Le Voyage de Chihiro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Le voyage de Chihiro)
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chihiro.

Le Voyage de Chihiro

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film

千と千尋の神隠し
(Sen to Chihiro no kamikakushi)
Genre Drame, fantasy, aventure
Thèmes Amour
Film d'animation japonais
Réalisateur
Scénariste
Studio d’animation Studio Ghibli
Compositeur
Durée 124 min
Sortie

Le Voyage de Chihiro (千と千尋の神隠し, Sen to Chihiro no kamikakushi?, litt. L'étrange disparition de Sen et Chihiro) est un film d'animation japonais de Hayao Miyazaki du studio Ghibli de 2001.

Ce film est le premier, d'un pays non-anglophone, à avoir dépassé les 200 millions de dollars de recettes hors États-Unis jusqu’à la sortie de Intouchables en 2011 qui a fait plus de 400 millions de dollars. Au Japon, où il a été vu par 23 millions de spectateurs, Le Voyage de Chihiro a dépassé Titanic au box-office japonais en devenant le film le plus rentable de l'histoire japonaise[1]. Il a remporté plusieurs récompenses, dont notamment l'Ours d'or du meilleur film et l'Oscar du meilleur film d'animation.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un couple et leur jeune fille, Chihiro, roulent vers leur nouvelle maison, la petite regrettant ses anciens amis et son ancienne école suite à ce déménagement. Ils s'égarent en chemin et arrivent devant un mystérieux tunnel qui effraie Chihiro mais intrigue ses parents. En le traversant à pied, ils se retrouvent, tous les trois, sur des collines en bordure de mer et découvrent ce qu'ils pensent être un ancien parc à thème abandonné.

Envoûtés par les odeurs de nourriture appétissante du parc, les parents de Chihiro s'installent sur la devanture d'un restaurant désert rempli de plats délicieux pendant que leur fille explore la ville. Lorsque soudainement la nuit tombe, des ombres étranges apparaissent un peu partout et se mettent à animer les rues. Effrayée, Chihiro retourne auprès de ses parents et découvre avec horreur qu'ils se sont transformés en cochons.

Coincé dans cet univers étrange dans lequel les humains ne sont pas acceptés, le corps de Chihiro commence à disparaître. C'est alors que le jeune et mystérieux Haku vient à son secours en lui faisant avaler un remède. Afin de s'intégrer à ce monde, qui s'avère être un lieu de repos et de détente pour les esprits, Chihiro va devoir travailler durement dans le palais des bains, dirigé par la vieille sorcière Yubaba, pour tenter de venir en aide à ses parents. Celle-ci tentera vainement de retenir Chihiro prisonnière en lui volant son nom, tout comme elle le fit à ses serviteurs, dont Haku.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

La version anglophone a été effectuée sous la direction de John Lasseter, ami de Hayao Miyazaki et admirateur de son travail depuis longtemps[3].

Musique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le Voyage de Chihiro.

La bande originale du film a été composée par Joe Hisaishi, en 2001.

Accueil[modifier | modifier le code]

Entrées et recettes[modifier | modifier le code]

Le Voyage de Chihiro a été un très grand succès commercial, rapportant 274 925 095 $ au box-office mondial, dont 229 607 878 $ au Japon[4]. Il a réalisé 1 461 488 entrées en France, 61 969 en Suisse, 25 112 en Belgique, et 15 280 au Québec[5]. Il est 29e dans le top 250 du classement des meilleurs films de l'Internet Movie Database, basé sur les votes du public, avec une note de 8,5/10[6] et est ainsi à la première place dans la catégorie film d'animation. En 2010, le magazine Empire l'a classé à la 10e place dans sa liste des 100 meilleurs films de tous les temps en langue non-anglaise[7]. Les Cahiers du cinéma le classe au 8e rang de leur liste des meilleurs films de 2002[8].

Box-office mondial par pays (non exhaustif) du film Le Voyage de Chihiro (en entrées)
Pays Entrées Pays Entrées Pays Entrées
Drapeau du Japon Japon[9],[10],[11] 24 796 085 Drapeau de la Suisse Suisse[12] 62 295 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas[13] 23 367
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud[14] 2 880 690 Drapeau de l’Argentine Argentine[15] 57 918 Drapeau : Québec Québec[16] 15 280
Drapeau des États-Unis États-Unis[17] 1 694 409 Drapeau du Danemark Danemark[18] 55 410 Drapeau de la Norvège Norvège[19] 15 107
Drapeau de la France France[20] 1 461 488 Drapeau de la Pologne Pologne[21] 55 364 Drapeau de la Turquie Turquie[22] 14 654
Drapeau de l'Allemagne Allemagne[23] 427 341 Drapeau de la Suède Suède[24] 48 455 Drapeau de la République tchèque République tchèque[25] 10 693
Drapeau du Brésil Brésil[26] 321 544 Drapeau de la Finlande Finlande[27] 38 080 Drapeau de l'Estonie Estonie[28] 2 902
Drapeau de l'Espagne Espagne[29] 239 486 Drapeau de l'Australie Australie[30],[31] 29 180 Drapeau de la Slovaquie Slovaquie[32] 164
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[33] 204 328 Drapeau de la Hongrie Hongrie[34] 28 704 Drapeau de la Slovénie Slovénie[35] 96
Drapeau de l'Italie Italie[36] 161 138 Drapeau de la Belgique Belgique[37] 25 112 Monde Total monde 32 751 926

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Il a été plébiscité par la critique dans le monde entier. Il recueille 97 % de critiques positives, avec un score moyen de 8,5/10 et sur la base de 155 critiques collectées, sur le site internet Rotten Tomatoes[38]. Sur le site Metacritic, il obtient une note de 94/100, sur la base de 37 critiques[39]. En France, les critiques l'ont également salué unanimement, le film obtenant une note moyenne de 4,8/5 sur la revue de presse d'AlloCiné[40]. Le Monde évoque une « traversée du miroir onirique et romantique »« l'animation devient un art du dévoilement » ; Les Inrockuptibles « un poème en prose, une épopée foisonnante, un conte philosophique, une oeuvre beaucoup plus ambitieuse qu'un simple roman d'apprentissage destiné à la jeunesse » ; pour Libération, il « culmine dans une séquence de trajet en train, d'une simplicité apparente » mais « à tomber à la renverse » ; Positif estime que « Miyazaki présente un conte de fées pour tous âges, une moralité, une fantasmagorie pour l'œil, pour l'ouïe, pour l'intelligence » ; pour Première, « l'expérience a de quoi combler toutes les catégories d'âge, de culture et de sensibilité » ; Télérama évoque « une Alice aux pays des fantômes où se mêlent avec brio fantaisie, jeu de piste et audaces visuelles » ; et pour Le Nouvel Observateur, « le film a la qualité surréaliste d'un songe »[40].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ce film fait partie de la liste du BFI des 50 films à voir avant d'avoir 14 ans établie en 2005 par le British Film Institute, étant même le film ayant reçu le plus de suffrages[NB 1],[41].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sauf mention contraire, cette liste provient d'informations de l'Internet Movie Database.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

  • Susuwatari, les petites boules de suie humanoïdes

Liens externes[modifier | modifier le code]