Le Testament du docteur Mabuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Testament du docteur Mabuse (homonymie).

Le Testament du docteur Mabuse (Das Testament des Dr. Mabuse) est un film réalisé par Fritz Lang et sorti en 1933, et est la suite de Docteur Mabuse le joueur, film en deux épisodes de 1922. C'est donc le premier film parlant de Fritz Lang sur ce personnage. Il sera suivi d'un dernier long métrage, réalisé en 1960, Le Diabolique Docteur Mabuse.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le film raconte l'histoire du Dr Mabuse qui dirige, de l'asile psychiatrique où il est interné, un gang de malfaiteurs et le docteur Baum, directeur de l'établissement, grâce à ses pouvoirs hypnotiques tandis que le commissaire Karl Lehmann et le bandit repenti Kent tentent de démanteler le réseau.

Il a été tourné en deux versions alternatives, l'une allemande, l'autre française (coréalisée par René Sti).

Distribution[modifier | modifier le code]

Version allemande
Version française

Autour du film[modifier | modifier le code]

Le Testament du docteur Mabuse est l'un des films les plus connus de Fritz Lang. On attribue généralement une portée politique majeure au film. Pendant la guerre, Fritz Lang a en effet affirmé que ce film, qui raconte l'histoire d'un fou criminel qui dirige la pègre à distance, visait en fait le régime nazi[1]. La projection du film en Allemagne fut interdite par Goebbels[2]. De fait, Goebbels a effectivement ordonné l'interdiction du film. Mais pour l'historien Georges Sadoul[3], l'interprétation tardive des intentions que Lang attribue à son propre film est contestable. En effet, Thea von Harbou, épouse et coscénariste de Lang, était à l'époque elle-même membre du parti nazi dont elle n'allait pas tarder à devenir une cinéaste officielle importante après avoir divorcé de son époux, dénoncé comme non-aryen.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Siegfried Kracauer, De Caligari à Hitler, une histoire du cinéma allemand 1919-1933, Ed. Flammarion, 1987, p.280. Et Fritz Lang, Screen Forward, programme du film, World Theatre de New York, 1943
  2. Siegfried Kracauer, De Caligari à Hitler, une histoire du cinéma allemand 1919-1933, Ed. Flammarion, 1987, p.280 et 282.
  3. Georges Sadoul, Histoire du cinéma mondial, Flammarion 1949, éd. 1972.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]