Le Schtroumpf financier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Schtroumpf financier
40e histoire de la série Les Schtroumpfs
Scénario Peyo et Thierry Culliford
Dessin Peyo, Alain Maury et Luc Parthoens
Couleurs Studio Léonardo et Nine Culliford

Éditeur Le Lombard
Première publication Schtroumpf !
Albums de la série Les Schtroumpfs
Précédent L'étrange réveil du Schtroumpf paresseux Le Schtroumpfeur de bijoux Suivant

Le Schtroumpf financier est la quarantième histoire de la série Les Schtroumpfs de Peyo et ses assistants. Elle est publiée pour la première fois dans le journal Schtroumpf !, puis dans en album en 1992.

Univers[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

Au pays des Schtroumpfs, l'argent n'existe pas et la vie est gratuite. Un jour, le Grand Schtroumpf fait une expérience qui tourne mal. Un Schtroumpf est envoyé pour demander un remède à l'enchanteur Homnibus afin de soigner le grand Schtroumpf. Il manque un ingrédient à Homnibus pour le remède, qui demande donc à Olivier de se rendre chez l'apothicaire, au bourg. Et c'est à ce moment que le Schtroumpf accompagnant Olivier apprend l'usage de l'argent.

Rentrant au village, ce Schtroumpf (qui sera par la suite appelé Schtroumpf financier) décide de prendre modèle sur les humains et d'introduire le système monétaire (malgré l'opposition du Schtroumpf à lunettes), car il pense que cela rendra la vie plus équitable et intéressante. Cela provoque de nombreux bouleversements dans la vie bien tranquille des petits lutins bleus... À la fin de l'histoire la morale est dite par le grand Schtroumpf au schtroumpf financier : « Certaines choses qui sont bonnes pour les humains ne le sont pas forcément pour nous ».

Personnages[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

 Analyse[modifier | modifier le code]

Thème[modifier | modifier le code]

Le sujet du dernier album de Peyo est bien entendu ce fameux système qui s'est implanté dans la société humaine : l'argent. Peyo nous montre les différences sociales qui se creusent entre les schtroumpfs (les riches et les pauvres). On remarque également comment le mode de vie des schtroumpfs se voit modifié, tournant autour de l'argent et apportant le malheur un peu partout.

Genèse[modifier | modifier le code]

L'idée du Schtroumpf financier fut suggérée à Peyo par Daniel N. Sebban, alors qu'avec le romancier et homme d'affaires Paul-Loup Sulitzer, ils discutaient à la sortie d'une émission télévisée sur Canal+, le 22 mars 1988, où ils avaient été invités tous les trois par le présentateur et animateur Philippe Risoli. Daniel N. Sebban y avait présenté "Les Rois Verts", son album de BD justement préfacé par Paul-Loup Sulitzer, où ses personnages Apicitou et Bouldegom vivaient également une grande réussite financière.[réf. souhaitée]

Autour de l'histoire[modifier | modifier le code]

Lors d'un repas, en 1957, Peyo aurait demandé à Franquin de lui passer une salière dont il ne parvenait pas à se souvenir le nom, et qu'il aurait donc appelé un schtroumpf (« Passe-moi le… schtroumpf ! ») : la conversation se serait poursuivie en schtroumpf. On peut voir un clin d'œil à ce repas à la case 3 de la page 22.

Publication[modifier | modifier le code]

Revues[modifier | modifier le code]

Album[modifier | modifier le code]