Lee Hays

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lee Hays (14 mars 1914 - 26 août 1981) est un auteur-compositeur et interprète folk américain, chanteur Bass au sein du groupe The Weavers, intéressé toute sa vie durant par le racisme, l'inégalité, et la violence de la société.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de William Benjamin Hays et Ellen Hays (née Reinhardt), Lee Hays est né à Little Rock en Arkansas. William est prêcheur méthodiste, et cette fonction itinérante occasionna de nombreux déménagements : Arkansas et Géorgie dans son enfance, pendant laquelle il apprit à chanter dans l'église de son père. À l'âge de 5 ans, il est témoin des lynchages d'Africains-Américains. Il étudia au Commonwealth College d'Arkansas en pleine période de Grande Dépression. À la même époque, il se mit lui aussi à prêcher dans quelques églises locales, écrivant des histoires, des pièces de théâtre et des chansons.

Syndicalisme[modifier | modifier le code]

Dans les Années trente, il abandonna les études et devint syndicaliste, activiste donnant cours au Highlander Folk School dans le Tennessee. À la même époque, il vécut à New York et y joua aux côtés de Pete Seeger, Woody Guthrie, Leadbelly, Burl Ives ou encore Josh White. En 1940 et 1941, il chantait au sein du groupe de Pete Seeger, les Almanac Singers. Plusieurs chansons datant de cette époque furent écrites par Lee lors de manifestations activistes (syndicales, entre autres) : c'est ainsi que sont nées Plow the Fourth Boy Under et Get Thee Behind Me, Satan. Il n'était pas rare qu'il adapte des hymnes chrétiens ou autres chansons Negro spiritual pour la cause syndicaliste.

La période The Weavers et l'ère McCarthy[modifier | modifier le code]

En 1948, Hays fonde le groupe The Weavers avec Pete Seeger et deux autres musiciens : Ronnie Gilbert et Fred Hellerman. Hays a écrit, coécrit ou arrangé certaines de leurs meilleures chansons (Kisses Sweeter than Wine[1], et surtout If I Had a Hammer). Hays fit partie des artistes présents au concert de Paul Robeson à Peekskill d'où naquirent les Emeutes de Peekskill [2], d'où il fuit en s'échappant en voiture, accompagné de Guthrie et Seeger après qu'une foule s'affirmant Patriote anti-communiste a pénétré la salle du concert, agressant artistes et public. Par ses affinités avec les partis de Gauche, il fut suspecté de sympathies communistes: en 1950, Lee Hays est référencé en 1950 sur la liste noire anticommuniste Red Channels[3]. Convoqué par le Comité des affaires contre l'Amérique, le jugement est totalement ignoré par Lee, qui refusa de répondre, qui n'a pas répondu au subpoena, évoquant le Cinquième amendement de la Constitution des États-Unis. Le groupe des Weavers, empêché de toute représentation, se sépara en 1952. En 1958, Hays enregistra des albums pour enfants dans un groupe dont faisait partie Alan Arkin appelé The Baby Sitters. Il fut acteur du film Alice's Restaurant en 1969, incarnant un prêcheur lors d'une rencontre évangélique en 1960. Sept ans plus tard, il déménagea vers Memory Lane, près de la Mount Airy Road à Croton-sur-Hudson, dans l'État de New York. Il se consacra à la culture organique, l'écriture, la cuisine et l'écriture. Il souffrait de surpoids et de diabète, et eut les deux jambes amputées, mais prit part à plusieurs réunions de son ancien groupe[4]. Leur ultime représentation s'est déroulée en juin 1981 dans la salle du Hudson River Revival à Croton Point Park.

Lee Hays mourut d'un AVC dû à son diabète, à son domicile de Croton-on-Hudson. Il fut incinéré et, selon ses vœux, ses cendres furent mélangées à son compost organique. Un documentaire intitulé The Weavers: Wasn't That a Time! sortit en 1982.

Source[modifier | modifier le code]

  1. citée par Tom Waits dans la chanson Trampled Rose sur l'album Real Gone
  2. le 4 septembre 1949
  3. il en fut de même pour tout le groupe des Weavers
  4. La dernière eut lieu en novembre 1980 au Carnegie Hall

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Courtney, Steve. "So long to Lee Hays" (obituary), North County News, September 2-8, 1981. p. 7
  • Stambler, Irwin, and Grelun Landon, eds. The Encyclopedia of Folk, Country and Western Music. New York: St. Martin’s Press, 1983.