Lectio difficilior potior

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lectio difficilior potior est une formule latine signifiant « (de deux leçons) la plus difficile est la meilleure » (c'est-à-dire « préférable »). Leçon, dans cet emploi, désigne l'interprétation des caractères formant le mot qui se lit dans la source examinée (lectio est le substantif correspondant au verbe legere « lire »). Si d'autres sources du même écrit offrent des leçons différentes, on parle de variantes (entre lesquelles l'éditeur du texte devra choisir).

Elle est employée en philologie dans la critique des textes, l'étape préalable à leur établissement. Quand différentes sources (généralement manuscrites) divergent pour un passage donné, on considère que l'expression d'interprétation la moins aisée (par exemple un terme rare, une construction insolite, etc.) est celle qui a toutes les chances d'avoir été employée par l'auteur du texte, autrement dit d'être authentique. En effet, on a constaté dès l'Antiquité que les scribes et les copistes avaient tendance à remplacer (consciemment ou inconsciemment) par des mots ou des tours plus intelligibles (parce que plus courants) – c'est ce qu'on appelle la lectio facilior – ceux qu'ils ne connaissaient ou ne comprenaient pas : on parle de banalisation.

Comme des textes sont transcrits ou copiés tous les jours, ce principe reste parfaitement valable aujourd'hui.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alphonse Dain, Les manuscrits, 3e éd., Paris, Les Belles Lettres, 1975.