Le Retour de l'inspecteur Harry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Retour de l'inspecteur Harry

Titre québécois Le Retour de l'inspecteur Harry
Titre original Sudden Impact
Réalisation Clint Eastwood
Scénario Joseph Stinson
Dean Riesner (non crédité)
Sociétés de production Warner Bros.
Malpaso Productions (non créditée)
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre policier
Sortie 1983
Durée 113 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Retour de l'inspecteur Harry (Sudden Impact) est un film américain de Clint Eastwood, sorti en 1983. C'est le 4e épisode de la saga L'Inspecteur Harry.

Résumé[modifier | modifier le code]

Lassés des méthodes expéditives employées par l'inspecteur Harry Callahan, ses supérieurs l'envoient dans une petite ville de Californie, pensant qu'il ne pourra y semer le trouble. Loin du calme escompté, il devra faire face à une vague de meurtres à résoudre, dont les mobiles s'apparentent à une vengeance.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À San Francisco, le soleil se lève à peine. Sur la plage, une femme est en voiture avec un homme. Sans crier gare, Jennifer Spencer (Sondra Locke) sort une arme et abat froidement George Wilburn (Michael Maurer) d'une balle dans les parties génitales et entre les deux yeux. Elle quitte les lieux du crime sans laisser de trace.

Au même moment, Harry Callahan se rend au tribunal où il assiste au procès d'Hawkins (Kevyn Major Howard), un suspect qu'il a lui-même arrêté. L'affaire est rapidement réglée faute d'éléments. En effet, le juge reproche au procureur d'avoir un dossier très peu professionnel : Callahan n'avait pas le droit de saisir la preuve de la culpabilité d'Hawkins. Irrité par le côté administratif de la justice, Harry explique son point de vue à maître D'Ambrosia du bureau du district attorney.

Après avoir insulté Hawkins dans l'ascenseur (« tu n'es qu'une merde de chien qui s'étale sur un trottoir »), Harry se rend dans sa cafétéria favorite commander son habituel café noir. En le servant, la serveuse essaie tant bien que mal d'attirer son attention en lui versant une grosse dose de sucre. Plongé de la lecture d'un journal, l'agent de la police de San Francisco ne remarque rien. Une fois dehors, en prenant une gorgée de son café, il ne peut s'empêcher de la recracher immédiatement. Alors qu'il fait demi-tour pour se plaindre, il aperçoit que la pancarte à la porte indique « fermé ». En réalité, un braquage a lieu à l'intérieur. Mais l'inspecteur Harry, en passant par l'arrière du magasin, l'arrête à temps en abattant le gang de cambrioleurs. Le dernier survivant, paniqué, prend en otage la serveuse. Callahan s'approche alors lentement de lui et lui braque son .44 Magnum au visage. « Vas-y, allez ! Fais moi plaisir ! » lui dit-il. Ces quelques mots cinglants finissent par convaincre le preneur d'otage qui se rend au moment où des renforts de police arrivent sur les lieux.

La nuit venue, Harry se présente à l'entrée d'un grand hôtel où une fête est donnée pour le mariage de la petite fille de Threlkis (Michael V. Gazzo). En présence de sa famille dont la mariée, l'inspecteur menace le vieil homme, cachant à peine ses accusations d'avoir ordonné l'exécution d'une prostituée de luxe, Linda Doker. Repêchée dans la baie un mois auparavant, Callahan explique qu'elle avait « la poitrine lacérée, les pieds calcinés, le visage écrasé, réduit en bouillie ». Threlkis panique lorsque l'inspecteur sort de sa veste des papiers où selon lui, la jeune femme aurait tout confessé. Déstabilisé, il succombe d'une attaque cardiaque devant tous ses convives. En quittant les lieux, Callahan croise la réceptionniste qui lui demande ce qui s'est passé. Sans sourciller, il répond en tendant les feuilles, qui sont vierges : « On leur a présenté l'addition et ils ont craqué ! Naturellement… ».

Le lendemain, Harry arrive sur la scène d'un crime où la police enquête. Décrit par un collègue comme « un rigolo, un type qui s'est fait faire une vasectomie au .38 spécial », George Wilburn gît dans sa voiture avec une balle dans les parties et dans la tête. Présente parmi les badauds, Jennifer Spencer regarde la police analyser la scène.

Peu après, elle se présente dans une galerie d'art où a lieu une exposition de ses œuvres. Elle déclare à la gérante qu'elle doit s'absenter pour rencontrer des amis dans le nord. Elle affirme qu'elle manquera ainsi le vernissage.

De son côté, Callahan est arrivé dans le bureau de son directeur, où se trouve également le capitaine Briggs (Bradford Dillman) et le lieutenant Donnelly (Michael Currie). Sa gestion de l'affaire Threlkis n'ayant pas plu à ses supérieurs, ceux-ci lui imposent de prendre des vacances afin que la presse oublie ses méthodes expéditives et que tout se tasse.

Au même moment, Jennifer Spencer se rend dans un hôpital rendre visite à sa sœur Elizabeth, qui stagne dans un état végétatif. Jennifer lui explique alors ce qu'elle a fait à George Wilburn puis la laisse.

Le soir venu, alors qu'il quitte un restaurant en voiture, Callahan est attaqué par quatre hommes de main de Threlkis. Parvenant à en abattre trois, il voit s'échapper le dernier. Suite à cet incident, Donnelly ordonne alors à Callahan de faire une pause.

Plus tard, dehors dans la forêt, Callahan s'entraîne à tirer avec son révolver .44 Automag. Son ami Horace King (Albert Popwell) arrive pour lui parler, et le convainc qu'il ferait mieux de partir un peu en vacances.

En rentrant chez lui à San Francisco dans la nuit, Callahan est attaqué cette fois par Hawkins et ses amis. La course poursuite en voiture se termine avec la mort du jeune délinquant et de sa bande, leur voiture plongeant dans la mer. Ce nouveau drame est celui de trop pour Donnelly. Il ordonne à son inspecteur d'enquêter sur le meurtre de Wilburn. Acceptant à contre-cœur, celui-ci doit partir pour San Paulo (Santa Cruz), quittant ainsi San Francisco.

Une fois à San Paulo, l'inspecteur de police reçoit un cadeau de son ami Horace, un bouledogue nommé Patate (Meathead en version originale). Il en profite aussi pour arrêter un braquage de banque dès son arrivée en ville, sauvant la vie du jeune agent Bennett (Mark Keyloun). En promenant son chien, Callahan bouscule Jennifer Spencer. Ils échangent quelques mots et partent chacun de leur côté. Le soir venu, le policier part boire un verre dans un bar. Il fait ainsi la connaissance de la vulgaire Ray Parkins. Après l'avoir insulté, Callahan demande si quelqu'un connait George Wilburn. Quand il explique comment Wilburn est mort, Ray commence à éclater de rire ce qui entraîne une avalanche de rire de la part des autres clients du troquet.

Le matin suivant, Kruger (Jack Thibeau), l'un des violeurs, part pêcher à la plage. Suivi par celle qui cherche à se faire justice, il est assassiné de la même façon que Wilburn. Quand son corps est retrouvé par la police, Callahan se fait seulement engueuler par le chef Jannings (Pat Hingle) pour sans cesse interférer avec le travail de la police de San Paulo. Pourtant, de retour dans les locaux de la police locale, Callahan demande à Bennett de découvrir tout ce qu'il peut sur l'affaire. Harry trouve une photo des amis du fils de Jannings sur le mur, et oblige Bennett à enquêter dessus aussi. À la fin de la journée, Callahan passe par la poissonnerie de Mme Kruger. Là-bas, il a une violente altercation avec ses frères, Eddie (Russ McCubbin) et Carl (Robert Sutton).

Fiche technique[modifier | modifier le code]

interdit en salles aux moins de 12 ans

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Le scénario[modifier | modifier le code]

Le script écrit par Charles B. Pierce et Earl E. Smith était à l'origine un projet de film unique avec Sondra Locke. Il fut réécrit pour être un nouveau volet de la saga Dirty Harry par Joseph Stinson[2].

Casting[modifier | modifier le code]

L'acteur Albert Popwell est choisi pour incarner Horace King, l'ami de Harry Callahan. Il apparait aussi dans les trois précédents épisodes de la saga mais dans différents rôles.

Le rôle de Mick a été proposé à Ed Harris, avant de revenir à Paul Drake[3].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le film a été principalement tourné à San Francisco et Santa Cruz en Californie.

Lieux de tournage :

San Francisco

Santa Cruz

  • 1000-1600 Pacific Avenue (poursuite)
  • La Bahia Apartments - 215 Beach St. (le motel de Harry)
  • Plage d’état du pont naturel (scènes de plage)
  • Santa Cruz Beach Boardwalk (parc d'attractions)

Monterey

Musique[modifier | modifier le code]

Suite au décès de Jerry Fielding (qui avait composé la musique du troisième volet) en 1980, la production renouvelle sa collaboration avec Lalo Schifrin pour composer la musique du film.

Citations célèbres[modifier | modifier le code]

La phrase « Make my day » prononcée par Harry Callahan

Dans l'ascenseur du tribunal

« Écoute pouilleux, pour moi tu n'es qu'une merde de chien qui s'étale sur un trottoir. Et tu sais ce qu'on fait d'une merde de ce genre ? On peut l'enlever soigneusement avec une pelle, on peut laisser la pluie et le vent la balayer ou bien, on peut l'écraser. Alors, si tu veux un bon conseil d'ami, choisis bien l'endroit où on te chiera ! »

— Harry Callahan s'adressant au jeune voyou acquitté

Près du port

« Tu vois pas que je te fais une fleur ? T'es un vrai cimetière ambulant ! Tu dépeuples tous les endroits où tu passes ! Tu sèmes des cadavres ! Même quand c'est pas toi qui tire, y a des victimes ! »

— le lieutenant Donnelly s'adressant à l'inspecteur Harry Callahan


Dans le café avant la fusillade

« parce que, nous n'allons pas vous laisser partir comme ça »

« C'est qui "on", connard? »

« Smith, Wesson, et moi... ! »

— Harry Callahan


Dans le café après la fusillade

« Vas-y, allez ! Fais moi plaisir[5] ! »

— Harry Callahan

Cette célèbre phrase de l'inspecteur Harry (en anglais « make my day ») fut employée par Ronald Reagan, lorsque celui-ci menaça d'utiliser son veto présidentiel pour empêcher la majorité démocrate au Congrès de voter une loi augmentant les impôts.

Box-office[modifier | modifier le code]

Ce quatrième et avant-dernier film de la saga fut celui qui eut le plus de succès.

Diffusion en France[modifier | modifier le code]

Dans son enquête de septembre 2014 concernant les 20 films de cinéma les plus regardés par les Français entre 1989 et 2014 lors de leur diffusion à la télévision française, Médiamétrie indique que le film avait été vu par 13,22 millions de téléspectateurs le 22 septembre 1991 ; il arrivait donc en 20e position de la liste des films les plus vus [8] .

Incohérence[modifier | modifier le code]

Dans le film, le capitaine de police, toujours interprêté par Bradford Dillman, se nomme Briggs alors que dans le précédent opus, L'inspecteur ne renonce jamais, il s'appelait McKay.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dates de sortie - Internet Movie Database
  2. (en) Howard Hughes, Aim for the Heart, London, I.B. Tauris,‎ 2009 (ISBN 978-1-84511-902-7)
  3. (en) Anecodes - Internet Movie Database
  4. Lieux de tournage - Internet Movie Database
  5. « Go ahead, make my day. »
  6. (en) Box-office américain - Box Office Mojo. Consulté le 17 juillet 2012.
  7. (fr) Box-office - Jp's Box-office. Consulté le 17 juillet 2012.
  8. Indication de Programme.tv