Learning management system

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir LMS.

Un learning management system (LMS) ou learning support system (LSS) est un système logiciel web développé pour accompagner toute personne impliquée dans un processus d'apprentissage dans sa gestion de parcours pédagogiques. Les services offerts incluent généralement un contrôle d'accès, des outils de communication (synchrones et/ou asynchrones) et l'administration des groupes d'utilisateurs. En français, on trouve les appellations : plate-forme d'apprentissage en ligne, Système de gestion de l'apprentissage, centre de formation virtuel, plate-forme e-learning (FOAD) et, particulièrement au Québec, environnement numérique d'apprentissage (ENA)[1].

Le système informatique mis en place du côté serveur est appelé CMS (content management system) ou un ENT (espace numérique de travail). Des fonctionnalités peuvent leur être associées en fonction du cahier des charges.

Il s'agit d'une composante d'un dispositif de formation en ligne utilisant les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC).

La plupart de ces systèmes présentent également des générateurs internes de tests d'évaluation que l'on retrouve sous forme de QCM, QCU, vrai/faux, texte à trous, appariements. Ces activités sont soit soumises à validation par l'enseignant soit proposées comme activités de régulation en auto-évaluation. D'une manière générale, elles sont intégrables en tant que ressources pédagogiques dans un parcours d'apprentissage au sein de la plate-forme. Si celle-ci est compatible avec le standard SCORM, les résultats à ces activités d'évaluation sont alors pris en compte dans la gestion du parcours d'apprentissage de l'étudiant.

Pour simplifier l'intégration des ressources et la remontée des informations à la plate-forme, il est fortement recommandé d'utiliser une plate-forme respectant les recommandations d'une des normes existantes comme LOM, ou conforme au standard SCORM qui est en voie de généralisation.

Composantes d'un dispositif formation en ligne[modifier | modifier le code]

  • une communauté d'apprenants
  • une plate-forme d'apprentissage
  • des tuteurs ou animateurs
  • des contenus textuels ou multimédia didactiques
  • une stratégie pédagogique et tutorale
  • des activités de validation de connaissance

Fonctions d'une plateforme d'apprentissage[modifier | modifier le code]

"...Une plate-forme pour la formation ouverte et à distance est un logiciel qui assiste la conduite des formations ouvertes et à distance. Ce type de logiciel regroupe les outils nécessaires aux trois principaux utilisateurs - formateur, apprenant, administrateur - d'un dispositif qui a pour premières finalités la consultation à distance de contenus pédagogiques, l'individualisation de l'apprentissage et le télétutorat.

Le LMS

  • héberge le contenu pédagogique multimédia
  • contrôle l'accès aux ressources
  • offre des activités pédagogiques
  • facilite les activités de tutorat et de pilotage de la formation (suivi des cursus apprenants)
  • facilite le pilotage des ressources de l'organisme de formation (gestion des formateurs, des moyens logistiques et techniques)
  • gère la communauté d'apprenants
  • permet la gestion administrative des documents associés à la formation (attestation de formation par exemple)

Autour de ces premières finalités, peuvent s'ajouter d'autres fonctionnalités et d'autres rôles comme :

  • la fonctionnalité relative aux référentiels de formation et à la gestion de compétences, à la gestion administrative, à la gestion des ressources pédagogiques, à la gestion de la qualité de la formation
  • les rôles d'administration des matériaux pédagogiques, d'administration de la scolarité ou de la formation..."[2]

La mise en place d'un système de gestion de l'apprentissage est du rôle de la DRH ou entre en jeu de la gestion du savoir-faire (knowledge management).

Des termes différents : une même réalité[modifier | modifier le code]

Les termes suivants sont employés dans le contexte de la formation à distance (par correspondance ou par utilisation du réseau internet). La plupart des termes ont en commun d'utiliser les technologies de l'information et de la communication TIC (fr) ou ICT (en) appliqué ou non au système éducatif (TICE, ENT).

Signification des sigles utilisés
Sigle (en) Signification (en) Sigle (fr) Signification (fr)
API Application Program Interface Interface du logiciel (programme ou application)
Asset
CAM Content Aggregation Model MAC Modèle d'Agrégation de Contenu
CBT (e learning) Computer-Based Training
CMS Course Management System
CMS Content Management System SGC Système de gestion de contenu
EAD Enseignement à distance
IBT (e learning) Internet-Based Training
ICT information and communications technology TIC Technologie de l 'information et des télécommunications
ENT Espace numérique de travail
MLE Managed Learning Environment
LMS Learning Management System SGA Système de gestion de l'apprentissage
LP Learning Platform
LOM Learning Object Metadata Métadonnées des objets d'apprentissage
LCMS Learning Content Management System
LSS Learning Support System
OCW OpenCourseWare
OLC Online Learning Centre
PLE Personal Learning Environment L'Environnement Personnalisé d'Apprentissage
RTE Run Time Environment EE Environnement d'Exécution
SS Simple Sequencing
SCORM Sharable Content Object Reference Model
SCO Sharable Content Object
TEL Technology-Enhanced Learning AAT Apprentissage amelioré par la technologie
XML eXtensible Markup Language Langage de balisage extensible
VLE Virtual Learning Environment
MLE Managed Learning Environment
WBT (e learning) Web-Based Training

Services proposés[modifier | modifier le code]

Les différentes technologies informatique permettent de mettre en place différents services orientés pour gérer l'enseignement, l'administratif et le campus virtuel.

Fonctionnalités informatiques[modifier | modifier le code]

Depuis le développement de l’internet, les applications ont été portées sur le web pour devenir des applications web collaboratives. Les plates-formes proposent des activités synchrones (« en temps réel ») ou asynchrones (« en différé »).

Services communautaires[modifier | modifier le code]

Ces services de diffusion d'informations permettent de mettre en place des mécanismes de partage d'expériences et de connaissances à travers différents outils (cours de récréation, bibliothèque, entraide) :

  • e-Groupes (clone de Yahoo! Groupes) ;
  • Flash-infos et FIL d'informations [rss];
  • discussion par Forums ou chat ;
  • Post-it (messagerie instantanée) ;
  • Dépôt et partage de ressources : Galeries d'images, Multimédia ;
  • Blogs ;
  • SPIP ;
  • Annonces journalisées (type linuxfr[3])
  • Envoi de message par SMS, Webmail
  • Gestion de flux RSS

Service de contrôle de l'apprentissage[modifier | modifier le code]

Celui-ci est fait en classe par les professeurs par des examens (en début de cours, trimestriel, en fin d'année). Les plateformes LMS permettent aux apprenants de s'autoévaluer.

Service d'administration[modifier | modifier le code]

La Gestion de flux (Workflow) a pour objectif de simplifier la mise en place et l'exploitation des procédures administratives relevant du service de la direction et du secrétariat (tableau affichage, courrier d'information).

  • Gestion des bulletins de notes ;
  • Gestion des passages à l'infirmerie;
  • Gestion des consignes ;
  • Gestion des carnets à points ;
  • Gestion des stages pédagogiques ;
  • Gestion des CV et des offres d'emplois (type lolix.org[4]) ;
  • Réservation des ressources pédagogiques ;
  • Gestion des listes du personnel et des élèves ;
  • Gestion des absences du personnel et des élèves ;
  • Gestion des emplois du temps du personnel, des élèves, des salles ;
  • Portefeuille de compétences (Portfolio) ;
  • Résultats aux examens ;
  • Registre CHS.

Campus virtuel[modifier | modifier le code]

Le campus virtuel se focalise sur le fonctionnement d'une classe dont l'espace est géré par le professeur : activités, sortie, devoirs et agenda.

Technologies utilisées[modifier | modifier le code]

CMS, LMS, LCMS[modifier | modifier le code]

  • CMS : un Content Management System est un serveur web qui permet la création, gestion, publication, indexation de contenus, le travail collaboratif, la gestion des utilisateurs. Dans la langue anglaise CMS désigne aussi Course Management System c'est-à-dire un LMS.
  • LMS: un Learning Management System est un CMS utilisé pour gérer des contenus pédagogiques : Gestion de la formation, des résultats, diffusion de contenus pré-établis, ordonnancement de modules de formation. Les utilisateurs premiers d'un LMS sont les élèves. Les LMS ne permettent pas de créer, modifier ou réutiliser du contenu.
  • LCMS: un Learning Content Management System a toutes les capacités du LMS, auxquelles on a ajouté la capacité de générer des contenus de formation nouveaux, à partir d'objets d'apprentissages qui évoluent en quantité et en qualité. Un LCMS est un outil d'édition de contenu qui permet aux développeurs, auteurs et au graphiste de réutiliser le contenu et permet ainsi de développer des cours plus efficacement et rapidement.
  • Les VLE et MLE sont des LMS mais ont des buts différents. Tous les deux se font dans un contexte où il a présence d'un enseignant (professeur/formateur) et d'une classe d'apprenant (élève/salarié). Le terme VLE est utilisé dans le monde de l'éducation tandis que le terme MLE est utilisé dans le monde du management.
  • Les ENT est un terme générique qui fait référence à un portail qui centralise l'information. Ce terme très utilisé dans l'Éducation Nationale s'appuie sur un cahier des charges (SDET).
  • Les PLE seraient l'ensemble des services utilisables par internet grâce à l'évolution des technologies du WEB (Web 2.0, 3.0, 4.0) pour apprendre en relation avec différentes communautés, ressources. Ces services sont les flux rss, les Messageries instantanées, la voix (Téléphonie), la Vidéo (Streaming, VOD) sur IP et l'agrégation de contenu (texte, podcast, Vidéoblog). L'apprenant déciderait de son parcours pédagogique dans le but de valider ses compétences (VAE...) ou unités d'enseignement (UE du CNAM ou ECTS de l'Europe, ou les crédits de OpenCourseWare du MIT ou encore khanacademy). L'accès à l'ensemble de ces services pourrait être agrégé au sein d'un PLE. Cette approche PLE met en avant la capacité d'autoformation de l'apprenant dans un cadre officiel/validé sans contraintes de présence. Ceci demande une homogénéisation des systèmes pour la reconnaissance et la validations de la transmission du savoir (enseignants, chercheurs, formateurs) non pas localement mais internationalement par une évolution du système de formation et du système éducatif français (SCCC) déjà en cours de réflexion (programme PISA). Le système de PLE ne peut s'appliquer aux professions manuelles, techniques qui nécessitent des outils, des machines, un compagnonnage (voir FOAD). Scott Wilson et Wollin Milligan professeur de l'université de Bolton ont essayé de résumer le concept de PLE.

Logiciel d'authoring[modifier | modifier le code]

Il s'agit de logiciels destinés à la création de contenus pédagogiques. Ces logiciels évoluent pour supporter différents modèles (QTI, IMS, LOM, AICC, SCORM) dans le but de permettre l'industrialisation et la diffusion de contenu pédagogiques.

Les logiciels utilisés avant en local (traitement de texte, tableur, base de données, éditeurs html logiciel de gestion personnel) sont utilisés de façon collaborative grâce à leurs intégrations aux technologies web et à leurs compatibilités aux normes spécifiques telles que SCORM. Les technologies RIA sont mises à contribution du côté client pour augmenter le côté interactif et multimédia du contenu (vidéo, image, voix, texte).

La disponibilité d'un serveur LMS n'est pas le point principal dans les formations en ligne dans le système éducatif français.

La disponibilité d'ordinateur et la création de contenu multimédia compatible sont aussi importantes. Les organismes éducatifs commencent à s'équiper d'ordinateurs créant des disparités entre les élèves de différents établissements (B2i, TICES), tandis que les enseignants dont le rôle est d'enseigner se voient confier la tache supplémentaire de créer du contenu alors qu'ils en ont ni l'obligation, ni les moyens (le temps, formation, compétence, les finances, les logiciels), ni l'envie[5].

La création de contenu basé sur les programmes officiels[6] est actuellement gérée par des groupes d'éditions par utilisation de logiciels spécialisés comme QuarkXPress dont le but est l'impression de livre ou de société comme CESAM qui utilise l'informatique. De nouvelles alternatives existent : livres numériques, objets SCO réutilisables, Wikiversité[7], wikibooks[8].

Des plateformes propriétaires permettent déjà la réalisation de cours en ligne compatible LMS de façon collaborative : Mohive, e-doceo content manager - ECMG.

Logiciels d'interopérabilité[modifier | modifier le code]

Les LMS se différencient des serveurs CMS par l'ajout d'informations supplémentaires et donc de fonctionnalités aux contenus interactifs dans le but d'être importées et gérées par les serveurs compatibles. Les protocoles, normes, modèles qui sont à respecter sont par exemple le protocole PENS initié par l'AICC CMI Subcommmitte et qui peut être utilisé avec des contenus SCORM, AIIC ou QTI.

SCORM est un modèle créé en 1999 par l'ADL (US) qui a pour but de remplacer les modèles AICC, IMS, LOM.

IMS s’intéresse à l’interopérabilité des applications et services en ligne notamment grâce à l'utilisation de fichiers xml de métadonnées.

LOM XML Schema est la norme plus complète qui propose plus de 80 métadonnées (sur le cours et non du cours lui-même comme SCORM). Elle est produite par IMS et Ariadne, et est la plus connue dans les milieux universitaires/gouvernementaux. Elle est proche des problématiques de la gestion documentaire. Les fichiers LOM peuvent être transférés sur internet en utilisant plusieurs protocoles xml sur http. Le CanCore propose gratuitement un guide pour l'interprétation et l'implémentation pour chaque élément du standard LOM.

La norme SCORM permet l'indexation du contenu mais aussi de suivre, évaluer et noter la progression de l'apprenant (écran de cours ou d'exercices). La norme permet à l'apprenant de suivre une séquence d'écrans avec ou sans possibilité de revenir en arrière ainsi que de présenter automatiquement l'ordre des questions de façon aléatoire. Les logiciels de création de contenu compatible SCORM permettent de créer du contenu pédagogique qui sait à tout moment le temps passé sur chaque écran, les écrans visualisés et les réponses sélectionnées par l'apprenant. Ces informations d'évaluation, gérées avant localement dans le contenu pédagogique ou l'application pour être sauvegardées localement ou imprimées, sont ici envoyées et stockées au niveau du LMS qui héberge le contenu (le LMS et le contenu doivent être compatible SCORM). Le LMS pouvant de par sa fonction de CMS présenter les résultats ou les envoyer sous forme d'un rapport (html, pdf, csv, excel, ...) par courriel aux personnes concernées.

SCORM (Sharable Content Object Reference Model) est une suite de spécifications techniques qui permet aux systèmes d'apprentissage en ligne de trouver, importer, partager, réutiliser et exporter les contenus d'apprentissage, de manière normalisée[9].

En effet la norme SCORM permet au LMS grâce à un fichier xml de connaître la localisation, les noms et les fonctions de tous les fichiers contenus dans un contenu pédagogique grâce à la norme Content Packaging specification (CPS). Celle-ci définit pour des raisons d'interopérabilité la structure organisationnelle de tous les paquets de fichiers. Pour un paquet PIF (PIF.zip) : la racine contient un fichier imsmanifolst.xml et un répertoire de nom PIF contenant les contenus textuels et multimédias.

La version SCORM 1.2 définit trois parties :

  • Le Package Interchange Format (PIF) définit l'organisation d'un paquet qui interagira avec le LMS. C'est un fichier zip qui contient tous les fichiers nécessaires à un cours : le contenu ou Asset (html, css, image, audio, applet), les métadonnées (fichier xml), la structure du cours ou Content aggregation (pour gérer les séquences d'écrans par contenu et par navigation). Une collection d'assets (questionnaires interactifs, page web, animation) peuvent être contenus dans un Sharable Content Object ou SCO ou unité d'apprentissage.
  • Le Content Aggregation Model (CAM) qui spécifie comment agréger les fichiers (xml metadata package) pour pouvoir l'importer dans un LMS.
  • Le Run-Time Environment (RTE) qui spécifie comment le contenu doit interagir avec le LMS.

Le contenu (précisément le "SCO") stocké sur serveur et chargé sur le client web ne peut discuter avec le LMS qu'à travers l'API Adpater SCORM. Celui-ci utilise donc un langage de programmation. L'implémentation cliente en javascript du SCORM est stockée dans un SCO au niveau des assets. La liste minimum que l'un des assets doit implémenter dans un SCO pour localiser l'API Adapter est LMSInitialize(“”) and LMSFinish(“”). Le SCO est la plus petite unité d'un contenu pédagogique qu'un LMS peut lancer et suivre. La norme SCORM est un framework avec une relation de type client serveur ; le client étant le paquet PIF et le serveur LMS qui implémente aussi la norme SCORM. Ainsi le client SCO et le serveur implémentent les mêmes fonctions[10].

LETSI travaille sur SCORM 2.0 qui se focalise sur l'interopérabilité des contenus mais l'avenir semble être aussi vers l'interopérabilité des systèmes/services entre eux (LMS, wiki, blog).

Technologie Client[modifier | modifier le code]

Le Client est un navigateur web compatible avec les technologies RIA nécessaires pour visualiser les formations créées par les outils d'authoring. Les plateformes de formation proposent une session de test pour valider la compatibilité du navigateur avec les technologies utilisées sur la plateforme de formation.

LMS et système éducatif en France[modifier | modifier le code]

  • La plate-forme la plus utilisée dans les Universités et les grandes écoles est Moodle
  • La plateforme utilisée par le Conseil Régional d'Auvergne est TreeLearning
  • La plateforme utilisée par le Campus Veolia et Securitas est Rtrain
  • La plateforme utilisée par le Campus Chronopost est e-teachServer
  • La plateforme utilisée par les IUFM est Moodle
  • Les plateformes utilisées dans le système éducatif français (ENT) sont nombreuses. SPIP[11] n'est pas un LMS
  • La plateforme dans le public est CyBéo soutenu (utilisé ?) par le Ministère des Finances et de l'Industrie français
  • La plateforme utilisée dans le Ministère de l'économie et des finances (IGPDE) est elearning manager d'e-doceo[12]
  • La plateforme de FOAD la plus courante est Moodle
  • La plateforme utilisé par le Cnam est Plei@d
  • La plateforme utilisée par le site du CNED et son site de campus numérique FORSE[13] est WebCT
  • La plateforme utilisée par les établissements de l'enseignement public est Prométhée
  • La plateforme utilisée par les entreprises privés ou grand groupes en interne est la plateforme ViaSyst, qui présente l'avantage de ne pas nécessiter de ressources spécialisées pour la configuration et l'exploitation.
  • La plateforme utilisée par le réseau de l'enseignement agricole est Formagri et est développé par le Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt.

Toutes ces plateformes sont payantes ou à accès réservés, il n'existe pas encore de plateforme /service de formation gratuite comme l'OpenCourseWare (OCW) du MIT.

Avantages et inconvénients[modifier | modifier le code]

  • La fabrication d'un contenu compatible SCORM est trop difficile et demande beaucoup trop de savoir qu'un professeur seul ne saurait maîtriser. Le SCORM privilégie la forme (multimédia) et la technique (système de surveillance continu) par rapport au contenu et au dialogue. L'évolution des LMS pourrait être l'équivalent de ce qui est en train de se faire à la khan academy. Cette plateforme permet un suivi informatique continu de ce que font les élèves sans aller dans le suivi des actions de celui-ci au niveau du contenu comme le fait la norme SCORM. L'élève progresse en suivant des vidéos en ligne le plus souvent faites avec une tablette graphique accompagnée de la voix seule du professeur. En cours présentiel, le professeur grâce au système se focalise sur le support par des exercices et du dialogue et sur les élèves qui ont des difficultés d'apprentissages. Par ce système, les élèves progressent par eux-mêmes et sont responsables personnellement d'eux-mêmes.
  • Les sites clients sont des navigateurs web et donc très peu fonctionnent en mode hors ligne[14] (gears, websocket). La solution est d'utiliser les machines virtuelles non plus seulement à l'intérieur du navigateur (Applet) mais aussi à l'extérieur de celle ci (application).

Quelques LMS[modifier | modifier le code]

Ci-dessous, les plateformes de groupware et de Plate-forme collaborative utilisables dans les systèmes éducatifs (non LMS, non ENT). Ce sont des applications utilisables en ligne (SaaS) permettant dans la plupart des cas de créer, partager, importer, exporter et collaborer à l'édition de contenu divers (document word, excel, powerpoint, openoffice).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pour plus de détails sur l'appellation ENA, vous pouvez consulter les pages Web suivantes : http://www.gtn-quebec.org/ena/ http://tribuneci.wordpress.com/2011/04/04/environnement-numerique-d%E2%80%99apprentissage-une-opportunite-pour-les-bibliotheques/
  2. Eric Ecoutin, Mise en œuvre des plates-formes pour la formation ouverte et à distance - Fiche pratique 1 : les utilisations d’une plate-forme, Algora, Mars 2001.
  3. http://www.linuxfr.org
  4. http://www.lolix.org
  5. http://thierry-klein.speechi.net/2005/08/03/pourquoi-un-grand-nombre-decoles-et-duniversites-francaises-suivent-une-strategie-e-learning-vouee-a-lechec-why-do-most-french-higher-education-schools-and-universities-follow-a-doomed-e-learning-stra/
  6. http://eduscol.education.fr/pid23391/programmes-ecole-college.html
  7. http://www.wikiversity.org/
  8. http://www.wikibooks.org/
  9. Site du consortium à l'origine de la démarche d'élaboration de la norme SCORM : ADL (Advanced Distributed Learning
  10. http://www.dokeos.com/wiki/index.php/SCORM_tool_redesign#SCORM_signals_.28Dokeos_1.6.29
  11. http://www.spip-info.net/partager/la-communaute-spip
  12. http://www.performance-publique.gouv.fr/les-ressources-documentaires/le-campus-de-la-gestion-publique/espace-formations-gestion-publique.html
  13. http://www.sciencedu.org/
  14. http://www.harbinger-systems.com/offline-player/elearning-scorm-aicc-offline-player.htm
  15. http://edutraining.googleapps.com/
  16. https://createpdf.acrobat.com/features.html
  17. http://p-learnet.univ-lille1.fr/web/plearnet/project