Lee Friedlander (photographe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lee Friedlander.

Lee Friedlander, né le 14 juillet 1934 à Aberdeen, aux États-Unis, est un photographe américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Friedlander étudie la photographie au Centre d'art de Los Angeles. En 1956, il déménage à New York, où il fait des photographies de jazz pour des couvertures de disques.

Ses premiers travaux ont été influencés par Eugène Atget, Robert Frank, et Walker Evans. En 1960, la Fondation John-Simon-Guggenheim attribue une bourse à Friedlander pour qu'il se concentre sur son art et d'autres bourses lui ont été attribuées en 1962 et en 1977.

Il travaille alors principalement avec un appareil-photo Leica 35 mm et du film noir et blanc, se concentrant sur le « paysage social ». Pour sa photographie, il utilise divers aspects visuels de la vie urbaine ; reflets de vitrines, propriétés clôturées, affiches et panneaux de signalisation, combinant le tout pour restituer une vision de la vie moderne.

En 1963, la George Eastman House lui accorde sa première exposition monographique. En 1967, Friedlander est l'une des principales figures de l'exposition « New Documents », au Museum of Modern Art (MoMA) de New York avec Garry Winogrand et Diane Arbus. En 1973, son travail est à l'honneur aux Rencontres d'Arles à travers la projection du film Soirée américaine : Judy Dater, Jack Welpott, Jerry Uelsmann, Lee Friedlander présentée par Jean-Claude Lemagny.

Friedlander travaille maintenant[Quand ?] principalement avec des appareils photographiques de moyen format. Il souffre d'arthrose et son handicap le cloue à domicile ; ainsi, il photographie son environnement. Son livre, Stems, reflète sa vie pendant la période de sa chirurgie de remplacement du genou. Il dit que ses « membres » lui rappelaient des tiges de plantes ("Stems" en anglais). Ces images montrent les textures qui n'étaient pas présentes dans son travail plus ancien. Dans ce sens, les images sont semblables à celles de Josef Sudek, qui a également photographié les confins de sa maison et de son atelier.

En 2005, le MoMA a montré une rétrospective des travaux de Friedlander. Cette exposition fut présentée en France à Paris, à la Galerie nationale du Jeu de Paume, à l'automne 2006.

Toujours en 2005, il a reçu le Prix international de la Fondation Hasselblad.

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]