Le Solitaire (film, 1981)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Solitaire.

Le Solitaire

Titre québécois Le Solitaire
Titre original Thief
Réalisation Michael Mann
Scénario Michael Mann
Acteurs principaux
Sociétés de production Mann/Caan Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film noir
Sortie 1981
Durée 122 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Solitaire (Thief) est un film américain de Michael Mann réalisé en 1981. Le scénario, écrit par le réalisateur, est une adaptation du roman noir The Home Invaders de Frank Hohimer.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À Chicago, Frank, bandit de haut vol, pactise avec un caïd sans foi ni loi, dans l'espoir de réaliser son rêve, fonder une famille.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Musique additionnelle : Craig Safan
  • Décors : Mel Bourne
  • Casting : Vic Ramos
  • Montage : Dov Hoenig
  • Producteur exécutif : Michael Mann
  • Producteurs : Jerry Bruckheimer, Ronnie Caan
  • Producteur associé : Richard Brams
  • Société de production : Mann/Caan Productions
  • Distribution :
Drapeau des États-Unis États-Unis : United Artists
Drapeau de la France France : Les Artistes Associés
Drapeau des États-Unis États-Unis : 27 mars 1981
Drapeau de la France France - Festival de Cannes 1981 : 20 mai 1981

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Une adaptation[modifier | modifier le code]

Le film est basé sur le roman The Home Invaders: Confessions of a Cat Burglar de Frank Hohimer, nom de plume de John Seybold (1923-2005), un voleur de bijoux. Cet ouvrage est en quelque sorte le manuel du parfait cambriolage[2].

Des débuts[modifier | modifier le code]

Le Solitaire est le premier long-métrage de Michael Mann. Comme un homme libre, réalisé deux ans auparavant et souvent considéré comme son premier long métrage, est en fait un téléfilm. Le Solitaire est le premier film de l'acteur Bruce A. Young, qui interprète ici l'un des mécaniciens. Par ailleurs, James Belushi, non crédité dans Furie, fait officiellement ses débuts sur grand écran[2]. Il s'agit également du premier rôle au cinéma de Robert Prosky, alors âgé de 50 ans au moment du tournage, qui était un acteur réputé de théâtre et de télévision[3].

Musique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Thief (album).

La bande originale du film a été composée par le groupe allemand de musique électronique Tangerine Dream.

Réception[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Le Solitaire reçut un accueil critique favorable, obtenant 95 % d'avis favorables sur le site Rotten Tomatoes, basé sur vingt commentaires collectés et une note moyenne de 7.6/10[4]. Le critique de cinéma Roger Ebert lui attribue la note de 3.5/4[5] en ajoutant « C'est un de ces films où vous sentez immédiatement le pouvoir : ce film connaît ses personnages, connaît son histoire et sait exactement ce qu'il veut nous dire à leur sujet[4],[n 1]. »

Lors de sa ressortie en salles en France, Le Solitaire rencontre un accueil critique positif, recueillant une note moyenne de 4.7/5 sur le site Allociné, basé sur six titres de presse[6].

Box-office[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Festival de Cannes 1981[9]
En compétition officielle pour la Palme d'or
Razzie Awards 1982 
Nomination au Razzie Award de la pire bande originale pour Tangerine Dream

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « It's one of those films where you feel the authority right away: This movie knows its characters, knows its story, and knows exactly how it wants to tell us about them. »

Références[modifier | modifier le code]