Le Rat de ville et le Rat des champs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Rat de ville et le Rat des champs
Image illustrative de l'article Le Rat de ville et le Rat des champs
Gravure par Gustave Doré, 1880

Auteur Jean de La Fontaine
Genre Fable
Pays d'origine Drapeau de la France France
Lieu de parution Paris
Éditeur Claude Barbin
Date de parution 1668

Le Rat de ville et le Rat des champs est la neuvième fable du livre I de Jean de La Fontaine situé dans le premier recueil des Fables de La Fontaine, édité pour la première fois en 1668.

Sources[modifier | modifier le code]

La première version de cette fable apparaît chez Ésope vers le VIIe siècle avant notre ère sous le titre « Le rat des champs et le rat de maison »[1]. Quelques siècles plus tard, à Rome, Horace en fait une adaptation qu'il développe en près de 40 vers[2]. À la différence de la fable de La Fontaine, l'histoire commence par l'arrivée chez le rat des champs (rusticus mus) de son parent le rat des villes (urbanus mus), qui se moque de la médiocrité de la vie à la campagne et l'invite à savourer chez lui les plaisirs de la ville[3].

Cette fable sera également reprise par Babrius qui la développe en grec[4].

Moralité[modifier | modifier le code]

La fable peut être comprise comme une comparaison entre la vie tumultueuse du « monde » et la tranquille solitude[5]. Ce qui peut être pris par un gentilhomme, dans le contexte de l'époque et l'esprit des fables de La Fontaine, comme une comparaison de la vie mondaine à la Cour et la vie retirée sur ses terres de province.

Rat ou souris[modifier | modifier le code]

Le langage courant a confondu longtemps rats et souris[5]. Ainsi, à l'époque de La Fontaine, cette fable pouvait décrire aussi bien les aventures d'une souris domestique et d'un campagnol ou d'un mulot[6] que celles de rats du genre Rattus, puisque dans l'Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Diderot et d’Alembert, qui lui est postérieur, le « rat » tout court est encore désigné par mus domesticus (ancien nom scientifique de Mus musculus, la souris commune[7]) et que le rat des champs est nommé mus agrestis minor [8], un nom scientifique dont Buffon fait l'équivalent du genre Microtus[9].

Cette confusion peut aussi expliquer que le titre de la fable d'Ésope soit traduit en anglais par The Town Mouse and the Country Mouse (« La souris des villes et la souris des champs »)[10].

Dessin de Grandville
Illustration d'après la fable d'Ésope par Arthur Rackham en 1912

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La fable est intitulée Μῦς ἀρουραῖος καὶ μῦς ἀστικός (Texte grec).
  2. Satires, II, 6, v. 79-117, [1]
  3. Version juxtalinéaire latin-français
  4. Fables de Babrius, trad. A.L. Boyer, Paris, Firmin Didot, 1844, p.85 (fable 107). Texte grec: Die babrianischen Fabeln, par P.Knöll, Vienne, 1876, p. 59, fable 108.
  5. a et b Dictionnaire universel françois et latin, contenant la signification... Volume 4. Éditeur Fl. Delaulne, 1721. Page 1029 Lire le document numérisé
  6. Définitions lexicographiques et étymologiques de « Rat » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  7. Référence UICN : espèce Mus musculus Linnaeus, 1758 (en)
  8. Voir la définition du rat et du rat des champs dans Diderot et d’Alembert, l’Encyclopédie, ou Dictionnaire Raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers éditée de 1751 à 1772. Lire en ligne
  9. Buffon et La Cépède, Histoire naturelle, Quadrupèdes. volume 2, partie 2. Éditeurs P. Didot l'aîné et Firmin Didot, 1799. mus agrestis minor, p266.
  10. Le terme anglais mouse , tout comme son équivalent allemand Maus, dérivent de la même racine *mus- que le mot latin (voir Wiktionary).

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Version en latin par Boldrini, Sandro. Uomini e bestie: le favole dell Aesopus latinus. Lecce: Argo, 1994.

Sur les autres projets Wikimedia :