Le Temps de l'innocence (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Le Temps de l'innocence
Le Temps de l'innocence[1]
Auteur Edith Wharton
Genre Roman
Version originale
Titre original The Age of Innocence
Éditeur original D. Appleton & Company
Langue originale anglais
Lieu de parution original New York
Date de parution originale 1920
Version française
Traducteur Diane de Margerie
Lieu de parution Paris
Éditeur Flammarion
Date de parution 1985
Nombre de pages 296

Le Temps de l'innocence (The Age of Innocence) est un roman américain d'Edith Wharton paru en 1920, pour lequel elle a reçu le prix Pulitzer en 1921. Martin Scorsese s'en est inspiré pour le film du même nom, en 1993.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le Temps de l'innocence commence avec le mariage imminent d'un couple issu de la haute bourgeoisie, avant que l'arrivée d'une femme au parfum de scandale ne menace leur bonheur. Bien que le roman remette en question les préjugés et la morale de la haute société new-yorkaise de 1870, il n'aboutit jamais à une condamnation ouverte de l'institution. En réalité, Edith Wharton considérait son roman comme une version adoucie de son précédent roman, "Chez les heureux du monde", jugé plus brutal et plus cynique. Elle témoigne ainsi une réelle attention aux charmes des coutumes des classes élevées.

Le roman est particulièrement apprécié pour le portrait précis qu'il dresse de la vie de la haute bourgeoisie de la côte Est américaine du XIXe siècle. Ce tableau, associé au drame social dépeint, valut à Edith Wharton le Prix Pulitzer- le premier jamais accordé à une femme. Edith Wharton avait cinquante-huit ans au moment de la publication. Elle avait vécu dans ce monde et l'avait vu changer dramatiquement à la fin de la Première Guerre Mondiale.

Le titre du roman fait ironiquement allusion aux bonnes manières extérieures de cette société new-yorkaise capable en interne de toutes les machinations.

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Newland Archer, avocat et héritier d'une des meilleures familles de New York, est heureux à l'idée de son mariage avec la jeune May Welland. Mais très vite il doute du choix de son épouse après l'apparition de la comtesse Ellen Olenska, la cousine de May. Ellen est revenue à New York après avoir scandaleusement décidé de se séparer de son époux. Dans un premier temps, l'arrivée d'Ellen le dérange, mais il devient intrigué par cette femme qui bafoue les us et coutumes de la haute société new-yorkaise. Au fur et à mesure que son admiration pour Ellen grandit, il doute de sa volonté à épouser May et ainsi à se conformer à l'image du couple parfait véhiculée par la vieille société de New York.

La décision d'Ellen de divorcer est à l'origine d'une véritable crise avec les membres de sa famille qu sont effrayés à l'idée de rumeur et de honte. Vivre séparément peut éventuellement être toléré, mais le divorce reste inacceptable dans cette vieille société. Pour sauver la réputation de la famille Welland, un ami de Newland lui demande de dissuader la Comtesse Olenska de divorcer. Il réussit, mais en essayant de la convaincre il tombe amoureux d'elle. Il supplie alors May d'accélérer leur date de mariage, May refuse.

Newland essaie oublier Ellen mais échoue. Son mariage conventionnel est fade, sans amour ce qui rend Newland terne et sans joie. Bien qu'Ellen vive à Washington, il est incapable de cesser de l'aimer. C'est alors que leurs chemins se croisent de nouveau à Rhode Island. Newland découvre que le comte Olenski souhaite le retour d'Ellen, mais elle a refusé, en dépit des pressions de sa famille. Frustrée par son indépendance, la famille a coupé les ponts.

Newland cherche désespérément un moyen de quitter May et d'être avec Ellen. Il tente de la faire accepter d'être sa maîtresse. Puis Ellen est rappelée à New York pour s'occuper de sa grand-mère malade.

De retour à New York et sous la pression renouvelée de Newland, Ellen et Newland consomment leur relation. Cependant, Newland découvre alors qu'Ellen a décidé de revenir en Europe. Il décide d'abandonner May et de suivre Ellen en Europe. Un jour après une fête, Newland décide de dire à May qu'il la quitte pour Ellen. Elle l'interrompt pour lui dire qu'elle a appris ce matin qu'elle est enceinte, elle lui révèle qu'elle a informé Ellen de sa grossesse deux semaines auparavant. Elle l'a fait car elle soupçonnait la liaison amoureuse. Newland devine que c'est la raison pour laquelle Ellen de revenir en Europe. Pris au piège, Newland décide de ne pas suivre Ellen et de renoncer à son amour pour le bien de ses enfants en restant dans un mariage sans passion.

Vingt-six ans plus tard, après la mort de May, Newland et son fils sont à Paris. Le fils, apprenant que le cousin de sa mère vit à Paris, décide de rendre une visite à Ellen à son domicile parisien. Newland est abasourdi à l'idée de revoir Ellen. En arrivant devant l'immeuble, il envoie son fils seul et retourne à son hôtel sans la voir.

Personnages[modifier | modifier le code]

Principaux personnages :

  • Newland Archer : Protagoniste de l'histoire, c'est un jeune et brillant avocat vivant avec sa mère et sa sœur dans une élégante demeure new-yorkaise. Depuis son enfance, sa vie a été façonnée selon les traditions et les attentes de la haute société new-yorkaise. Ainsi en va-t-il de ses fiançailles avec May Welland. Au début de l'histoire, un mariage selon les règles et valeurs de son milieu social remplit Newland Archer de fierté et de contentement; mais sa vie change lorsque il rencontre la comtesse Ellen Olenska. La relation qu'il entretient avec elle commence à lui faire remettre en cause les valeurs de cette société. Il se rend bientôt compte de l'inégalité existante à l'intérieur entre les hommes et les femmes, et de la superficialité de ses traditions. Il se bat pour maintenir un équilibre entre son engagement à l'égard de May et son amour pour Ellen. Mais l'enchevêtrement des relations sociales dessinent une toile qui rend impossible toute expression de leurs sentiments. Tout au long de l'histoire, Newland transgresse les conventions pour l'amour d'Ellen: tout d'abord en la suivant à Skuytercliff, puis à Boston; enfin, en se décidant à la suivre en Europe (bien qu'il change d'avis plus tard). A la fin, cependant, Newland constate que le seul lieu de leur amour réside dans son cœur et dans ses souvenirs.
  • May Welland : la fiancée puis l'épouse de Newland Archer. Élevée depuis sa plus tendre enfance pour être une épouse et une mère parfaite, elle obéit à la perfection à toutes les traditions de la société. Mais si, dans le monde, elle est une femme superficielle, indifférente, elle peut cependant faire preuve de maturité et de compassion, ainsi quand elle propose à Newland de le libérer de son engagement afin qu'il puisse épouser la femme qu'il aime vraiment. Quand Newland assure May de son amour exclusif, la jeune femme semble lui faire confiance, tout du moins au début. Mais rapidement après leur mariage, elle soupçonne Newland d'être l'amant d'Ellen. Néanmoins, elle fait semblant d'être heureuse devant la société, et tente de maintenir l'illusion d'un couple uni. Mais son malheur conjugal renforce son caractère manipulateur, et Newland ne le voit que trop tard. Pour repousser Ellen loin de son mari, May informe la comtesse de sa grossesse, alors qu'elle n'en est même pas encore certaine. Après la mort de May, Newland Archer apprend qu'elle connaissait depuis toujours son histoire d'amour avec Ellen.
  • Ellen Olenska : Elle est la cousine de May Welland et la petite-fille de Mme Manson Mingott. Elle est devenue comtesse en épousant le comte Olenski, un noble polonais. Mais son mari s'est révélé cruel et abusif; lui a volé sa fortune et eu des aventures avec d'autres femmes. Aussi lorsque l'histoire commence, Ellen a-t-elle fui un mariage malheureux pour retourner vivre au sein de sa famille, à New York, en Amérique. Ellen est un esprit libre qui permet à Newland Archer de dépasser les préjugés de la haute société new-yorkaise. Elle traite sa femme de chambre, Nastasia, comme une égale, par exemple en lui offrant son propre manteau avant de l'envoyer faire une course. Elle assiste à des soirés avec des gens peu recommandables, tels que Julius Beaufort et Mme Lemuel Struthers. Ellen souffre autant que Newland de leur amour impossible, mais elle est prête à vivre dans l'incertitude émotionnelle tant qu'ils peuvent s'aimer à distance. Quand elle apprend la grossesse de May, Ellen décide immédiatement de quitter l'Amérique, refusant la proposition de Newland de la suivre en Europe. Elle permet ainsi à sa cousine May de conserver et par la suite, de fonder une famille.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Au cinéma
Au théâtre

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La toute première traduction française, non signée et parue en 1921, porte le titre Au temps de l'innocence. Toutes les éditions ultérieures adoptent le titre actuel.