Le Tourbillon de la danse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Tourbillon de la danse

Titre original Dancing Lady
Réalisation Robert Z. Leonard
Scénario Allen Rivkin
P. J. Wolfson
Acteurs principaux
Sociétés de production MGM
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film musical
Sortie 1933
Durée 92 min (1h32)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Tourbillon de la danse (Dancing Lady) est un film musical américain réalisé par Robert Z. Leonard, sorti en 1933.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Une jeune femme, Janie Barlow, se produisant dans les shows burlesques de Park Avenue rencontre lors d'une représentation l'homme d'affaires, Todd Newton, qui l'aidera à accéder aux projecteurs de Broadway. Elle travaille sous la direction de Patch Gallagher, le chorégraphe, qui en fera la star du spectacle. Leurs relations, tout d'abord houleuses en raison du caractère difficile de Patch deviennent de plus en plus ambiguës à mesure que la première approche.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Le film constitue la première apparition de Fred Astaire à l'écran où il joue son propre rôle. En effet, à cette époque il est déjà une célébrité à Broadway grâce à ses spectacles. Il danse et chante avec Joan Crawford deux numéros écrits et composés par Harold Adamson et Burton Lane : Heigh-Ho, the Gang's All Here et Let's Go Bavarian. Même s'il ne joue qu'un rôle très secondaire et ne dévoile que son talent de danseur, Fred Astaire est ravi de cette première expérience : « Avoir Clark Gable m'appelant par mon propre nom et jouer une scène avec lui et Joan Crawford, c'était pensais-je, une formidable façon d'être présenté aux très nombreux habitués des salles obscures - dont beaucoup ne m'avaient jamais vu et n'avaient même jamais entendu parler de moi en dépit de toutes mes années passées sur scène. »[1]. Les chorégraphies et l’esthétique de ces deux numéros musicaux sont relativement simples mais le fait de présenter des jeunes gens près d'un bar, trinquant à la bière et buvant de nombreuses chopes de bière n'est pas anodin durant cette époque de prohibition, « Hollywood donnait une dernière fois à rêver aux spectateurs condamnés au régime sec. »[1].

Les numéros musicaux se déroulant lors du spectacle burlesque sont Hey, Young Fella, écrit et composé par Dorothy Fields et Jimmy McHugh, et Hold Your Man d'Arthur Freed et Nacio Herb Brown, chanté par Winnie Lightner. Lors du dîner offert par Todd Newton, le chanteur Art Jarrett interprète Everything I Have is Yours, chanson composée par Harold Adamson et Burton Lane. Enfin, Joan Crawford danse sur My Dancing Lady de Dorothy Fields et Jimmy McHugh, chantée par Art Jarrett ainsi que That's the Rythm of the Day, chantée par Nelson Eddy et composée par Lorenz Hart et Richard Rodgers[1]. N'étant ni chanteuse ni danseuse de formation, Joan Crawford s'est préparé longuement pour ces numéros, « Je n'ai jamais travaillé aussi dur que pour Le Tourbillon de la danse », se souvient-elle[n 1],[2].

Pendant le tournage, Clark Gable travaille jusqu'à l'épuisement et fait un malaise dans les studios. Il est transporté immédiatement à l'hôpital mais se rétablit rapidement. Cet épisode impressionne beaucoup Joan Crawford, « C'était terrifiant », déclare-t-elle[n 2],[3].

Accueil critique et public[modifier | modifier le code]

Le film remporte un gros succès au box-office américain[4] et reçoit de nombreuses critiques positives. Mordaunt Hall du New York Times écrit notamment : « Il s'agit pour la majeure partie d'une histoire assez animée (...) La danse pratiquée par Fred Astaire et Joan Crawford est des plus gracieuse et séduisante. Les effets photographiques de leurs scènes représentent une réussite extraordinaire (...) Mme Crawford joue son rôle avec le plus grand sérieux. »[n 3],[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilles Cèbe, Fred Astaire, Henri Veyrier,‎ 1981, 267 p. (ISBN 2.85199.143.4[à vérifier : isbn invalide])
  • Lawrence J. Quirk, William Schoell, Joan Crawford: The Essential Biography, University Press of Kentucky,‎ 2013, 312 p. (ISBN 0813144116)
  • Charlotte Chandler, Not the Girl Next Door: Joan Crawford, a Personal Biography, Simon and Schuster,‎ 2008, 352 p. (ISBN 1416564780)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Citation originale : « I never work harder than on Dancing Lady »
  2. Citation originale : « It was terrifying »
  3. Citation originale : « It is for the most part quite a lively affair.... The dancing of Fred Astaire and Miss Crawford is most graceful and charming. The photographic effects of their scenes are an impressive achievement....Miss Crawford takes her role with no little seriousness. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Cébe, p. 66.
  2. Quirk et Schoell, p. 71.
  3. Chandler, p. 123.
  4. La fabuleuse histoire de la Metro Goldwyn Mayer en 1774 films, Le livre de Paris - Odege,‎ 1977, 400 p. (ISBN 2-245-00616-x), p. 97
  5. (en) Mordaunt Hall, « Joan Crawford, Clark Gable and Franchot Tone in the Capitol's New Pictorial Offering », New York Times,‎ 1er décembre 1933 (consulté en 28 août 2013)