Le soleil se lève aussi (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le soleil se lève aussi
Auteur Ernest Hemingway
Genre roman
Version originale
Titre original The Sun also Rises
Éditeur original Éditions Scribner
Langue originale anglais
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Lieu de parution original New York
Date de parution originale 1926
Version française
Traducteur Maurice-Edgar Coindreau
Lieu de parution Paris
Éditeur Gallimard
Date de parution 1933
Nombre de pages 252 p.

Le soleil se lève aussi (The Sun also Rises, éd. américaine ou Fiesta, éd. anglaise) est un roman de l'écrivain américain Ernest Hemingway, publié en 1926. Premier grand succès d'Hemingway, ce roman est considéré comme l'un des grands romans de langue anglaise du XXe siècle.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le roman est le récit d'un Américain, Jake Barnes, vivant en France, car travaillant à Paris comme journaliste. Entre un amour inabouti et une amitié plus que pesante, Jake est un héros discret et émouvant qui souffre d'impuissance.

Le roman dresse un beau portrait du Paris des écrivains de l'entre-deux-guerres, et surtout de sa vie nocturne, dans les établissements à la mode où se pressent les artistes, les fêtards et les expatriés américains.

La seconde partie du roman voit les tensions amicales, affectives et amoureuses se durcir lors d'un séjour des protagonistes aux fameuses fêtes de San Fermín à Pampelune, décrites avec soin, et pendant lesquelles se joue une majeure partie de l'action. Le roman contribua d'ailleurs à populariser ces fêtes sur le plan international.

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

  • Jake Barnes: narrateur de l'histoire, Barnes est un ancien combattant américain de la Première Guerre mondiale dont il garde des blessures physiques l'ayant rendu impuissant. Amoureux de Brett, il ne peut mener une relation avec elle. Sans but ni repères, feignant l'indifférence, il tente de trouver du réconfort dans un travail acharné, la boisson et les corridas dont il est un authentique aficionado.
  • Lady Ashley, ou Brett : Brett est l'objet du désir de plusieurs des personnages masculins. Amoureuse de Barnes, alcoolique comme lui et malheureuse, elle a de nombreuses aventures sans lendemain et ne trouve plus que de la vacuité dans les activités qui la réjouissaient avant-guerre. Elle est fiancée à Michael.
  • Robert Cohn: présenté comme un juif qui a développé un complexe d'infériorité à cause des préjugés sociaux, il compense ce complexe en devenant un excellent boxeur. Courtois et timide, voire renfermé, il encaisse les injures, en particulier celles de sa femme, sans rien dire, et rêve de voyages et de gloire littéraire. Apprécié de Jake au début, il devient un objet de haine pour les autres personnages à la suite de son aventure avec Brett. L'intrigue du roman tourne autour de ses tentatives de reprise de liaison avec Brett, ce qui le conduit à la suivre partout, suscitant des réactions de rejet de la part du groupe. La manière dont ce personnage est dépeint est souvent perçue comme antisémite (« sale juif», « youpin » et divers clichés utilisés par les personnages).
  • Michael Campbell: vétéran écossais de la guerre, Michael est un ami proche de Jake et Bill, fiancé à Brett. Même s'il essaie de cacher son mépris pour Cohn et sa jalousie, son tempérament explosif se manifeste dans ses accès d'ivresse.
  • Bill Gorton: vieil ami de Barnes, Bill est aussi vétéran de la guerre et se montre moins cruel que Michael dans son attitude envers Cohn. Malgré son alcoolisme, Bill est souvent plus badin et fantasque que ses camarades.
  • Pedro Romero: Jeune matador au style traditionnel acclamé lors de la fiesta, Romero fait la connaissance de Jake et de ses amis. Brett tombe amoureuse de lui et demande à Jakes de le lui présenter. Ils s'enfuient après la fiesta, abandonnant le groupe. Brett rompra en constatant l'impossibilité de leur relation.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

La corrida dans les arts