Le Secret de l'Espadon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Secret de l'Espadon
1er, 2e et 3e albums de la série
Blake et Mortimer
Auteur Edgar P. Jacobs
Genre(s) Science-fiction
Récit d'aventures

Thèmes Guerre mondiale
Personnages principaux Francis Blake
Philip Mortimer
Ahmed Nasir
Olrik
Lieu de l’action Angleterre
Moyen-Orient
Époque de l’action Années 1940

Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Langue originale Français
Éditeur Le Lombard
Première publication 28 décembre 1950
Nb. de pages 168 (56 ch.)
Nb. d’albums 14

Prépublication 26 septembre 1946 à 8 septembre 1949 dans Le Journal de Tintin
Adaptations Blake et Mortimer
Albums de la série
Blake et Mortimer
Le Mystère de la Grande Pyramide Suivant

Le Secret de l'Espadon est le premier épisode de la série de bande dessinée Blake et Mortimer, écrit et scénarisé par Edgar P. Jacobs, et publié initialement en une planche hebdomadaire sur la quatrième de couverture dès le numéro 1 du Journal de Tintin puis en albums reliés en 2 tomes en 1950 et 1953.

Il a été composé de deux — en version originale — puis de trois tomes en fonction du découpage de l'histoire : La poursuite, L'évasion de Mortimer et SX1 contre-attaque, le second étant fondu dans les deux volumes originels. Lors de la création des éditions Blake et Mortimer, l'album a été réédité en trois tomes de 1984 à 1986. Ce découpage, qui n'a pas ravi Jacobs[1], est expliqué par des raisons de rentabilité : en incluant les grandes illustrations qui ont été utilisées pour certaines pages de couverture du journal, il a été possible d'en faire trois albums de 56 pages. En 2002, une version intégrale en un seul album a été publiée par les éditions Blake et Mortimer.

Résumé[modifier | modifier le code]

Tome 1 : La poursuite fantastique[modifier | modifier le code]

L'usurpateur Basam-Damdu, qui dirige « l'Empire jaune » dont le cœur est situé au Tibet, déclenche une attaque militaire mondiale sur le reste du monde. En quelques heures, les plus grandes villes sont réduites à néant et ses armées victorieuses. Mais le gouvernement britannique, bien renseigné, a pris certaines précautions et construit deux bases secrètes pour y préparer une riposte. Avertis par un espion de l'imminence de l'attaque juste avant que ce dernier ne soit découvert et abattu par Olrik, le capitaine Francis Blake du MI-5, le contre-espionnage britannique, et son ami Philip Mortimer, physicien nucléaire, partent donc à bord de l'avion le Golden Rocket, emportant les plans de l'Espadon, une arme révolutionnaire conçue par Mortimer. Ils sont traqués par le colonel Olrik, un occidental chef des services secrets de l'Empire Jaune. Poursuivi par des chasseurs stratosphériques, le Golden Rocket est abattu au-dessus de l'Iran et Blake et Mortimer sont capturés par les soldats de l'armée locale aux ordres des envahisseurs. Ils parviennent à s'échapper en camion sous le feu tardif des gardes iraniens. Sur le point d'être rattrapés par deux automitrailleuses lancées à leur poursuite par Olrik, ils sont sauvés in extremis par une attaque de partisans. À bord du véhicule blindé restant, ils poursuivent leur route vers le point de rendrez-vous secret. Au moment d'arriver, ils sont arrêtés par le sergent Ahmed Nasir, un Indien du Makran Levy Corps (armée britannique) qui leur évite de tomber dans un piège tendu par Olrik. Volant au passage l'avion personnel de ce dernier (l'Aile rouge), ils se rendent à Turbat, au Pakistan où ils sont hébergés par Zahan-Kahn. Mais Blake et Mortimer sont dénoncés par Razul, un Bezendjas, et échappent de peu à la capture parvenant à quitter Turbat grâce à une insurrection. Quelques jours plus tard, ils atteignent les falaises du Makran où Mortimer, venu récupérer les plans perdus par Blake dans la montagne, est fait prisonnier non sans avoir dissimulé les plans.

Tome 2 : L'évasion de Mortimer[modifier | modifier le code]

Trois mois plus tard, alors que Blake et l'amiral Sir William Gray dirigent la résistance depuis une base sous-marine secrète dans le détroit d'Ormuz entre Oman et l'Iran, Mortimer, lui, est détenu par Olrik à Karachi, au Pakistan. Un soir, alors que Blake récupère les plans dont la cachette lui a été transmise par Mortimer par l'intermédiaire de Nasir, ce dernier est reconnu par Razul, près de la prison de Mortimer. Le professeur s'évade le soir même à l'aide de Blake et Nasir et embarque dans un sous-marin.

Tome 3 : SX1 contre attaque[modifier | modifier le code]

Un mois après l'évasion de Mortimer un convoi d'intellectuels en déportation est libéré par des résistants. Parmi eux, Donald Bell, ingénieur à l'Atomic Energy Commission se lie d'amitié avec Jack Harper, ancien chef de district dans le nord des Indes et ami de son frère le lieutenant Archie Bell. Après un long voyage, le convoi atteint le Makran d'où, grâce à un passage secret, ils parviennent à la base de la résistance. Là, tout est fait pour accélérer la naissance de l'Espadon, un avion amphibie supersonique et ultra-maniable. Harper est alors nommé au Controle Corps chargé de la sécurité et un certain Mallow lui fait visiter la base. Mais, après avoir neutralisé ce dernier, il vole des explosifs et détruit plusieurs installations de la base. Après une brève enquête, Blake et Mortimer découvrent que Bell, qui est en vérité Olrik, avait neutralisé Harper et usurpé son identité. Mais Olrik parvient à s'enfuir dans un scaphandre et ne peut être rattrapé. Mortimer décide de brusquer les choses et de simplifier son Espadon pour que dans soixante heures deux exemplaires soient opérationnels. Olrik de son coté organise un assaut général sur la base, qui est sur le point de tomber, lorsque le premier Espadon piloté par Blake puis le deuxième commandé par Mortimer réduisent à néant l'aviation et la flotte des attaquants. Partout dans le monde commencent alors des insurrections qui ébranlent le pouvoir de Basam-Damdu en quelques jours. Ce dernier, pris de folie meurtrière décide de lancer une destruction nucléaire générale, mais une escadrille d'Espadons attaque sa capitale et détruit son arsenal dans les rampes de lancement, mettant fin à son empire.

Contexte[modifier | modifier le code]

Marqué par la Seconde Guerre mondiale qui venait de prendre fin, et en particulier les bombardements atomiques d'Hiroshima et Nagasaki, Edgar P. Jacobs a transposé l'expansionnisme du Japon Shōwa dans l'Empire jaune (en)[2].

Du point de vue technologique, l'Espadon (avion à réaction, supersonique, sous-marin et radio-commandé) relève de la science-fiction[2], cependant il utilise des formules dans l'air du temps[3], Edgar P. Jacobs a même soumis ses dessins « pour examen à un expert ès question navales et aéronautiques », qui a « estimé qu’aucune impossibilité majeure ne s’opposait à la réalisation d’un tel projet »[2] :

  • l'aviation à réaction ne s'est imposée que pendant les années 1950, pendant la Seconde Guerre mondiale, ils étaient principalement en phase de développement (l'Arado Ar 234, premier avion à réaction à être entré en service dans une force aérienne a effectué son premier vol le 15 juin 1943). Le mode de propulsion courant était l'hélice.
  • le premier vol supersonique a eu lieu le 14 octobre 1947 (Bell X-1 piloté par Chuck Yeager de l'USAAF)[4], c'est-à-dire pendant la pré-publication du Secret de l'Espadon ;
  • l'époque était aux ailes volantes (Horten Ho 229, Northrop YB-35, YB-49, etc.) dont Jacobs donne sa version avec l'Aile rouge, l'avion personnel d'Olrik. Les avions à fuselage effilé et à ailes à faible allongement comme l'Espadon n'existaient pas à l'époque, ce n'est qu'en 1952 que le Douglas X-3 Stiletto, qui a une silhouette comparable à l'Espadon, fit son premier vol[2]. La position allongée du pilote était assez courante (ailes volantes Horten, le Henschel Hs 132, le Northrop XP-79 (en), etc.)[3] ;
  • le principe de l'avion-sous-marin, bien que présent dans la littérature de science-fiction dès le XIXe siècle, n'a fait l'objet de recherches qu'à partir des années 1960, quand l'United States Navy lança un concours entre 44 constructeurs d'un projet de sous-marin volant[2],[5].

Adaptation[modifier | modifier le code]

Le Secret de l'Espadon a été adapté par Éric Rondeaux en dessin animé réalisé par Stéphane Bernasconi et Yannick Barbaud dans la série Blake et Mortimer. Cet épisode a été diffusé le 3 mai 1997[6].

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Interview de Philippe Biermé dans le magazine BoDoï no 59, janvier 2003
  2. a, b, c, d et e Le Gallo 1984.
  3. a et b « Le SX-1 Espadon de « Blake et Mortimer » : le chef-d'œuvre d'Edgar P. Jacobs », dans Le Rêve du sous-marin volant, Modelstories,‎ 2004 (lire en ligne)
  4. (en) Richard P. Hallion, « The NACA, NASA, and the Supersonic-Hypersonic Frontier », dans Steven J. Dick, Nasa's First 50 Years : Historical Perspectives, NASA, coll. « NASA SP » (no 4704),‎ 2009, 759 p. (ISBN 0-16-084965-9 et 978-0-16-084965-7, liens OCLC? et LCCN?, lire en ligne), p. 223-275
  5. « Sous-marins volants : les projets américains », dans Le Rêve du sous-marin volant, Modelstories,‎ 2004 (lire en ligne)
  6. (en) Le Secret de l'Espadon sur l’Internet Movie Database

Bibliographie[modifier | modifier le code]