Le livre d'Abramelin le Mage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Abramelin, dit le Mage ou le Magicien, était le maître égyptien, vraisemblablement Caïnite, du Juif Abraham ben Siméon de Wurtzbourg (Bavière, Allemagne), lequel serait né en 1362 et décédé en 1460, à 98 ans.

Le Livre d'Abramelin est le récit, par Abraham ben Siméon, de son parcours initiatique, de sa rencontre avec son maître et de l'Opération Magique que celui-ci lui a confié, permettant d'atteindre à la Connaissance et à la Conversation de son Saint Ange Gardien.

Abraham ben Siméon affirmait que, grâce à la magie remise à lui par son Ange au terme de cette Opération, il avait pu aider l'Électeur de Saxe Frédéric au combat, mais aussi le comte de Warwick lors de son évasion, ainsi que l'antipape Jean XXIII (1410-1415) lors du concile de Constance.

La magie d'Abramelin[modifier | modifier le code]

Cette magie repose essentiellement sur le pouvoir des nombres et des noms sacrés. Elle implique une ascèse rigoureuse et une grande pureté spirituelle.

« La magie sacrée d'Abramelin le Mage »[modifier | modifier le code]

La magie sacrée d'Abramelin le Mage (ou le Magicien) est un manuscrit français, composé de trois tomes qui se trouvent à la bibliothèque de l'Arsenal, à Paris. Cet ouvrage, que certains considèrent comme étant un faux forgé au XVIIIe siècle, passe pour être la traduction d'un grimoire, rédigé en hébreu et datant de 1438, dans lequel Abraham ben Siméon aurait consigné tout le savoir magique reçu de son maître Abramelin. Ces textes reparaîtront en 1899, ayant fait l'objet d'une nouvelle traduction par le magicien britannique McGregor Mathers. Aleister Crowley, disciple du précédent, s'inspirera par la suite de l'ouvrage de son ancien maître pour composer certains de ses rituels.

Bibliographie[modifier | modifier le code]