Le Robinson suisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Robinson suisse est un roman du pasteur suisse Johann David Wyss. Il parut à Zurich en allemand sans nom d'auteur en 1812 sous le titre Der Schweizerische Robinson oder der schiffbrüchige Schweizer-Prediger und seine Familie. Ein lehrreiches Buch für Kinder und Kinder-Freunde zu Stadt und Land, portant la mention « publié par Johann Rudolph Wyss », le fils de l'auteur. La première traduction et adaptation française, par la Suissesse Isabelle de Montolieu, est parue en 1813 à Lausanne en deux volumes in-12 sous le titre Le Robinson suisse ou Journal d'un père de famille naufragé avec ses enfants.

Ce roman narre les aventures d'une famille suisse, la famille Zermatt, qui, à la suite d'un naufrage alors qu'elle se rend à Port Jackson en Australie pour toucher un héritage, se retrouve échouée sur une île perdue de l'Indonésie.

En 1824 chez Arthus-Bertrand à Paris, Mme de Montolieu donnera une suite et une fin à l'histoire laissée inachevée en la continuant à partir du chapitre 37. C'est cette version de 1824 qui servira de base à la traduction anglaise de William Henry Giles Kingston en 1879, la plus lue encore de nos jours, et à beaucoup d'autres.

Éditions[modifier | modifier le code]

Frontispice de l'édition Hetzel, par Yan' Dargent, gravé par Joliet
  • Der schweizerische Robinson oder der schiffbrüchige Schweizer-Prediger und seine Familie (...). Herausgegeben und bearbeitet von Johann Rudolf Wyss, Orell, Füssli & Co., Zurich, 2 tomes, 1812.
  • Le Robinson suisse, ou Journal d'un père de famille naufragé avec ses enfants. Traduit de l'allemand de M. Wiss ; par Mme de Montolieu. Orné de douze fig. en taille-douce. Chez Arthus Bertrand, libraire, 4 tomes, Paris, 1814[1] (édition parisienne après celle de Lausanne l'année précédente : elle comporte les 36 chapitres traduits de l'original et se termine par un post-scriptum de l'éditeur qui explique au lecteur comment le manuscrit lui est parvenu. Il lui promet également une suite qui ne sera en fait écrite que dix ans plus tard par Mme de Montolieu).
  • Le Robinson suisse, ou Journal d'un père de famille naufragé avec ses enfans; continué par Madame Isabelle, Baronne de Montolieu, Chez Arthus Bertrand, Libraire, 3 tomes, Paris, 1824. (Le premier tome commence par le chapitre 37 : c'est là la suite promise dans l'édition de 1814, entièrement écrite par Mme de Montolieu).
  • Le Nouveau Robinson suisse, traduction nouvelle revue, corrigée et mise au courant de la science par P.-J. Stahl et E. Müller, illustrations in-texte et hors-texte de Yan' Dargent, gravées par Joliet, Bibliothèque d'éducation et de récréation J. Hetzel, Paris, 1866.

Suite[modifier | modifier le code]

Jules Verne, grand admirateur du roman de Wyss, en a imaginé une suite. Son roman, titré Seconde Patrie, est paru en 1900 et narre la suite des aventures de la famille Zermatt.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Robinson Suisse, ou, Journal d'un père de famille naufragé avec ses enfants de M. Wiss ; traduit de l'allemand par Mme (Isabelle Polier) de Montolieu (numérisation e-rara)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]