, Lehman Brothers essaie de solder sans succès ses positions sur les crédits immobiliers à risque, suite de la crise des subprimes. Les pertes engendrées par ces positions conduisent la banque à vendre pour six milliards USD d'actifs. Sa capitalisation boursière chute alors de 73 %. Les pertes cumulées de la banque poussent la direction à rechercher un repreneur mais sans résultat.

Autour d'elle, d'autres banques sont aidées par l'État telles Bear Stearns en mars 2008, les sociétés de crédit hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac le 7 septembre 2008 mais aucune aide ne vient à Lehman Brothers. L'abstention de l'État est largement perçue comme la volonté de faire un exemple[4]. Néanmoins, Bernanke insiste sur le fait que la Fed n'a jamais été en mesure de faire un choix entre sauver ou non Lehman, cette banque ne pouvant proposer aucune contrepartie à l'octroi de prêt comme cela était requis pour respecter le cadre légal[5]. Et le 15 septembre 2008, à New York, à la suite de la crise des subprimes, Lehman Brothers Holdings Inc. se déclare en faillite et se place sous la protection du chapitre 11 du droit fédéral[6]. Jusqu'au dernier moment, les marchés ont espéré la reprise de Lehman Brothers par Bank Of America (comme JP Morgan Chase avait récupéré Bear Stearns 6 mois plus tôt), mais finalement la grande banque préfèrera sauver Merrill Lynch, elle aussi sur le point de faire faillite le 15 septembre.

Le cours de Bourse de Lehman Brothers était au 5 juin 1994 de 4,53 USD, avec un point le plus haut à 85,80 USD au 4 février 2007. Le 12 septembre 2008 l'action ne valait plus que 3,65 USD. Avant cessation définitive de la cotation, l'action valait 0,13 USD.

Les 16 et 17 septembre 2008, la banque britannique Barclays annonce le rachat des activités de banque d'investissement et de courtage de Lehman Brothers en Amérique du Nord, y compris le siège social sur la 7e avenue de New York et deux centres de traitement de données dans le New Jersey, pour 1,75 milliards USD.

Dans les jours suivants, Nomura, numéro un japonais du courtage, reprend le courtage des actions et la banque d'investissement (conseils) en Europe, ainsi qu'une partie de ses 2 500 employés, et la totalité d'activités dans la zone Asie-Pacifique, Japon et Australie inclus, soit environ 3 000 salariés au total, pour 225 millions de USD.

Les fonds d'investissements Bain Capital et Hellman & Friedman (en) font une offre de reprise de Neuberger Berman, une des filiales de gestion d'actifs pesant 150 milliards de USD[réf. nécessaire], pour 2,15 milliards de USD. Carlyle s'oppose à l'entérinement de cette reprise, finalement la cour de faillite de New York attribuera la reprise à un consortium constitué du management de Neuberger Berman. En Europe également, les activités de gestion quantitative seront reprises par les salariés sous le nom de TOBAM S.A.S[7].

La chute de Lehman Brothers entraîne avec elle la bourse américaine, puis quelques semaines plus tard toutes les bourses mondiales. Pour pallier la crise, certains États nationalisent les pertes engendrées par les banques en difficultés, garantissent les épargnes et vont même racheter les actifs toxiques. Parmi les banques en difficulté, AXA, qui n'a annoncé que 300 millions d'euros d'exposition à la dette de Lehman, était le premier actionnaire via des fonds pour compte de tiers[8],[9].


La banque Lehman Brothers First Trust Inc., code LBC cotée à New York existe encore au 20 octobre 2008 avec à cette date 151 millions de $ de capitaux propres pour 107 millions de $ de dettes totales[10].

Structure[modifier | modifier le code]

Les autres branches sont des filiales à 100 %. La société comptait 19 200 employés en 2004. L'adresse de l'entreprise était : Seventh Avenue 745; New York, NY 10019; États-Unis.

PricewaterhouseCoopers est l'administrateur de LB en Europe. Lehman était affiliée à Fargo Records, à CitiMortgage et à Smith Barneby.

Gestion[modifier | modifier le code]

Ancien président-directeur général et président du conseil d'administration : Richard S. Fuld, Jr.

Filiales[modifier | modifier le code]

  • Aurora Loan Services, Inc.
  • SIB Mortgage Corporation
  • Lehman Brothers Inc.
  • Neuberger Berman Inc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stéphanie Fontenoy, Lehman Brothers trichait sur son bilan financier, La Croix du 17/03/2010.
  2. L'accord du 28 avril 2003 entre la Justice, dix grandes banques, la SEC et la Nasd
  3. Rémi Leroux, La faillite de Lehman Brothers se fait sentir jusqu'à Marseille, Rue89, 17 septembre 2008
  4. (fr) Florentin Collomp, « Lehman Brothers, la faute originelle », Le Figaro,‎ 16 octobre 2008 (consulté le 16 octobre 2008)
  5. The New Yorker, 01/12/2008, John Cassidy, « Anatomy of a Meltdown, Ben Bernanke and the financial crisis. »
  6. (fr) Sylvain Cypel, « Crise financière : Lehman Brothers en liquidation, Merrill Lynch rachetée », Le Monde,‎ 15 septembre 2008 (consulté le 16 octobre 2008)
  7. (fr) Boursier.com, « Marchés : Lehman Brothers AM France devient TOBAM ... », Boursier.com,‎ 15 septembre 2008 (consulté le 5 février 2009)
  8. « L'incertitude sur l'impact de Lehman tétanise la Bourse », Le Point, 16 septembre 2008.
  9. « Axa : 450 ME d'exposition à la dette de Lehman Brothers et AIG », Boursier.com, 16 septembre 2008.
  10. (en) Site officiel de la Lehman Brothers First Trust Inc.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]