Le Voyage de monsieur Perrichon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Voyage de M. Perrichon est une comédie en quatre actes d'Eugène Labiche et Édouard Martin, représentée pour la première fois le au théâtre du Gymnase, à Paris.

Résumé[modifier | modifier le code]

L’histoire débute en France, plus précisément à Paris, gare de Lyon, dans les années 1860. M. Perrichon, sa femme et sa fille, prennent pour la première fois le train, pour aller en vacances à Chamonix. À la gare, ils sont abordés par deux jeunes hommes, Armand Desroches et Daniel Savary, charmés par la fille de M. Perrichon, qui les avait rencontrés à un entretien.

Une lutte loyale mais acharnée commence entre les deux jeunes hommes, chacun voulant faire route avec la famille Perrichon pour gagner sa confiance et son affection, et aussi la main d'Henriette.

L'un des deux hommes sauve la vie de monsieur Perrichon tombé dans une grotte, et en est chaleureusement félicité par la famille, mais l'évocation de l'épisode semble gêner le beau-père en puissance. Voyant cela, l'autre jeune homme a une idée : il fait à son tour semblant de tomber dans une grotte et se fait au contraire sauver par M. Perrichon qui, très fier de lui, le prend désormais en affection et sous sa protection.

M. Perrichon se retrouve aussi dans une situation dangereuse lorsqu'il répond de façon insultante, par livre d'or interposé, à un ancien commandant ayant ironisé sur son orthographe[1]. Ce militaire le retrouve douze jours plus tard, pour le défier en duel. Grâce au premier des deux gendres en puissance, ce duel sera évité, mais avec un résultat inattendu.

Le second prétendant se trouve donc en position de victoire et explique au premier la liste de ses erreurs : M. Perrichon n'est pas un esprit supérieur, et sa réaction mesquine était donc prévisible. Il ignore que celui-ci entend toute leur conversation et, détrompé, va changer d'avis en conséquence.

Commentaires[modifier | modifier le code]

Cette pièce est remarquable notamment pour la très fine caractérisation de la bourgeoisie qu'y pratique Labiche, créateur des vaudevilles les plus célèbres à la fin du XIXe siècle. M. Perrichon est l'archétype de l'honnête bourgeois : commerçant enrichi, enflé de vanité, d'ambition mondaine et d'une morale quelque peu soumise aux circonstances et dont Labiche disait : « Cet animal (le bourgeois) offre des ressources sans nombre à qui sait les voir, il est inépuisable. » La rivalité de deux hommes qui veulent tous deux épouser la fille de M. Perrichon est la grande intrigue de la pièce, l'un sauve la vie de Perrichon et l'autre se fait sauver par Perrichon.

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs et actrices ayant créé les rôles
Personnage
Le commandant Mathieu Derval
Majorin M. Blaisot
Armand Desroches Dieudonné
Daniel Savary Landrol
Joseph, domestique du commandant Leménil
Jean, domestique de Perrichon M. Francisque
Mme Perrichon Mme Mélanie
Henriette, sa fille Mlle Albrecht
Un aubergiste M. Blondel
Un guide M. Amédée
Un employé de chemin de fer M. Louis

Adaptations cinématographiques[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Perrichon sur le livre d'or de l'hôtel : « Que l’homme est petit quand on le contemple du haut de la mère de Glace ! », le commandant sur le même livre : « Je ferai observer à M. Perrichon que la mer de Glace n’ayant pas d’enfant, l’e qu’il lui attribue devient un dévergondage grammatical. » Signé : « Le Commandant. »

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :