Le nozze di Figaro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Noces de Figaro

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Figaro (homonymie).
Le nozze di Figaro
Les Noces de Figaro
Image décrite ci-après
Genre Opéra-bouffe
Nbre d'actes 4
Musique Wolfgang Amadeus Mozart
Livret Lorenzo da Ponte
Langue
originale
Italien
Sources
littéraires
Le Mariage de Figaro de Beaumarchais
Durée
approximative
160 minutes
Dates de
composition
1785 - 1786
Création 1er mai 1786
Burgtheater, Vienne
Création
française
29 mars 1793
Opéra, Paris (en fr.)
Versions successives
Représentations notables
Personnages
  • Le comte Almaviva, grand d'Espagne (baryton)
  • La comtesse Almaviva, sa femme (soprano)
  • Susanna, sa camériste, fiancée de Figaro (soprano)
  • Figaro, valet de chambre du comte (baryton)
  • Cherubino, page du comte (mezzo-soprano)
  • Marcellina, gouvernante (mezzo-soprano)
  • Bartolo, médecin (basse)
  • Basilio, maître de musique (ténor)
  • Don Curzio, juge (ténor)
  • Antonio, jardinier du comte et oncle de Susanna (basse)
  • Barbarina, sa fille (soprano)
Airs
  • Air de Figaro « Non più andrai » - Acte I
  • Air de Cherubino « Voi che sapete » - Acte II
  • Air de la comtesse « Porgi, amor » - Acte II
  • Récitatif et air de la comtesse « E Susanna non vien... Dove sono » - Acte III

Le nozze di Figaro Prononciation du titre dans sa version originale Écouter, K. 492 (Les Noces de Figaro en français) est un opéra-bouffe[1] de Wolfgang Amadeus Mozart, sur un livret en italien de Lorenzo da Ponte[2] inspiré de la comédie de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro[2].

La première représentation eut lieu le 1er mai 1786 au Burgtheater de Vienne[2].

Genèse[modifier | modifier le code]

L'opéra est le premier des trois issus de la collaboration entre Mozart et Lorenzo da Ponte, les deux autres étant Don Giovanni et Così fan tutte. C'est Mozart qui choisit initialement la pièce de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro, et qui l'apporta à da Ponte, qui, en l'espace de six semaines, en fit un livret en italien, en ôtant par ailleurs du texte toutes les références politiques de l'original. Contrairement à ce que l'on pense souvent, le livret reçut l'approbation de l'empereur Joseph II, avant même que Mozart n'en commence la partition[3]. Il est vrai que ce souverain avait interdit en février 1785, la représentation de la pièce de Beaumarchais au théâtre de Vienne.

La société impériale pour l'opéra italien paya à Mozart 450 florins pour l'œuvre[4] ; c'était là le triple du (maigre) salaire qu'il avait reçu lorsqu'il travaillait comme musicien de la cour à Salzbourg. De son côté, da Ponte reçut la somme de 200 florins[4].

L'empereur Joseph II fut indirectement responsable de la préservation de cette magnifique partition pour la postérité : il cherchait en effet un opéra afin qu'il soit produit à la Cour Impériale, et l'œuvre de Mozart faisait partie de celles qui étaient envisagées pour cela, de même que plusieurs autres, écrites par des compositeurs contemporains. Avec le peu de succès que Mozart avait obtenu jusque là, il avait, dit-on, juré que si son travail n'était pas retenu, il jetterait toute la partition au feu[5].

Distribution et créateurs[modifier | modifier le code]

Rôles Tessitures Première, 1er mai 1786
Le comte Almaviva, grand d'Espagne baryton Stefano Mandini
La comtesse Almaviva, sa femme soprano Luisa Laschi
Susanna, sa camériste, fiancée de Figaro soprano Nancy Storace
Figaro, valet de chambre du comte baryton-basse Francesco Benucci
Cherubino, page du comte mezzo-soprano travesti Dorotea Bussani
Marcellina, gouvernante mezzo-soprano Maria Mandini
Bartolo, médecin basse Francesco Bussani
Basilio, maître de musique ténor Michael Kelly
Don Curzio, juge ténor Michael Kelly
Antonio, jardinier du comte et oncle de Susanna basse Francesco Bussani
Barbarina, sa fille soprano Anna Gottlieb

Réception[modifier | modifier le code]

L'œuvre connut un succès croissant. Après la première représentation, huit autres représentations furent données et ce jusqu'à la fin de la même année.

En témoigne une lettre du père de Mozart à sa fille :

« Lors de la deuxième représentation, cinq numéros ont été répétés, et sept à la troisième, dont un petit duetto qu'il a fallu chanter trois fois. »

De même l'Empereur stipula, un peu comiquement, qu'« il sera interdit de répéter tout morceau destiné à plus d'une voix » dans un souci de « ne pas allonger la durée des opéras. »

Cependant la reconnaissance ne fut pas unanime ; en effet, une partie de la noblesse ne comprenant pas l'œuvre, celle-ci la délaissa[6]. La réception fut donc mitigée.

Argument[modifier | modifier le code]

La Rosine du Barbier de Séville est devenue maintenant la comtesse Almaviva[7] ; son mari, toutefois, est loin d'être un modèle de vertu. Il poursuit entre autres de ses assiduités la camériste de sa femme, Suzanne (Susanna), qui doit épouser Figaro entré au service du comte, et la fille de son jardinier, Barberine (Barbarina). Il est toutefois concurrencé par le page Chérubin (Cherubino), qui est amoureux de toutes les femmes et en particulier de la comtesse sa marraine. De son côté, la vieille Marceline (Marcellina), aidée du docteur Bartholo (Bartolo) et du maître de musique Bazile (Basilio), veut empêcher les noces de Suzanne et Figaro, car ce dernier lui a fait une promesse de mariage.

Acte I[modifier | modifier le code]

Acte I : Le comte fait des avances à Suzanne tandis que Chérubin est dissimulé sur le fauteuil (Aquarelle anonyme)

Ouverture

La chambre de Figaro et de Suzanne
Le rideau se lève sur une chambre meublée seulement d'un fauteuil. Figaro mesure l'espace afin d'y placer le futur lit nuptial, tandis que Suzanne essaye un chapeau orné de fleurs (Duo « Cinque... dieci... »). Suzanne ne veut pas de cette chambre que le comte leur destine, et qui se trouve à proximité des chambres de leurs maîtres car le comte risque d'en profiter pour la poursuivre de ses assiduités (Duo « Se a caso madama »). Figaro, demeuré seul, promet de déjouer les projets de son maître (Air « Se vuol ballare »).

Entrent Bartholo et Marceline, un contrat à la main. La vieille fille lui demande de l'aider à obliger Figaro à honorer une ancienne promesse de mariage avec elle. Bartholo promet de s'y employer pour se venger de Figaro, auquel il n'a pas pardonné le soutien apporté au comte pour lui souffler sa pupille Rosine[7] (Air « La vendetta »). Il sort. Marceline aperçoit Suzanne et essaie de la provoquer, mais cela se retourne contre elle (Duo « Via resti servita »). Chérubin entre et raconte à Suzanne que le comte l'a surpris seul avec la jeune Barberine et l'a congédié. Il vole à Suzanne un ruban appartenant à la comtesse sa marraine, dont il est amoureux (Air « Non so più cosa son, cosa faccio »).

Le comte apparaît, pour réitérer ses avances à Suzanne et la convaincre d'accepter un rendez-vous galant. Chérubin n'a que le temps de se cacher derrière le fauteuil. La voix de Bazile, maître de musique et langue de vipère, se fait entendre et le comte se cache à son tour derrière le fauteuil, tandis que Chérubin bondit dessus, et que Suzanne le recouvre d'une robe. Mais le comte qui a révélé sa présence finit par découvrir le page (Trio « Cosa sento!  »). Chérubin n'est sauvé que par l'entrée de Figaro à la tête d'un groupe de paysans, venus remercier à point nommé leur maître d'avoir aboli le droit de cuissage sur son domaine (Chœur « Giovinete liete »). Figaro demande au comte sa bénédiction pour le mariage, mais celui-ci temporise et réitère le bannissement de Chérubin, lui ordonnant de rejoindre son régiment. Figaro se moque ouvertement du jeune garçon en lui décrivant les affres de la vie militaire, mais lui dit tout bas qu'il doit lui parler avant son départ (Air « Non più andrai, farfallone amoroso »).

Acte II[modifier | modifier le code]

La chambre de la comtesse

Fichier audio
Voi, che sapete che cosa é amor (info)
interprété par Nellie Melba

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

La comtesse se lamente sur le délaissement de son mari. (Air « Porgi, amor, qualche ristoro ») Suzanne fait entrer Chérubin qu'elle convainc de chanter à sa marraine la sérénade qu'il a composée en son honneur (Air « Voi, che sapete che cosa é amor »). Les deux femmes décident de l'habiller en femme afin qu'il puisse rester incognito au château et assister au mariage (Air « Venite inginocchiatevi »). Arrivée du comte qu'une lettre anonyme a averti d'un rendez-vous galant donné à sa femme (il s'agit en fait d'un « faux » de Figaro, destiné à susciter la jalousie du comte et le détourner ainsi de Suzanne) ; Chérubin va se cacher dans le cabinet voisin mais il fait tomber un meuble et le comte, soupçonnant la présence d'un amant, ordonne à sa femme de l'ouvrir. La comtesse refuse, l'assurant que c'est seulement Suzanne ; le comte, fermant toutes les portes, entraîne dehors la comtesse en attendant de trouver une façon de forcer la porte du cabinet.

Suzanne, qui avait réussi à se cacher derrière le lit, fait sortir Chérubin de sa cachette ; celui-ci saute par la fenêtre pendant que la camériste prend sa place dans le cabinet. Le comte et la comtesse reviennent. La comtesse avoue que c'est Chérubin qui est caché là pour une farce bien innocente. Le comte entre en fureur et force la porte mais, à son grand étonnement (et à celui de la comtesse), il tombe sur Suzanne. Celle-ci lui annonce ironiquement que la lettre était fausse et que c'était un jeu destiné à le rendre jaloux afin qu'il s'intéresse un peu plus à sa femme. Figaro entre et subit les remontrances de son maître mais désamorce le conflit en rappelant que la noce les attend.

Le jardinier Antonio apporte à ce moment au comte un papier qu'il dit avoir été perdu par un homme qui vient de sauter par la fenêtre de la comtesse. Le document se révèle être la nomination de Chérubin comme officier et Figaro se sort de cet embarras en affirmant que c'est lui qui a sauté et qu'il était en possession de ce papier dans le but d'y faire apposer par le comte un cachet manquant. Alors que tous s'apprêtent à rejoindre la noce, Marceline, Bartholo et Bazile apparaissent, réclamant l'application du précédent contrat. Le mariage de Figaro et de Suzanne se trouve reporté afin que le comte puisse juger sereinement - dit-il - de sa validité.

Acte III[modifier | modifier le code]

Acte III : Le Comte invite Suzanne à venir le rejoindre plus tard dans le jardin

La salle du mariage
Le comte est embarrassé par les événements récents. Suzanne se présente et lui annonce qu'elle consent à le rencontrer dans le jardin. Le comte se réjouit de ce revirement (Duo « Crudel, perché finora »). Alors qu'elle quitte la pièce, elle dit à voix basse à Figaro que leur succès est maintenant certain et son procès gagné d'avance. Le comte entend ces dernières paroles et comprend qu'il a été trompé (Air « Hai già vinta la causa »). La scène du procès s'ensuit au cours de laquelle on découvre que Figaro est le fils naturel de Marceline et Bartholo, enlevé à sa naissance et qu'il ne peut donc pas épouser la vieille gouvernante (Sextuor « Riconosci in questo amplesso una madre »). les anciens ennemis tombent dans les bras les uns des autres au grand dépit du comte.

Seule, la comtesse songe à son bonheur perdu (Récitatif et air « E Susanna non vien... Dove sono ») quand Suzanne arrive et lui annonce la bonne nouvelle. Les deux femmes décident de confondre le comte en lui donnant rendez-vous le soir même dans le jardin, où la comtesse se rendra sous les habits de Suzanne (Duo « Canzonetta sull'aria »). Le comte devra lui rendre l'épingle qui ferme la lettre pour montrer qu'il l'a bien reçue. Un chœur de jeunes paysans, avec parmi eux Chérubin, donne une sérénade à la comtesse (« Recivete, o padroncina »). Le comte arrive avec Antonio et, découvrant le page, se met d'abord en colère puis finit par pardonner, apaisé par Suzanne qui lui remet discrètement le billet. L'acte s'achève par le double mariage de Figaro avec Suzanne et de Marceline avec Bartholo.

Acte IV[modifier | modifier le code]

Dans le jardin, le soir (parfois précédé par une scène dans le couloir).
Suivant les directives du billet, le comte a envoyé Barberine porter l'épingle à Suzanne mais la jeune fille l'a perdue (Cavatine « L'ho perduta, me meschina »). Innocemment, elle apprend à Figaro - qui n'est pas au courant de la supercherie - l'existence du rendez-vous. Malgré les tentatives d'apaisement de sa mère, qui lui explique que les femmes ont des circonstances atténuantes (Air « Il capro e la capretta »), il décide de se venger et de confondre les amants sous les yeux de tous, après avoir déversé sa rancœur vis-à-vis de la gent féminine (Récitatif et air « Tutto è disposto... Aprite un po' quegli occhi »).

Suzanne, qui a été prévenue par Marceline, veut également jouer un tour à Figaro qui ose douter de sa fidélité. Après avoir prêté sa voix à la comtesse pour exprimer son impatience à retrouver son « bien-aimé » (Air « Giunse alfin il momento...Deh vieni, non tardar »), elle tente sous les habits de la comtesse de séduire Figaro mais celui-ci évente rapidement la ruse et, après être entré dans son jeu en devenant de plus en plus entreprenant, ce qui met en rage Suzanne, il lui avoue l'avoir reconnue. Les jeunes mariés font la paix alors que paraît la comtesse, d'abord importunée par Chérubin qui pense faire la cour à Suzanne, puis rejointe par le comte qui lui déclare son amour et lui offre en gage une superbe bague.

Désirant pousser la farce jusqu'au bout, Figaro se met à courtiser à haute voix la fausse comtesse, ce qui a pour conséquence de mettre le comte hors de lui, qui appelle ses gens, bien décidé à châtier les coupables. Des lumières apparaissent et les masques tombent à la grande confusion du comte qui n'a plus d'autre choix que d'implorer le pardon de sa femme. Celle-ci consent et tous, enfin réconciliés, décident de finir la soirée au son des chants et des danses du banquet de mariage (Final « Contessa perdono... Questo giorno di tormenti »).

Traductions[modifier | modifier le code]

Cet opéra de Mozart a été traduit en français par l'écrivain Eric-Emmanuel Schmitt. Cet auteur a aussi traduit Don Giovanni, autre opéra du célèbre musicien autrichien.

Analyse[modifier | modifier le code]

instrumentation[modifier | modifier le code]

Instrumentation des Nozze di Figaro
Cordes
premiers violons, seconds violons, altos,

violoncelles, contrebasses, 1 clavecin pour les récitatifs


Bois
2 flûtes,

2 hautbois,

2 clarinettes si bémol,

2 bassons,

Cuivres
2 cors, 2 trompettes en ré
Percussions
2 timbales,

Adaptations[modifier | modifier le code]

  • L'opéra imaginaire (1993), série de courts métrages sur l'opéra: Voi che sapete, film de Pascal Roulin.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'œuvre est qualifiée sur la partition de « commedia per musica » (« comédie en musique »).
  2. a, b et c François-René Tranchefort, L'Opéra, Éditions du Seuil,‎ 1983, 634 p. (ISBN 2-02-006574-6), p. 101
  3. Nathan Broder, Essai sur l'opera, édition Schirmer.
  4. a et b Otto Erich Deutsch, Mozart: A Documentary Biography, Stanford University Press, page 274
  5. Edward Reichel, « BYU to stage Marriage of Figaro » in Deseret Morning News, 21 octobre 2007
  6. Livret accompagnant Le nozze di Figaro, publié aux éditions Harmonia Mundi, p. 16.
  7. a et b Voir Le Barbier de Séville

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]