Le Signe de Vénus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Signe de Vénus (titre original : Il Segno di Venere) est un film italien réalisé par Dino Risi, sorti en 1955.

Synopsis[modifier | modifier le code]

  • Les péripéties amoureuses de deux cousines vivant sous le même toit. Une tante et le père de l'une d'entre elles surveillent leurs faits et gestes. Agnese, d'une beauté sculpturale, attire les regards de tous les garçons et semble promise à Ignazio, un jeune sapeur-pompier. Cesira, moins séduisante et plus intériorisée, tarde, de son côté, à trouver l'homme de sa vie. Une astrologue, logée dans son immeuble, lui a pourtant prédit une configuration personnelle favorable: celle placée sous le signe de Vénus...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le personnage de Cesira s'inspire partiellement d'une pièce de théâtre T.V., écrite et interprétée par Franca Valeri: Le Journal de Mademoiselle Snob (1951). Celle-ci stigmatisait, avec force humour et autodérision, le comportement et le caractère de certaines femmes de la bourgeoisie milanaise. Dino Risi oppose à Cesira (Franca Valeri, également scénariste du film) le personnage d'Agnese, incarnée par Sophia Loren, fille du peuple, un rien ignorante, extravertie et belle à faire rêver les hommes.
  • Pour Valerio Caprara, critique et historien du cinéma, auteur d'un ouvrage sur Dino Risi, Le Signe de Vénus n'est encore "qu'une ébauche du vrai style affirmé" du cinéaste milanais, auteur de comédies au trait corrosif et cinglant. Selon lui, le cinéma italien de l'époque demeure encore fortement marqué par l'expression néoréaliste, et le film de Dino Risi ne peut totalement s'en dégager. Toutefois, de nouvelles tendances se font jour: rechercher à "faire rire et conquérir un nouveau public". Imperceptiblement, le néoréalisme se transforme en néoréalisme rose. De ce point de vue, Valerio Caprara considère Le Signe de Vénus comme une "réussite", imputable au cinéma "dinorisien", constitué de "petites esquisses de caractères", où s'exerce une savante "confusion entre bons et méchants, les méchants devenant sympathiques et les bons franchement antipathiques" (Dino Risi, en marche vers la comédie, interview de Valerio Caprara, in: bonus DVD Le Signe de Vénus).

Lien externe[modifier | modifier le code]