Le Rassemblement-UMP

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec le groupe parlementaire Rassemblement-UMP.
Rassemblement-UMP
Image illustrative de l'article Le Rassemblement-UMP
Logo officiel
Présentation
Président Pierre Frogier
Fondation 1977 (RPC)
1978 (RPCR)
2004 (R-UMP)
Siège 13, rue de Sébastopol - Centre Ville
98 800 Nouméa
Vice-présidents Ghislaine Arlie
Hilarion Vendégou
Cynthia Ligeard
Jean Lèques
Éric Gay
Soane Michel Motuhi-Uhilamoafa
Secrétaire général Thierry Santa
Président du comité pour le projet institutionnel Bernard Deladrière
Président du comité d'éthique Maurice Ponga
Parlementaires Pierre Frogier et Hilarion Vendégou (sénateurs)
Maurice Ponga (député européen)
Membres du gouvernement de Nouvelle-Calédonie Cynthia Ligeard (présidente) et Bernard Deladrière
Trésorier Hélène Varra et Souki Sagit
Association nationale Union pour un mouvement populaire
Positionnement Droite anti-indépendantiste
Idéologie Gaullisme
Conservatisme
Libéral conservatisme
Démocratie chrétienne
Affiliation européenne Parti populaire européen
Affiliation internationale Internationale démocrate centriste et Union démocratique internationale
Couleurs bleu, rouge
Site web www.rassemblement.nc
Présidents de groupe
Congrès Grégoire Bernut (FPU-Avenir ensemble)
Représentation
Congrès
6 / 54
Province Sud
6 / 40
Province Nord
1 / 22
Province Îles
0 / 14

Le Rassemblement-UMP qui se nommait jusqu'en 2004 Rassemblement pour la Calédonie dans la République (RPCR) est un parti politique français de Nouvelle-Calédonie fondé en juillet 1977 par Jacques Lafleur.

D'abord appelé Rassemblement pour la Calédonie, c'est sous l'influence de Jacques Chirac qu'un nom plus ouvertement revendicatif est adopté en 1978 à l'occasion de la fusion avec le RPR-NC de Dick Ukeiwé.

Conçu pour rassembler les forces anti-indépendantistes le parti s'oppose à l'indépendance du « Caillou ». Avec la signature de l'Accord de Nouméa, qui prévoit un référendum sur l'indépendance entre 2014 et 2018, le RPCR a accepté l'idée que ce territoire français puisse devenir indépendant, mais milite fermement pour que les résultats de ces référendums soient le maintien de la Nouvelle-Calédonie au sein de la République française.

Affilié au RPR jusqu'en 2002, le RPCR s'est affilié à l'UMP et a pris le nom de Rassemblement-UMP. Il a perdu les élections provinciales du 9 mai 2004 mais a remporté celles du 10 mai 2009, sans obtenir toutefois de majorité absolue.

Plusieurs tendances de la droite traditionnelle sont représentées au sein du parti : gaullistes chiraquiens (Jacques Lafleur, Simon Loueckhote, Dick Ukeiwé, essentiellement des personnalités ne faisant plus partie de la vie politique ou ayant quitté le RPCR pour le nouveau parti de Jacques Lafleur, le RPC), sarkozystes ou libéraux conservateurs (Pierre Frogier, Gaël Yanno qui a quitté le parti en mars 2013, Marianne Devaux), démocrates chrétiens (Jean Lèques, Maurice Ponga), libéraux (Pierre Maresca), conservateurs fiscaux et libéraux sur le plan économique (Sonia Backes qui a quitté le parti en mars 2013, Pierre Bretegnier qui a fait de même en mars 2014, Bernard Deladrière).

Histoire[modifier | modifier le code]

RPC (1977-1978)[modifier | modifier le code]

Les élections municipales de mars 1977 mettent en évidence deux évolutions majeures dans la vie politique néo-calédonienne. Tout d'abord, l'Union calédonienne (UC), grand parti centriste (voire de centre-gauche) et autonomiste qui a dominé sans partage de sa création en 1953 à 1971, n'est plus la première force du Territoire. Ensuite, le vote indépendantiste commence à émerger. Ainsi, lors des municipales, 52,6 % des suffrages exprimés se portent sur la droite (Entente démocratique et sociale, Union démocratique et Mouvement libéral calédonien essentiellement) contre 36 % sur les partis autonomistes (UC, UPM, PSC) et 11,5 % sur les indépendantistes (Palika et FULK), tandis que Jean-Marie Tjibaou se fait élire maire de Hienghène avec un programme clairement indépendantiste.

En réaction à cette double tendance, le 17 avril 1977, le conseiller de gouvernement EDS et fils de l'ancien sénateur RI Henri Lafleur, Jacques Lafleur, organise à Nouméa un grand congrès « à l'américaine » afin de fédérer les partisans du maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la France. Le nouveau parti ainsi créé prend le nom de Rassemblement pour la Calédonie (RPC). Il ne met pas totalement fin à l'éclatement politique local puisqu'il regroupe essentiellement :

Il est pluri-ethnique, même si les descendants d'Européens y sont majoritaires, avec :

Aux élections territoriales du 11 septembre 1977, le RPC devient le premier parti du Territoire avec 12 élus sur 35 à l'Assemblée territoriale. Il forme une majorité anti-indépendantiste avec les deux élus du MLC, les deux de l'UNC, et les trois conseillers issus respectivement de l'URC, de l'ETE et de l'UD.

Naissance du RPCR et début du bipartisme (1978-1984)[modifier | modifier le code]

Jacques Lafleur est élu député en mars 1978 et siège au groupe du RPR. Cette adhésion au parti chiraquien métropolitain préfigure la transformation du RPC en RPCR, permise par l'adhésion le 21 juillet 1978 de pratiquement toutes les formations du centre-droit anti-indépendantiste :

Toutefois, l'alliance avec le RPR ne fait pas l'unanimité, et peu de temps après le changement de nom en RPCR, ses éléments centristes et « giscardiens » le quitte : le sénateur Lionel Cherrier, Georges Nagle (qui a perdu son siège à l'Assemblée territoriale en 1977), tandis que l'URC et l'ETE reprennent leur indépendance. Ils se rapprochent de l'Union de Nouvelle-Calédonie (UNC, dernière dissidence en date de l'UC à la suite de l'évolution de ce dernier vers l'indépendantisme, mené par le maire de Bourail Jean-Pierre Aïfa) et l'UD gaulliste : ensemble, ils forment en 1979 la Fédération pour une nouvelle société calédonienne (FNSC) qui se veut une troisième voie autonomiste entre les anti-indépendantistes du RPCR et les indépendantistes du Front indépendantiste (FI).

Le RPCR consacre sa place de premier parti néo-calédonien aux élections territoriales du 1er juillet 1979 avec 40,24 % des suffrages exprimés (dont 50,11 % dans le Sud) et 15 élus sur 36 contre 34,43 % et 14 sièges pour le Front indépendantiste (mais 62,74 % dans l'Est et 64,44 % aux Îles) et 17,82 % et 7 conseillers pour la FNSC. Le RPCR détient la majorité jusqu'en 1982 grâce à une alliance avec la FNSC, mais celle-ci lui retire son soutien et s'allie ensuite au FI de Jean-Marie Tjibaou de 1982 à 1984.

L'un des camps opposés des Évènements (1984-1988)[modifier | modifier le code]

Par la suite, le RPCR, et plus généralement les anti-indépendantistes (les plus radicaux d'entre eux se regroupant au sein du FN local, ou au Front calédonien créé en 1983 par des dissidents du Rassemblement qui lui reprochent sa « mollesse »), s'opposent violemment aux indépendantistes du Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS, nouveau nom du Front indépendantiste) de Jean-Marie Tjibaou durant la période dite des Évènements de 1984 à 1988. Il domine les institutions officielles, souvent boycottées par le FLNKS, et critique la gestion de la crise par la majorité socialiste au Parlement national. Elle reproche à cette dernière de vouloir « larguer » la Nouvelle-Calédonie et de favoriser les indépendantistes, tandis qu'elle s'oppose totalement au projet d'« indépendance-association » avancé par le Haut-commissaire puis ministre chargé de la Nouvelle-Calédonie du gouvernement de Laurent Fabius, Edgard Pisani, en 1985. Il reçoit un soutien actif des instances dirigeantes du RPR, Jacques Chirac, Bernard Pons ou Charles Pasqua se rendant à plusieurs reprises sur le Territoire.

Mais, après l'apogée des violences atteintes lors de la prise d'otages d'Ouvéa et la libération sanglante de ces derniers en 1988, Jacques Lafleur et le RPCR décident de négocier avec Jean-Marie Tjibaou et le FLNKS le rétablissement de la paix et la mise en place d'une période transitoire avant un référendum d'autodétermination prévu pour 1998. Cela aboutit aux accords de Matignon. Les signataires de ces derniers pour le RPCR sont : Jacques Lafleur, l'autre député Maurice Nénou, le sénateur Dick Ukeiwé, le maire de Nouméa Jean Lèques, Henri Wetta, Pierre Frogier, Pierre Bretegnier, Robert Naxué Paouta.

Le parti majoritaire et les dissidences successives (1989-2004)[modifier | modifier le code]

Depuis la provincialisation en 1989 jusqu'en 2004, le RPCR a dominé la Province Sud, la plus peuplée et la plus riche, avec une nette majorité absolue à chaque scrutin. Le parti contrôle aussi, via une majorité absolue (de 1989 à 1995) ou relative (complétée par des alliances de circonstance entre 1995 et 2004, tout particulièrement avec le petit parti indépendantiste modéré de la FCCI à partir de 1999) au Congrès. Jacques Lafleur est président de l'Assemblée provinciale et le nouvel homme fort du Territoire durant cette période, sa légitimité étant renforcée par le fait qu'il soit le dernier survivant des deux dirigeants de la table des négociations des accords de Matignon après l'assassinat en 1989 de Jean-Marie Tjibaou et les luttes intestines pour lui trouver un successeur du côté indépendantiste, mais aussi parce qu'il est le premier à parler d'une « solution consensuelle » (terme utilisé en 1991) puis d'un « pacte trentenaire » (en 1994) pour éviter le référendum de 1998. Celui-ci en effet, dont il ne fait alors aucun doute qu'il aboutirait à un rejet de l'indépendance, fait craindre à la plupart des dirigeants politiques un retour à la crise et aux affrontements. Cette proposition aboutit à l'accord de Nouméa de 1998 qui repousse la consultation sur l'accès à la pleine souveraineté à une période allant de 2014 à 2018, pose dans son préambule la reconnaissance d'une « double légitimité » au sein de la population néo-calédonienne (celle du « peuple premier », les Kanaks, mais aussi celle des populations issues des vagues successives d'immigration depuis le XIXe siècle, qui sont majoritaires) et prévoit le transfert de pratiquement toutes les compétences à l'exception de celles dites « régaliennes » (nationalité, libertés publiques, défense, politique étrangère, justice, ordre public, monnaie) de l'État à la Nouvelle-Calédonie d'ici 2014. Les signataires de cet accord pour le RPCR sont : Jacques Lafleur, l'autre député Pierre Frogier, le sénateur Simon Loueckhote, le président du Congrès Harold Martin, le maire de Nouméa Jean Lèques et le directeur de cabinet de Jacques Lafleur à la Province Sud Bernard Deladrière.

Mais la période de 1989 à 2004 est aussi marquée par une certaine hémorragie du RPCR qui doit souffrir plusieurs dissidences, du fait des choix politiques de Jacques Lafleur qu'ils critiquent mais aussi de son autoritarisme supposé ou de la trop grande mainmise qu'il aurait développé tant sur la politique que sur l'économie du Territoire (le député étant également chef d'entreprise). Alors que dans les années 1980 la seule alternative dans le camp anti-indépendantiste étaient les formations radicales et anti-autonomistes du FN et du Front calédonien (FC), le RPCR voit sa position de plus en plus menacée à droite. Les partis créés par d'anciens membres du RPCR à partir du 1989 sont :

  • Calédonie demain (CD) fondée en 1989 par le maire de Dumbéa Bernard Marant, celui-ci s'est opposé aux accords de Matignon et s'est allié avec certains membres du FN. Il modère par la suite son propos, devient autonomiste et concentre son implantation à la seule commune de Dumbéa. Il soutient en 1998 l'accord de Nouméa puis se fond l'année suivante dans le parti Alliance, nouveau grand parti d'opposition au sein du camp anti-indépendantiste au RPCR (s'y retrouve l'ancienne FNSC du maire de Bourail de Jean-Pierre Aïfa qui, en dehors de la commune de ce dernier, avait totalement disparu du paysage politique néo-calédonien après 1985).
  • Mouvement des Calédoniens et Loyaltiens libres (MCLL) fondée en 1993 par l'un des poids lourds et lieutenants historiques de Jacques Lafleur, à savoir le député européen (de 1989 à 1994) Dick Ukeiwé : celui-ci dirigea l'ensemble des exécutifs dominés par le RPCR durant les Évènements de 1984 à 1989, a été sénateur de 1983 à 1992 et a été l'un des signataires des accords de Matignon. Après 1989, il est quelque peu mis à l'écart des instances dirigeantes et finalement le RPCR lui refuse l'investiture pour les sénatoriales de 1992 au profit de Simon Loueckhote. La conséquence directe est son départ du Rassemblement pour créer le MCLL, qui appelle à un « toilettage des accords de Matignon » en refusant de participer aux comités de suivi. Il se présente aux législatives de 1993 et 1997 contre Jacques Lafleur. Il soutient la liste UNCT en 1995. Il s'oppose à l'accord de Nouméa, monte une liste de droite anti-accordiste aux provinciales de 1999 avec un autre dissident du RPCR et de l'Une Nouvelle-Calédonie pour tous, l'avocat Denis Millard, et le MPF local créé en 1995 sur la base de l'ancien FC de Claude Sarran. Il se retire ensuite de la vie politique et le MCLL disparaît.
  • Une Nouvelle-Calédonie pour tous (UNCT) fondé en 1995 par l'ancien élu territorial et ancien président de la Fédération patronale locale Didier Leroux et d'autres membres du RPCR qui ont soutenu Jacques Chirac à l'élection présidentielle de 1995, alors que Jacques Lafleur (considéré pourtant jusqu'ici comme un ami personnel du président du RPR) a appelé à voter pour Édouard Balladur. Il obtient un réel succès aux élections provinciales de cette année-là, avec 7 sièges sur 54, et fait perdre la majorité absolue du RPCR au Congrès. Ce parti s'oppose en 1998 à l'accord de Nouméa (lui reprochant de faire de trop grands concessions aux indépendantistes et de consacrer la domination institutionnelle du RPCR) puis se fond l'année suivante dans le parti Alliance, nouveau grand parti d'opposition au sein du camp anti-indépendantiste au RPCR (s'y retrouve l'ancienne FNSC du maire de Bourail de Jean-Pierre Aïfa qui, en dehors de la commune de ce dernier, avait totalement disparu du paysage politique néo-calédonien après 1985).
  • Développer ensemble pour construire l'avenir (DECA) qui est d'abord une liste aux élections provinciales de 1995 en Province Nord menée par le maire de Koumac (alors seule commune anti-indépendantiste du Nord) Robert Frouin et Delin Wéma. Elle reproche au RPCR et à ses dirigeants de ne s'intéresser à la Province Nord qu'en période électorale et d'agir ensuite uniquement dans l'intérêt du Sud et plus particulièrement du Grand Nouméa. Elle obtient pratiquement le même score que le RPCR dans la province en 1995, avec 2 sièges, mais perd toute représentation en 1999. Devenu un parti politique en 1996, il se divise sur la question de l'accord de Nouméa (Robert Frouin s'y oppose tandis que Delin Wéma appelle à voter « oui » lors du référendum de ratification de l'accord) puis rejoint en 1999 le parti Alliance, nouveau grand parti d'opposition au sein du camp anti-indépendantiste au RPCR (s'y retrouve l'ancienne FNSC du maire de Bourail de Jean-Pierre Aïfa qui, en dehors de la commune de ce dernier, avait totalement disparu du paysage politique néo-calédonien après 1985).
  • Harold Martin, jusque là l'un des dauphins potentiels de Jacques Lafleur, est exclu du RPCR pour avoir décidé de briguer un second mandat à la mairie de Païta alors que le parti lui préférait son cousin (et prédécesseur) Ronald Martin. Martin est réélu. Certains membres du RPCR le soutiennent et finissent par quitter plus ou moins tardivement ce mouvement entre 2001 et 2004 : les deux élus provinciaux et congressistes Sosimo Malalua et Philippe Michel dès 2001, l'ancien maire du Mont-Dore (qui a perdu son poste à la suite d'une fronde de ses adjoints) Réginald Bernut et le maire de La Foa Philippe Gomès (qui a toutefois soutenu Martin et critiqué la direction à partir de 2001 tout en restant membre du parti) en 2004.
  • Marie-Noëlle Thémereau, jusque là vice-présidente du Congrès, démissionne du parti et de tous ses mandats en 2001 pour protester contre le poids qu'elle juge trop grand des Provinces (et tout particulièrement de celle du Sud) dans le jeu institutionnel, au détriment de l'échelon territorial.

L'ensemble de ces dissidents du RPCR depuis 1989 (Alliance, Harold Martin et ses partisans ainsi que Marie-Noëlle Thémereau) à l'exception du MCLL de Dick Ukeiwé (ce dernier s'étant retiré de la vie politique en 1999) se retrouvent dans la liste (puis le parti) Avenir ensemble qui fait perdre au RPCR (qui a pris pendant la campagne le nom de Rassemblement-UMP pour marquer son affiliation à l'Union pour un mouvement populaire métropolitain) le contrôle de la Province Sud et du Congrès.

Un « nouveau Rassemblement » (depuis 2004)[modifier | modifier le code]

La fin de l'ère Lafleur (2004-2005)[modifier | modifier le code]

Depuis 2004, et à l'instigation initialement de Jacques Lafleur lui-même, le Rassemblement-UMP se dote d'un nouveau mode d'organisation passant tout particulièrement par l'élection désormais du président du parti directement par les militants. Si Lafleur, qui a démissionné en 2004 de tous ses mandats à l'exception de celui de député, semble un temps vouloir passer la main à son secrétaire général Pierre Frogier, il décide finalement de se représenter à la présidence du mouvement qui se tient le 2 juillet 2005 dans le quartier de Rivière-Salée à Nouméa. Il reproche notamment à son « dauphin » de ne pas être assez ferme dans son opposition à la nouvelle majorité Avenir ensemble et de ne pas avoir respecté toutes les conditions fixées pour la passation de témoin entre les deux hommes. Le jour du scrutin interne, Pierre Frogier est largement élu par 3 261 voix de militants sur 4 174 inscrits. À la suite de la perte du contrôle de son propre parti, Jacques Lafleur quitte celui-ci avec ses derniers fidèles (le sénateur Simon Loueckhote ou l'élue provinciale et au Congrès François Sagnet-Chaverot) pour créer en 2006 le Rassemblement pour la Calédonie (RPC, reprenant le nom d'origine du RPCR dont il dit vouloir retrouver l'« esprit d'origine »).

Vers la reconquête (2005-2009)[modifier | modifier le code]

Pierre Frogier réorganise le Rassemblement-UMP en reprenant le thème de la « rupture » et les pratiques de communication développées à la même époque par le nouveau président de l'UMP et futur président de la République Nicolas Sarkozy. Il s'appuie essentiellement sur les cadres issus de sa génération (Pierre Maresca qui devient dans un premier temps secrétaire général, mais est quelque peu mis à l'écart en 2006 après son choix de se présenter aux législatives de l'année suivante contre le candidat officiel du parti ; Pierre Bretegnier ; Bernard Deladrière qui, après avoir été le principal collaborateur de Jacques Lafleur, devient le sien à partir de 2001), mais aussi sur de relatifs nouveaux venus trentenaires et quadragénaires (le suppléant de Lafleur et premier adjoint du maire de Nouméa Gaël Yanno qui est élu député en 2007 ; le maire du Mont-Dore Éric Gay qui est secrétaire général et donc numéro deux du parti à partir de 2006 ; les coresponsables du mouvement des jeunes du parti Gil Brial et Isabelle Champmoreau) et mélanésiens (Bernard Ukeiwé, fils de l'ancien sénateur Dick Ukeiwé, un des deux vice-présidents du parti à partir de 2006 et suppléant de Gaël Yanno à partir de 2007, jusqu'à son décès en 2008 ; Léontine Ponga, l'autre vice-présidente, suppléante de Pierre Frogier à partir de 2007 et tête de liste du parti en Province Nord en 2009 ; Maurice Ponga, député européen depuis 2009). Il introduit également plus de démocratie interne dans la vie du parti, instaurant notamment des primaires pour la désignation des candidats ou têtes de listes à toutes les élections nationales ou locales.

De plus, il a pris des positions particulièrement fermes, parfois provocatrices, concernant les grands débats politiques entre 2004 et 2009 :

  • Accord de Nouméa : Pierre Frogier, président du parti, a provoqué une véritable controverse au sein de la classe politique calédonienne lorsqu'il a déclaré, dans une interview accordée aux Nouvelles calédoniennes, se sentir « totalement désengagé » de ce dernier[1]. Il a depuis quelque peu modéré son propos en appelant surtout à une « renégociation » et à rompre avec la lecture « indépendantiste » de l'Accord qui selon lui a prévalu jusqu'alors. Il veut organiser un référendum local sur l'avenir institutionnel de l'archipel dès le début de la période prévue à cet effet par la loi organique, à savoir dès 2014.
  • Corps électoral : Pierre Frogier et l'ensemble du Rassemblement-UMP s'étaient fortement mobilisés, à l'instar de l'autre député Jacques Lafleur et du sénateur Simon Loueckhote, contre le gel du corps électoral aux seules personnes nées sur le Territoire ou résidant en Nouvelle-Calédonie depuis 1998 au moins pour les élections provinciales. Ce projet a finalement été adopté et intégré à la Constitution par vote des députés et sénateurs réunis en Congrès à Versailles le 19 février 2007 (par 724 voix pour et 90 contre).
  • Goro Nickel : le Rassemblement-UMP soutient fermement durant ce mandat l'installation de l'usine de traitement de la latérite sur le site de Goro dans l'extrême sud du Territoire. C'est lorsque ce parti avait la majorité en Province Sud que ce projet a été lancé, ses opposants avaient d'ailleurs alors accusé Jacques Lafleur et ses partisans de « brader » le patrimoine foncier et environnemental du Territoire[2].
  • Usine du Nord : le Rassemblement-UMP milite pour une solution aux retards pris par ce projet en le retirant à la Société minière du Sud Pacifique (SMSP, société fondée dans les années 1990 pour faire participer directement les populations mélanésiennes de la Province Nord à l'exploitation du nickel) et à son allié canadien Falconbridge (racheté depuis pas le suisse Xstrata), pour confier la construction de l'usine à Eramet - SLN (Société Le Nickel)[3]. Cette position est vivement critiquée par pratiquement toutes les autres forces politiques du Territoire[4],[5] et est souvent vue comme le moyen non seulement de renforcer le monopole de la SLN sur l'exploitation du nickel mais d'affaiblir le rééquilibrage économique en faveur du Nord, rééquilibrage prévu dans l'Accord de Nouméa et qui était le but principal visé à travers la construction de cette usine.

Cette stratégie permet au Rassemblement-UMP de renouer avec les succès électoraux, sans retrouver toutefois la prédominance totale dont il disposait par le passé :

La nouvelle stratégie Frogier (2009-2012)[modifier | modifier le code]

Mais le Rassemblement-UMP retrouve rapidement une relation conflictuelle avec Calédonie ensemble, tout en se rapprochant nettement de l'Avenir ensemble qui devient dès lors son allié traditionnel dans les institutions mais aussi avec les indépendantistes de l'UC, voire du Parti travailliste.

Cette recomposition se fait surtout à partir de nouvelles propositions faites par Pierre Frogier après le scrutin de 2009 et qui divisent la classe politique, notamment les non-indépendantistes (ces propositions sont détaillées au paragraphe « Positionnements récents (après 2009) » de cet article, ci-dessous).

L'« entente républicaine » avec Calédonie ensemble se déchire véritablement à partir de 2010 : les élus de Calédonie ensemble décident de voter blanc lors de l'élection pour un nouveau mandat annuel du président du Congrès, Harold Martin n'étant réélu que parce que les indépendantistes sont eux-aussi divisés. Enfin, après la démission collective des membres de l'UC de l'exécutif local et de leurs suivant de liste, provoquant de facto la chute du gouvernement présidé par Pierre Frogier le 17 février 2011, le Rassemblement-UMP présente des listes communes avec l'Avenir ensemble et le LMD lors des quatre élections de gouvernement qui se suivent en mars, avril et juin 2012, sous la conduite de Harold Martin. Mais surtout, le 1er avril 2012, et de nouveau le 19 août suivant, le Rassemblement-UMP, conjointement avec l'Avenir ensemble et Didier Leroux, apportent leur voix pour l'élection de l'indépendantiste Rock Wamytan à la présidence du Congrès. Pour Pierre Frogier : « Il s’agit de trouver de nouveaux équilibres institutionnels, dans lesquels les signataires jouent un rôle clé, afin de préparer dans les meilleures conditions les discussions d’avenir et l’échéance 2014-2018. De plus, il est indispensable que les signataires de l’accord de Nouméa resserrent les rangs devant les tentatives de déstabilisation institutionnelle »[6]. Toutes les autres formations politiques non-indépendantistes (Calédonie ensemble, mais aussi l'UDC, le LMD et le RPC) mais aussi certains indépendantistes (l'UNI et le LKS) s'opposent à ce rapprochement, qu'ils qualifient de « coalition RUMP - Avenir ensemble - UC - Parti travailliste ».

Défaite aux législatives et débat interne (2012-2013)[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives des 10 et 17 juin 2012, les candidats du Rassemblement-UMP, soutenus par l'Avenir ensemble et par le MoDem local de Didier Leroux, sont battus par ceux de Calédonie ensemble, Sonia Lagarde et Philippe Gomès, qui ont fait de ce scrutin un « référendum pour ou contre la coalition », la levée des deux drapeaux et plus généralement les stratégies adoptées par Pierre Frogier depuis 2009. Tout particulièrement, le candidat du parti dans la 2e circonscription pour reprendre le siège de Pierre Frogier (devenu sénateur en 2011), Éric Gay, vu comme le principal lieutenant du président de la Province Sud, est éliminé dès le 1er tour, étant devancé par Philippe Gomès dans toutes les communes traditionnellement non-indépendantistes (y compris celle dont il est le maire, le Mont-Dore).

Les médias locaux font état par la suite d'une lutte interne au sein du Rassemblement-UMP entre deux tendances, divisées sur les conséquences à tirer de cette défaite et donc la stratégie à adopter[7],[8] :

  • d'un côté, le « clan du Mont-Dore » ou « tendance Frogier », des « Frogieristes » ou « Mont-Doriens », composé des fidèles de Pierre Frogier qui disposaient des principaux postes de direction du parti depuis 2006 (Éric Gay, Cynthia Ligeard), qui voient dans l'échec des législatives les effets d'une campagne qualifiée de « mensongère » de la part de Calédonie ensemble (qui avait notamment accusé le Rassemblement-UMP, sur la base de son rapprochement avec l'UC et le Parti travailliste, et la décision de lever les deux drapeaux, de préparer une « indépendance-association ») et une incompréhension de l'électorat anti-indépendantiste face à une démarche qui n'aurait pas assez été expliquée. Il ne s'agit donc pas pour cette tendance de changer le cap pris à partir de 2010 et 2011 mais au contraire de le maintenir tout en communiquant mieux.
  • de l'autre, le « clan nouméen » ou « tendance Yanno » ou des « Yannistes », mené par le 1er adjoint au maire de Nouméa et ancien député Gaël Yanno qui avait à l'origine montré des réticences à l'égard des propositions de Pierre Frogier (surtout celles des deux drapeaux, tout en la soutenant par la suite et présidant à la cérémonie de leur levée à l'hôtel de ville de Nouméa). Il ne s'est fait battre aux législatives qu'au second tour, obtenant de plus le meilleur score au 1er tour, et avait fait campagne en prenant ses distances avec la « démarche Frogier », en la basant sur son bilan et sur un discours résolument anti-indépendantistes et de droit (avec la lutte contre la délinquance juvénile, la remise en cause le gel du corps électoral avec l'organisation le 16 mai d'une réunion avec des exclus de la liste électorale spéciale à l'hippodrome Henri Milliard de l'Anse Vata à Nouméa[9],[10], mais aussi en ne faisant afficher dans ses réunions et meetings que le drapeau tricolore, alors que Éric Gay utilisait également le drapeau dit « Kanaky » au côté de l'étendard national). Entouré après les élections législatives par plusieurs représentants de la jeune garde, essentiellement habitants ou implantés électoralement dans le chef-lieu (Sonia Backes, Gil Brial, Isabelle Champmoreau), mais aussi des figures de la « vieille garde » qui n'ont jamais caché leurs critiques à l'égard de Pierre Frogier depuis son arrivée à la tête du parti en 2005, notamment Pierre Bretegnier. Pour eux, la défaite est bien un vote sanction à l'égard de la ligne choisie à partir de 2009 et, s'ils reconnaissent que les gestes de Pierre Frogier étaient « forts et symboliques », ils ont été finalement que des « concessions unilatérales » sans contrepartie ni geste réciproque du côté indépendantiste. Pour eux, le Rassemblement-UMP doit abandonner sa collaboration institutionnelle (mais pas le dialogue) avec les indépendantistes et se concentrer sur une nouvelle « entente républicaine », incluant même Calédonie ensemble (que membres de l'entourage de Gaël Yanno critiquent toutefois tout aussi durement que les proches de Pierre Frogier)[11].

Si Pierre Frogier remanie la direction du parti lors d'un comité directeur réuni à Boulouparis le 21 août 2012, en y incluant de nombreuses personnalités « yannistes » (Gaël Yanno devient lui-même vice-président et porte-parole, Sonia Backes secrétaire générale par intérim), et s'il accepte de ne pas faire voter pour une réélection de Rock Wamytan à la présidence du Congrès le 29 août (soutenant alors la candidature du LMD Simon Loueckhote avant d'être forcé, suite au retrait de ce dernier au troisième tour, de faire élire le Calédonie ensemble Gérard Poadja), le sénateur conserve la présidence du parti. Et s'il abandonne la présidence de la Province Sud le 20 septembre 2012, c'est pour la confier à un de ses lieutenants, Cynthia Ligeard.

La division interne née au lendemain des législatives aboutit finalement à une scission le 28 mars 2013, Gaël Yanno et ses partisans faisant dissidence pour créer le Mouvement populaire calédonien (MPC), avec le soutien sur le plan national de Jean-François Copé[12]. Un différend au sujet des élections municipales de 2014 provoque également le départ en juin 2013 du membre du Congrès Silipeleto Muliakaaka, qui finit par rejoindre Calédonie ensemble.

Une réorganisation autour de Pierre Frogier (2013)[modifier | modifier le code]

Suite à ces dissidences, le Rassemblement-UMP décide de se réorganiser et de renforcer sa stratégie de communication, autour de la personnalité de Pierre Frogier. Celui-ci diffuse notamment en ligne un manifeste baptisé : Notre Calédonie, terre de partage, terre de France, pour précisé sa vision. Le congrès organisé à Bourail le 20 avril 2013 réunit environ un millier de personnes selon le quotidien Les Nouvelles Calédoniennes. La motion unique présentée est adoptée par 98 % des suffrages exprimés, qui s'élevaient au total à 1 122 voix de militants. Elle vise à réaffirmer la ligne directrice du parti, dans une certaine continuité de la stratégie Frogier menée depuis 2009 : opposition à l'indépendance tout en défendant une large autonomie, la recherche d’une solution consensuelle avant le référendum, le soutien à un rapprochement des composantes de la famille loyaliste (en s'associant notamment à l'ancien sénateur Simon Loueckhote, présent en tant que personnalité extérieure lors du congrès, pour discuter la formation d'une éventuelle plateforme commune en vue des échéances de 2014, l'ensemble des personnalités du parti s'opposant toutefois à toute entente avec Calédonie ensemble) tout en défendant la poursuite du dialogue avec les indépendantistes. Sur ce dernier point, Pierre Frogier retrouve néanmoins un ton plus ferme à l'égard des indépendantistes ou de l'Union calédonienne. Il déclare notamment dans son discours de clôture du congrès à l'égard de ces derniers « ne sont pas à la hauteur du défi que nous devons relever ensemble [...]. Les accords nous obligent, eux comme nous, à aller au-delà de notre camp et donner un sens au destin commun. Ils parlent d’indépendance, mais même pour eux, c’est devenu un slogan vide de sens [...]. Si les élus indépendantistes ne sont pas capables d’ouvrir ce dialogue et de parler à leur base, je le ferai, au-dessus d’eux, sans passer par eux. Ce sera plus efficace. »[13].

Ensuite, le comité directeur du parti du 16 mai 2013 entérine la nouvelle organisation : la présidence, chargée de diriger les instances du mouvement et de veilleur aux orientations politiques, reste à Pierre Frogier, entouré désormais de six vice-présidents dont quatre des six maires du parti (le sénateur Hilarion Vendégou, Jean Lèques, Ghislaine Arlie et Éric Gay) mais aussi la nouvelle présidente de l'Assemblée de la Province Sud Cynthia Ligeard ainsi que Soane Michel Motuhi-Uhilamoafa, adjoint au chef du service du transit militaire interarmées de Nouvelle-Calédonie et ancien parachutiste d'origine wallisienne. Le secrétariat général, chargé de la mise en œuvre du projet et du programme politique, semble vouloir symboliser un certain rajeunissement en étant confié à Thierry Santa (45 ans), jusque là secrétaire général de la mairie du Mont-Dore aux côtés de Pierre Frogier de 2000 à 2001 puis d'Éric Gay de 2004 à 2013 et qui exerçait déjà l'intérim de cette fonction depuis la destitution de Sonia Backes, avec à ses côtés deux adjoints : Yoann Lecourieux (40 ans), secrétaire général adjoint de la maire de Dumbéa depuis sa conquête par Georges Naturel en 2008 (et auparavant responsable du contrat d'agglomération à la mairie de Nouméa entre 1998 et 2008), est chargé de la vie du mouvement ; Virginie Ruffenach, conseillère municipale de Nouméa déléguée pour la réussite éducative depuis 2008, est chargée du programme. Et deux instances spéciales sont créées[14] :

  • un comité pour le projet institutionnel confié à Pierre Bretegnier (jusqu'à sa dissidence le 1er mars 2014) et où se retrouvent trois puis deux élus provinciaux et du Congrès (Pierre Bretegnier jusqu'à son départ du parti, Rusmaeni Sanmohamat ou Léontine Ponga), deux anciens maires de 2001 à 2008 qui restent conseillers municipaux d'opposition (Guy Moulin de Bourail ou Guyèdre Wamedjo de Poya), deux conseillers municipaux de Nouméa (Tiaré Le Goff, issue de la communauté tahitienne, déléguée pour le suivi du plan d’urbanisme directeur et pour le tourisme, chargée des relations avec les associations féminines, et Fizié Bolé, natif de Lifou et délégué pour l'animation des quartiers), un ancien adjoint au maire du chef-lieu (le chef d'entreprise Henri Lafleur, par ailleurs neveu de Jacques Lafleur), d'un collaborateur de membre du gouvernement (Sylvian Raffard-Artigue, collaborateur de Jean-Claude Briault), de deux personnalités du monde économique (l'ancien président de la Chambre de commerce et d'industrie Michel Quintard et le directeur d'un commerce de matériel de sécurité Bertrand Courte) et deux professeurs de droit public (Jean-Yves Faberon et Guy Agniel). Une vidéo postée en ligne par le parti le 25 avril 2013 montre l'angle vers lequel ce comité s'oriente, déclarant rejeter « un État calédonien » et « l'indépendance sous toutes ses formes, dont l'indépendance-association », mais aussi « l'intégration dans un État existant », qu'il assimile pour la France au seul cas de la départementalisation en citant l'exemple de Mayotte, et propose « un territoire très autonome », qui correspond à la disposition de la libre association en droit international en donnant pour modèle les îles Cook[15].
  • un comité d'éthique qui « garantit les valeurs du Rassemblement » est confié au député européen Maurice Ponga. Il comprend quinze autres membres dont, entre autres, les maires et élus du Congrès Georges Naturel et Alain Lazare, le conseiller de la Province Sud, ancien membre du gouvernement et ancien secrétaire général du parti Pierre Maresca, mais aussi du président du Conseil économique et social Yves Tissandier.

Positionnement politique[modifier | modifier le code]

Valeurs et principes[modifier | modifier le code]

Les valeurs et principes fondamentaux du Rassemblement-UMP sont édictés dans la « Charte du Rassemblement » qui conclut le « Manifeste du Rassemblement pour la Calédonie » adopté lors de la création du RPC le 17 avril 1977. Il contient six articles[16] :

  • Article 1er (anti-indépendantisme et autonomisme) : « Dans le cadre institutionnel de Territoire de la République et dans l’attachement de ses ressortissants à la Nation Française, la collectivité calédonienne manifeste sa volonté d’affirmer sa personnalité, avec ses particularismes et ses spécificités et, en tant que telle, d’assumer la responsabilité véritable de gérer ses propres affaires, dans la cohérences et l’efficacité. »
  • Article 2 : « La Société calédonienne est une Société pluriraciale et doit demeurer telle quelle ». D'où :
    • antiracisme : « Toutes les entreprises de division ou d’exclusive, spécialement celles puisant leur source dans le racisme, doivent être dénoncées et combattues d’où qu’elles viennent et quels qu’en soient les auteurs ».
    • « La promotion de la Société calédonienne doit être recherchée dans l’harmonie, c'est-à-dire dans l’entente et la compréhension mutuelle entre les ethnies, dans l’élimination des motifs de discorde et dans la volonté d’assurer à tous les habitants du Territoire les mêmes chances. »
  • Article 3 : « La notion d’attachement à la France ayant été clairement définie, la Métropole a une double obligation envers la population du Territoire. » Cette double obligation est définie ainsi :
    • « Faire jouer pleinement la solidarité nationale, compte tenu des difficultés exceptionnelles de l’heure [le texte faisant ici mention de l'instabilité politique, économique et sociale qui règne au moment où il a été rédigé, à la fin des années 1970] »
    • « Reconsidérer le contrôle exclusif de l’État sur l’exploitation des ressources minières du Territoire [critique ici des lois Billotte de 1969, qui ont depuis été abrogées]. »
  • Article 4 (libéralisme et justice sociale) : « L’affirmation de la personnalité calédonienne doit conduire au renouveau. Ce renouveau doit prendre la forme d’un développement des activités industrielles, de la mise en place d’un plan de redressement accéléré, d’un redéploiement et d’une restructuration d’ensemble aux plans économique, budgétaire, fiscal et social.
    Mais ce renouveau ne peut s’accomplir que dans le cadre des principes €essentiels d’une économie libérale adaptée aux réalités du Territoire, pour une meilleure justice sociale.
     »
  • Article 5 : parle des mesures prioritaires à mettre en place pour faire respecter les points précédents, là encore dans le contexte de 1977 mais devant être défendu par la suite en permanence par le parti :
    • « Une réforme électorale qui permette un fonctionnement efficace et cohérent de nos institutions, par la mise en place d’une majorité réelle et stable à l’Assemblée Territoriale [puis au Congrès] »,
    • « Une réforme foncière qui assure un règlement équitable du problème des terres dans l’ordre et la légalité »,
    • « Le lancement effectif du projet d’industrialisation du Nord »,
    • « Des mesures de sauvetage économique et, notamment, d’importants investissements publics pour résorber le chômage, un abaissement du coût des frets pour améliorer le pouvoir d’achat et une révision radicale des conditions de crédit, an accédant enfin au Long Terme, dans des conditions similaires à celles de la Métropole. »
  • Article 6 : « Seul le Rassemblement des Calédoniens, dans la volonté d’entreprendre la défense et la rénovation de leur propre Collectivité, permettra à la Nouvelle-Calédonie de régler ses problèmes présents et de préparer sereinement son avenir. »

Programme aux élections provinciales de 2009[modifier | modifier le code]

Le programme du Rassemblement-UMP pour les élections provinciales du 10 mai 2009, intitulé « Construisons aujourd'hui la Calédonie de demain », est articulé en quatorze points. Il reprend ou fait référence à de nombreux points de la campagne de Nicolas Sarkozy lors de l'élection présidentielle de 2007 ou mesures mises en place depuis par le gouvernement de François Fillon.

  • échéance institutionnelle et sortie de l'accord de Nouméa : « 2014, penser autrement : Pourquoi organiser un référendum en 2014 ? », reprenant la proposition de Pierre Frogier d'organiser le plus tôt possible un référendum de sortie. Les arguments cités en faveur de cette solution sont :
    • « Parce que c’est prévu par l’accord de Nouméa »
    • « Parce qu’en 2014, nous voulons que les Calédoniens réaffirment qu’ils ont adhéré à l’accord de Nouméa pour rester dans la France, alors que le FLNKS exige toujours l’indépendance »
    • « Parce que nous pourrons alors donner un nouvel élan, un nouveau départ, à l’accord de Nouméa et lui donner le temps dont il a besoin pour sa mise en oeuvre dans toute sa richesse »
    • « Parce que nous pourrons alors rechercher tous ensemble dans la paix et dans l’apaisement cette identité calédonienne dans la France, voulue par la grande majorité de nos concitoyens »
    • « Parce que nous pourrons alors être pleinement Français et Calédoniens grâce à l’accord de Nouméa. »
  • sécurité : « Être rassurés : Lutter contre la délinquance et l’insécurité », face à la montée supposée des crimes et délits, « en liaison avec l'État », en proposant :
    • l'augmentation des subventions provinciales accordées aux communes du Grand Nouméa pour leurs polices municipale,
    • le renforcement des « politiques de prévention par l’insertion à l’école, par le sport, l’économie et la culture »,
    • la création de « structures semi-fermées alternatives à la prison »
    • de mettre « la lutte contre l’alcoolisme et la drogue au premier rang des urgences ».
  • éducation et formation : « Réussir sa vie : Pour une école de la réussite et une formation tout au long de la vie » avec des mesures parfois inspirées du volet éducatif du plan Espoir Banlieues :
    • « le recentrage sur les matières fondamentales (français et mathématiques) », avec la création d'« écoles de la 2e chance »,
    • « l’apprentissage des valeurs (goût du travail et de l’effort, politesse, respect de la règle commune) »,
    • « l’aide personnalisée aux élèves en difficulté » en créant des « internats d'excellence »,
    • « instaurer un droit individuel à la formation tout au long de la vie »,
    • « développer la formation par alternance et l’apprentissage ».
  • la gestion et la vie politique : « Moraliser la vie politique : Lutter contre le gaspillage des fonds publics », qui critique la précédente majorité de l'Avenir ensemble (puis Calédonie ensemble) qui, selon lui, a fait « littéralement exploser » les « dépenses de communication ou de propagande, de cocktails, de fêtes et de cérémonie, de distribution à de pseudoassociations », le Rassemblement-UMP propose :
    • la création d'une « commission d'éthique pour la moralisation de la vie politique » chargée du « du contrôle des collectivités afin d’assurer la transparence de l’attribution des marchés publics »,
    • la formation des « élus aux règles de gestion des deniers publics »,
    • l'élaboration d'une « charte des élus » pour « éviter toute confusion entre intérêts privés et mandats électifs »,
  • économie : « Prospérer et partager : Dynamiser l’économie et pérenniser son développement pour créer des emplois et améliorer le pouvoir d’achat » avec :
    • la création d'un « fonds pour les générations futures alimenté par la fiscalité sur le nickel »,
    • la mise en place de « pôles de compétitivité dans des secteurs stratégiques » : nickel, énergies renouvelables et biodiversité,
    • la mise en condition favorable pour « l’embauche des jeunes à la recherche d’un premier emploi avec des charges salariales préférentielles les deux premières années »,
    • l'amélioration du « pouvoir d’achat des consommateurs par une modernisation des protections de marché (transparence et efficacité) et par un contrôle des marges arrières de la grande distribution »,
    • le « bilan de 20 ans de rééquilibrage » et la renégociation des « clés de répartition » (celles-ci favorisant les Provinces Nord et Îles Loyauté, moins peuplées que la Province Sud alors que la population de cette dernière ne cesse d'augmenter, mais qui sont également moins développées sur le plan économique et social),
    • le développement de « l'économie numérique ».
  • affaires sociales : « Être solidaires : Retraite, logement, santé : ne laisser personne sur le bord du chemin », portant avant tout sur la solidarité entre les générations avec :
    • la mise en place d'une retraite minimale de « 80 000 FCFP [670,4 ] par mois à l’horizon 2011 »,
    • la création d'« une caisse de retraite pour les travailleurs indépendants »,
    • le développement d'« une mesure de type "prêts bonifiés" pour faciliter l’accès à la propriété pour une première acquisition »,
    • l'amélioration de « l’accès aux soins dans l’Intérieur et les Îles et la prise en charge des urgences dans le Grand Nouméa ».
  • jeunesse : « Accompagner les jeunes : Pour que chaque jeune Calédonien puisse trouver sa place dans la société », le Rassemblement-UMP propose :
    • la création d'un « pass’citoyen » pour les « jeunes bénévoles » qui gagneraient ainsi des « points citoyens » donnant droit « à des heures de conduite, à des formations gratuites », par exemple,
    • le développement des « efforts en faveur des jeunes sans qualification »,
    • la multiplication des « formations en alternance »,
    • le renforcement du « suivi des jeunes par les services chargés de l’emploi »,
    • l'encouragement aux entreprises pour « embaucher des jeunes à la recherche d’un premier emploi en instituant des charges salariales préférentielles les deux premières années »,
    • l'amélioration du « service et les tarifs de l’Internet »,
    • l'amélioration de l'accessibilité au permis de conduire,
    • la construction d'« un circuit accompagné d’une école de pilotage et d’un centre de prévention routière, pour sensibiliser les jeunes aux risques de la route ».
  • environnement : « Être conscients de l’urgence écologique : Une écologie solidaire pour une Nouvelle-Calédonie exemplaire », en « conjuguant développement économique et préservation de l’environnement » par :
    • « la transparence de l’information sur les grands projets industriels, en impliquant les associations et les populations concernées »,
    • « un objectif de 20 % d’énergies renouvelables à 10-15 ans »,
    • la transformation de « la gestion durable de l’eau et d’un programme territorial d’assainissement [en] une priorité des collectivités publiques »,
    • la généralisation du « tri des déchets et leur recyclage »,
    • la lutte « contre l’étouffement progressif de l’agglomération de Nouméa par une ambitieuse politique de transport en commun, l’étalement des horaires, le covoiturage, le développement des activités économiques de proximité ».
  • agriculture : « Imaginer une nouvelle ruralité : Retrouver nos racines et redynamiser notre agriculture », en s'appuyant non seulement sur les « filières existantes et en particulier la filière bovine » qu'il faut « relancer et redynamiser les filières existantes », mais également sur les nouveaux secteurs et en particulier la filière bois :
    • l'appui « sur les groupements professionnels et interprofessionnels pour améliorer la qualité des produits et la régulation des marchés »,
    • la possibilité donnée au « Crédit agricole [...] de mettre en place des financements adaptés aux besoins des agriculteurs (durée et accessibilité des prêts, intérêts bonifiés, intérêts progressifs) »,
    • la diversification des « grandes cultures et [de] la production fruitière » et la mise en œuvre d'un « un grand programme de sylviculture »,
    • l'assurance d'« un meilleur partage de la valeur ajoutée entre producteurs et distributeurs ».
  • emploi : « Favoriser les compétences locales : Promouvoir de manière intelligente l’emploi local », en insistant sur la défense de ce dernier « à compétences égales », et en proposant :
    • la mise en priorité de « l’amélioration du niveau général de qualification de la jeunesse calédonienne, aussi bien dans le secteur privé que dans le secteur public, afin qu’elle puisse affronter sans complexe la concurrence extérieure »,
    • le test systématique d'« un dispositif proposé par les partenaires sociaux dans une branche d’activité du secteur privé avant de le rendre obligatoire, afin d’éviter une paralysie des entreprises qui aboutirait fatalement à des suppressions d’emplois »,
    • la conservation de « la possibilité de faire appel à des compétences extérieures lorsqu’elles n’existent pas ici, car la Nouvelle-Calédonie ne doit pas se replier sur elle-même ».
  • condition de la femme : « Avoir au moins le choix : Donner aux femmes la possibilité de faire un vrai choix de vie », avec :
    • la facilitation de « la vie des jeunes mères de famille qui veulent exercer une activité professionnelle en encourageant la création de crèches et en mettant en place un dispositif d’aide financière à la garde des enfants »,
    • le renforcement des « actions et [des] structures d’accueil en faveur des femmes victimes de violences conjugales et des femmes en détresse »,
    • l'aide à « la reprise d’une activité professionnelle, lorsqu’elles se sont arrêtées pour élever leurs enfants, par une remise à niveau des connaissances et inciter les entreprises à les embaucher ».
  • fonction publique : « Faire évoluer le service public : Moderniser la fonction publique pour un meilleur service au public » par :
    • l'amélioration de « l’accueil du public », la simplification des « formalités », l'accélération des « temps de réponse » et le développement du « principe d’une administration électronique avec les téléservices »,
    • la création d'« un centre de gestion des fonctions publiques territoriale et communale pour une plus grande efficacité dans la gestion des ressources humaines »,
    • la valorisation des « heures supplémentaires » en reprenant le slogan de campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy : « pour que ceux qui travaillent plus puissent gagner plus »,
    • la révision et mise en cohérence des « différents statuts » et la modification du « statut général pour permettre un recul de l’âge de recrutement et la prise en compte de l’expérience ».
  • culture : « Faciliter l’accès à la culture : Renforcer le lien entre identité océanienne et culture française » en voulant « faire de la Nouvelle-Calédonie le pôle de la culture française dans le Pacifique », avec :
    • l'amélioration de l'accessibilité de la culture,
    • la création d'un « centre des arts, à la fois école d’art, lieu de débats, d’échanges et de pratiques culturelles et artistiques, qu’elles soient traditionnelles ou contemporaines, il doit être ouvert à tout public, aussi bien professionnel qu’amateur »,
    • le développement de « l’Internet, le média de tous les liens, le vecteur de toutes les cultures, par la création de lieux publics dédiés à l’accès à Internet gratuit et d’espaces Wifi, sur toute la Nouvelle-Calédonie (dans les communes et les tribus) »,
    • le développement de « la TNT ainsi que l’émergence d’une chaîne de télévision locale consensuelle et gratuite ».
  • sports : « Se dépasser : Le sport, une passion partagée, une pratique populaire, une ambition d’excellence », en proposant :
    • la création du « passeport du bénévole »,
    • la reconnaissance de « la contribution des clubs au service public en fonction de critères précis (nombre d’adhérents, de jeunes, participation aux compétitions, etc.) » et l'échelonnement des « aides et avantages publics en fonction de cette contribution »,
    • la création d'un « passeport de haut niveau pour suivre la carrière du sportif depuis son plus jeune âge, pour préparer son insertion sociale et pour former des cadres de qualité ».

Positionnements récents (après 2009)[modifier | modifier le code]

Pierre Frogier est à l'origine de plusieurs prises de position ou propositions, non comprises dans son programme de 2009, qui ont suscité un certain débat en Nouvelle-Calédonie, surtout concernant les questions institutionnelles :

  • sortie de l'accord de Nouméa : tendant à modérer ses propos concernant la sortie de l'accord de Nouméa, il estime en octobre 2009 : « Voilà 30 ans que je me bats contre l’indépendance. Je veux maintenant me battre "pour" quelque chose ». Il avance alors l'idée de définir une solution institutionnelle claire comme alternative à l'indépendance pour le référendum d'autodétermination, dont il défend toujours l'organisation dès 2014, et « qui mènerait le pays aux confins de l’autonomie » en choisissant « librement » de laisser à la République l’exercice des compétences régaliennes. Il défend dans le même temps l'entente républicaine dont il veut faire une « nouvelle force politique », notamment pour discuter avec les indépendantistes de cette issue institutionnelle, ainsi que la possibilité d'étendre le « modèle néo-calédonien » à l'ensemble de l'outre-mer français[17]. Il obtient le soutien d'Harold Martin et de l'Avenir ensemble, tant sur la proposition institutionnelle que sur celle d'un rapprochement plus poussé des anti-indépendantistes[18], mais ses déclarations provoquent des réactions plus tièdes de la part du RPC (qui maintient son opposition à un « référendum couperet » et réitère sa proposition de renouveler les accords pour un « pacte cinquantenaire » allant dans le sens d'une nouvelle « solution négociée »)[19] ou du FLNKS (qui estime qu'il s'agit surtout d'un discours visant les militants du Rassemblement-UMP et qui ne donne « pas l’impression qu’à ses yeux les indépendantistes comptent vraiment »)[20].
  • signes identitaires : Pierre Frogier annonce au début du mois de février 2010 envisager d'associer le drapeau tricolore au drapeau Kanaky, avec pour condition que les indépendantistes « doivent lever toute ambiguïté et nous l’apporter comme un signe identitaire, un symbole culturel, débarrassé des violences dont il est entaché » afin de « représenter cette part de la Nouvelle-Calédonie mélanésienne et océanienne indissociable de son identité européenne et française » et « ainsi, en additionnant nos deux légitimités, nous aurons fait un nouveau pas les uns vers les autres »[21]. Cette fois-ci saluée par le FLNKS[22], par Didier Leroux, dissident de l'Avenir ensemble et représentant local du MoDem qui la voit comme une « démarche courageuse et même un peu risquée de Pierre Frogier » et « comme une étape, avant l’adoption d’un drapeau commun »[23], et une nouvelle fois par l'Avenir ensemble[24], la proposition est en revanche vivement critiquée par Jacques Lafleur (disant qu'elle « ne peut que diviser » et que « la Nouvelle-Calédonie a un drapeau, celui de la République française »)[25], et donc par le RPC, et par Calédonie ensemble (qui la juge « ambiguë, contraire à l’accord de Nouméa et dangereuse pour le destin commun »)[26]. Quoi qu'il en soit, cette proposition reçoit le soutien du président de la République Nicolas Sarkozy et du gouvernement lors du VIIIe Comité des signataires réunis à Paris le 24 juin 2010. À la suite de cela, le 13 juillet suivant, les élus du Congrès ont émis « le vœu de voir flotter ensemble le drapeau tricolore et celui des indépendantistes sur les édifices publics de Nouvelle-Calédonie »[27]. N'ayant pas de force juridique contraignante, chaque collectivité est laissée libre de l'appliquer ou non[28]. Le 17 juillet, le premier ministre François Fillon, en déplacement officiel sur l'île, hisse pour la première fois le drapeau Kanaky et le drapeau français ensembles sur le siège du Haut-commissariat de la République[29] en présence des autorités locales dont le président du gouvernement Philippe Gomès (qui s'était opposé à l'usage des deux drapeaux), Pierre Frogier, celui du Congrès Harold Martin et celui du Sénat coutumier, Julien Boanemoi. Une circulaire émanant du premier ministre est attendue pour savoir sur quels établissements les deux emblèmes doivent être présents conjointement ; celui-ci a néanmoins précisé qu'il s'agira de « donner des instructions concernant les édifices qui représentent l’État. S’agissant des collectivités locales, c’est à elles d’assumer leurs responsabilités. L’Etat n’imposera rien »[30]. Le gouvernement local fait hisser (après un vote) les deux drapeaux sur son siège le 27 juillet[31], suivi par Pierre Frogier sur l'hôtel de la Province Sud (sans vote pour sa part de l'assemblée provinciale) pour la première fois le 7 août 2010[32]. Le même jour, les communes du Grand Nouméa, dont trois sur quatre sont détenues par le Rassemblement-UMP, font de même[33]. Enfin le Congrès lève les deux drapeaux pour la première fois le 27 août suivant[34].
  • industrie : Pierre Frogier propose de rapprocher les trois principaux groupes métallurgiques acteurs du secteur du nickel en Nouvelle-Calédonie (SLN, SMSP et Vale Inco) afin qu'ils renforcent leur coopération et leur complémentarité plutôt que de se faire concurrence, estimant en octobre 2009 lors d'une visite de l'usine de Goro que l’intérêt du pays « ne passe pas forcément par l’addition des intérêts respectifs des trois industriels », et en mars 2010 que « l’avenir métallurgique à long terme ne peut pas passer par la concurrence entre opérateurs, mais par une synergie et une complémentarité »[35].

Le congrès du Rassemblement-UMP tenu à Boulari au Mont-Dore le 23 octobre 2010 a adopté quatre motions définissant les positions officielles que le parti doit défendre dans les différents comités mis en place par le Haut-commissaire pour préparer l'avenir :

  • Motion de l'atelier 1 portant sur les transferts de compétence et du corps électoral (animé par le député Gaël Yanno) : réaffirme « son opposition au principe même de gel du corps électoral [mis en place par la réforme constitutionnelle de 2007], contraire à ses valeurs et à la lettre de l’Accord de Nouméa, approuvé par une très grande majorité de Calédoniens en novembre 1998 ». En partant de ce principe, non seulement le Rassemblement-UMP « refuse l’éventualité d’une extension de ce corps électoral gelé à d’autres types d’élections » (notamment aux élections municipales qui sont ouvertes à l'ensemble des citoyens français et aux ressortissants d'autres pays européens résidant sur le Territoire), mais de plus, dans le cadre des négociations de sortie de l'accord de Nouméa, il entend défendre le « retour à un corps électoral glissant avec une condition de résidence de 10 ans », comme ce qui était appliqué pour les élection provinciales avant 2007[36].
  • Motion de l'atelier 2 portant sur le bilan de l'accord de Nouméa (animé par le président de la Commission permanente du Congrès Pierre Bretegnier) : estime que les « 20 ans de paix et de stabilité dus aussi à l’action du Rassemblement » est la grande réussite des accords, mais que le rééquilibrage est son « grand échec », en notant surtout que « l'exode vers le sud continue », et que le bilan des transferts de compétences est « mitigé ». Il note que l'accord a permis un « effort remarquable en faveur de la culture kanak mais un rôle du sénat controversé ». Partant de ces constats, il émet plusieurs résolutions[37] :
    • relations avec la France métropolitaine : « inscrire la Nouvelle-Calédonie dans une nouvelle relation avec la France, à l’intérieur de la République. C’est "la décolonisation dans la France" », cette dernière phrase étant attribuée à l'ancien Premier ministre socialiste et signataire des accords de Matignon Michel Rocard.
    • institutions : « remettre les provinces au centre du dispositif institutionnel et redonner à la Province Sud ses marges de manœuvres financières », reprenant ainsi sa promesse de campagne de faire réviser la clé de répartitions.
    • autorités coutumières : « donner au sénat coutumier un vrai rôle de représentation des autorités coutumières mélanésiennes et imaginer des organismes de représentation des autres autorités coutumières océaniennes », notamment des Wallisiens et Futuniens.
    • culture : « conduire une politique culturelle qui tienne compte de la mosaïque des cultures qui compose la Nouvelle-Calédonie ».
    • poids politique : « conforter la Rassemblement dans un rôle central au Congrès et au gouvernement, pour être assuré que la Nouvelle-Calédonie reste dans la France ».
  • Motion de l'atelier 3 portant sur les discussions d'après 2014 (animé par le membre du gouvernement chargé du budget, de la fiscalité, de l'économie numérique et des questions liées à la communication audiovisuelle, ainsi que signataire de l'accord de Nouméa, Bernard Deladrière) : « affirme que la Nouvelle-Calédonie reste française tant que sa population le souhaite ». Le parti dit vouloir « imaginer la conclusion » de l'accord de Nouméa, qu'il juge « inachevé », et présente la « reconnaissance des deux drapeaux, des deux légitimités » comme la condition nécessaire permettant « de se retrouver pour élaborer une solution d’avenir pour une communauté de destin, en reconnaissant la place de tous ceux qui sont installés durablement en Nouvelle-Calédonie ». En contrepartie, la fin du « gel du corps électoral » demandé dans la motion 1 est vue comme l'autre condition à la mise en place d'un tel dialogue. Sur le statut souhaité pour l'après 2014, le parti entérine les propositions faites en octobre 2009 par Pierre Frogier à savoir[38] :
    • le maintien des compétences régaliennes (nationalité, garanties des libertés publiques, défense, justice, monnaie avec l'introduction à terme de l'euro, l'ordre public et la responsabilité internationale) sous le contrôle de l'État français, par un accord passé entre ce dernier et la Nouvelle-Calédonie, « approuvé par un référendum local qui consacrera le libre consentement de la population concernée ». De ce fait, l'organisation politique et administrative de la Nouvelle-Calédonie ne serait plus définie par une loi organique votée par le Parlement, mais par une loi de pays votée par le Congrès local.
    • « la prise en main de son destin et la prise en compte des aspirations légitimes de la population calédonienne passent également par un statut international renforcé. Il faut donc que la Nouvelle-Calédonie soit encore plus étroitement associée à l’exercice de la compétence en matière de relations extérieures ». Le parti propose ainsi que le pays « bénéficie de la possibilité de développer son action extérieure au-delà du Pacifique et devenir ainsi un véritable acteur international », par la présence systématique d'un représentant néo-calédonien au sein des délégations françaises à l'ONU et à terme l'obtention d'un statut d'observateur auprès de cette organisation internationale.
    • le renforcement des « relations entre les trois collectivités françaises du Pacifique » (Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Wallis-et-Futuna) par « la création d’une conférence régionale regroupant » ces trois territoires, ayant « vocation à évoquer, au plus haut niveau, les questions politiques, économiques, sociales et culturelles et de débattre de positions communes sur toutes les questions internationales, régionales et nationales » et « à devenir un vecteur actif pour la francophonie dans la région »
  • Motion de l'atelier 4 portant sur les mines et la métallurgie (animé par le chef d'entreprise et ancien président de la CCI Michel Quintard) : là entérine les positions de Pierre Frogier en la matière, à savoir[39] :
    • « une gestion optimisée des ressources minières » par le biais d'une « Haute Autorité de la Mine » qui devra « arbitrer la répartition de cette richesse » selon trois critères (la maximisation de « la valeur ajoutée dégagée au profit de la Nouvelle Calédonie », la préservation de « la durée de vie des gisements » et la prise en compte des « contraintes environnementales »).
    • « la mise en place d’un schéma énergétique territorial afin de mutualiser et d’optimiser les moyens au profit des opérateurs miniers et de la population ».
    • la création d'une « école des métiers de la mine et de la métallurgie » afin de « remédier au manque crucial de main d’oeuvre qualifiée ».
    • le lancement de la réflexion « aux moyens de capitaliser le savoir-faire développé par les activités de la mine notamment en matière environnementale », par le biais d'une « université de la mine » devant servir de « socle d’innovations au profit de la Nouvelle Calédonie ».

Position au sein de la droite nationale[modifier | modifier le code]

Si, à partir de la transformation du RPC en RPCR en 1978, le parti s'est lié au RPR, certaines personnalités sont restées membres de l'UDF : c'est le cas de Jean Lèques pour le Centre des démocrates sociaux (CDS) puis Force démocrate (FD) ou de Pierre Maresca pour le Parti républicain (PR) puis Démocratie libérale (DL). Si Jacques Lafleur, longtemps considéré comme un ami personnel de Jacques Chirac, a appelé à voter pour Édouard Balladur pour l'élection présidentielle de 1995, sa position a toutefois été peu suivie et le parti a longtemps eu une tradition chiraquienne.

La création de l'UMP a gommé la différence d'appartenance entre RPR et UDF-DL, le RPCR devenu ensuite Rassemblement-UMP étant associé à ce parti national et ses structures se confondent avec celle de la fédération locale.

Lors du Congrès de l'Union pour un mouvement populaire de 2012, le vote de la fédération UMP de Nouvelle-Calédonie, en grande partie composée donc du Rassemblement-UMP, mais avec également des militants isolés, est annulé par la Commission nationale des recours et est l'un des facteurs de controverse sur les résultats[40], amplifiée par la querelle locale née de la défaite des élections législatives de 2012. Le président du parti Pierre Frogier conteste cette annulation et les accusations de fraude[41] et menace notamment Jean-François Copé : « Si jamais les termes de manœuvres frauduleuses sont à nouveau employés, je sais où ça se terminera. Ça se terminera probablement au tribunal », tandis que le 1er vice-président Gaël Yanno reconnaît, lors d'une rencontre avec Jean-François Copé, qu'il soutient face à François Fillon, qu'il y a eu des « irrégularités au niveau du vote »[42].

Direction[modifier | modifier le code]

Direction actuelle (depuis 2013)[modifier | modifier le code]

Depuis le 16 mai 2013, l'exécutif du parti est ainsi constitué :

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

  • RPC :
  1. 1977-1978 : Roger Laroque (maire de Nouméa)
  • RPCR puis Rassemblement-UMP :
  1. 1978-2005 : Jacques Lafleur (député puis président de la Province Sud)
  2. depuis 2005 : Pierre Frogier (député puis sénateur, membre du gouvernement puis président du Congrès puis de la Province Sud)

Liste des vices-présidents[modifier | modifier le code]

  • RPCR puis Rassemblement-UMP :
  1.  ?-2005 : Jean Lèques (maire de Nouméa, président du gouvernement)
  2. 2005-2006 : Jean Lèques (maire de Nouméa, ancien président du gouvernement), Simon Loueckhote (sénateur, ancien président du Congrès), Ghislaine Arlie (maire de Farino), Gérard Poadja
  3. 2006-2008 : Bernard Ukeiwé et Léontine Ponga
  4. 2008-2012 : Léontine Ponga
  5. 2012-2013 : Gaël Yanno (également porte-parole, 1er adjoint au maire de Nouméa)
  6. depuis 2013 : Ghislaine Arlie (maire de Farino, présidente de l'Association française des maires de Nouvelle-Calédonie, élue du Congrès et de l'Assemblée de la Province Sud), Hilarion Vendégou (sénateur, maire et grand-chef kanak de l'Île des Pins), Cynthia Ligeard (présidente de l'Assemblée de la Province Sud, élue du Congrès), Jean Lèques (maire de Nouméa, ancien président du gouvernement, ancien président de l'Assemblée territoriale), Éric Gay (maire du Mont-Dore, élu du Congrès et de l'Assemblée de la Province Sud) et Soane Michel Motuhi-Uhilamoafa.

Liste des secrétaires généraux[modifier | modifier le code]

  • RPCR puis Rassemblement-UMP :
  1. 1980-1984 : Max Frouin (président de la commission permanente)
  2. 1984-1989 : Pierre Maresca (1re fois)
  3. 1989-2005 : Pierre Frogier (maire du Mont-Dore puis député, président du Congrès et du gouvernement)
  4. 2005-2006 : Pierre Maresca (2e fois, ancien membre du gouvernement)
  5. 2006-2012 : Éric Gay (maire du Mont-Dore)
  6. 2012-2013 : Sonia Backes (par intérim, membre du gouvernement)
  7. depuis 2013 : Thierry Santa

Liste des présidents du Comité pour le projet institutionnel[modifier | modifier le code]

  • Rassemblement-UMP :
  1. depuis 2013 : Bernard Deladrière (adjoint au maire du Mont-Dore, ancien membre du gouvernement)

Liste des présidents du Comité d'éthique[modifier | modifier le code]

  • Rassemblement-UMP :
  1. depuis 2013 : Maurice Ponga (député européen, ancien membre du gouvernement)

Élus[modifier | modifier le code]

Parlementaires[modifier | modifier le code]

Tous les parlementaires de Nouvelle-Calédonie sont issus du Rassemblement-UMP et avant du RPCR de 1986 à 2005 (Jacques Lafleur est député sous ses couleurs de 1978 à 2005, Maurice Nénou de 1986 à 1996 puis Pierre Frogier depuis 1996 ; Dick Ukeiwé est sénateur RPCR de 1983 à 1992 avant d'être remplacé par Simon Loueckhote). Mais, de 2005 à 2007, l'ancien chef du parti et alors député de la 1e circonscription, Jacques Lafleur, a démissionné du mouvement pour créer un parti dissident, le RPC. Le sénateur Simon Loueckhote l'a rejoint peu après, avant de créer son propre parti, le Mouvement de la diversité (LMD), en 2008. Toutefois, à la suite des élections législatives des 10 et 17 juin 2007, les députés des deux circonscriptions sont à nouveau issus du Rassemblement-UMP, de même que les deux sénateurs (un siège supplémentaire ayant été créé pour la Nouvelle-Calédonie) après les élections du 25 septembre 2011.

Le RPCR a déjà disposé par le passé d'un eurodéputé en la personne de Dick Ukeiwé, élu lors des élections du 15 juin 1989 en 15e position sur la liste d'union RPR-UDF de Valéry Giscard d'Estaing. Il est alors le premier néo-calédonien à siéger au Parlement de Strasbourg. Toutefois, il quitte le RPCR en janvier 1993 pour fonder son propre parti, le Mouvement des calédoniens libres (MCL). De 1994 à 2009, la Nouvelle-Calédonie n'est de nouveau plus représentée au Parlement européen. Le parti reste présent sur la liste RPR-UDF de Dominique Baudis en 1994 avec Pierre Maresca en 59e position. Lors des élections du 7 juin 2009, le Rassemblement envoie une nouvelle fois l'un de ses membres au Parlement européen, à savoir Maurice Ponga, seul élu de la liste « Majorité présidentielle » emmenée par l'UMP dans la circonscription Outre-mer et représentant de la section Pacifique.

Depuis les élections législatives des 10 et 17 juin 2012, le Rassemblement-UMP ne dispose plus d'aucun député.

Gouvernement[modifier | modifier le code]

Le RPCR a dominé les trois premiers gouvernements de 1999 à 2004 avec 6 membres sur 11 de 1999 à 2001, 6 sur 10 de 2001 à 2002, 7 sur 11 d'août à novembre 2002 et de nouveau 6 sur 10 de 2002 à 2004, sous la présidence de Jean Lèques de 1999 à 2001 puis de Pierre Frogier de 2001 à 2004.

Ensuite, il a été, avec quatre membres sur 11 au sein du deuxième gouvernement Thémereau, dans l'opposition de 2004 à 2007 :

À la suite d'un accord signé entre les deux formations anti-indépendantistes rivales, l'Avenir ensemble et le RPCR, en juillet 2007, les deux formations ont présenté une liste commune pour l'élection du sixième gouvernement de Nouvelle-Calédonie le 6 août 2007. Le Rassemblement-UMP dispose alors toujours de quatre membres sur 11 qui font toutefois maintenant partie de la majorité:

Mais ce gouvernement a immédiatement démissionné à la suite de la contestation du vote par les indépendantistes. Le septième gouvernement de Nouvelle-Calédonie est finalement élu le 21 août 2007, les indépendantistes obtenant un membre de plus (soit 4 sur 11) au détriment d'Isabelle Champmoreau. Les membres Rassemblement-UMP, toujours élus sur une liste commune avec ceux de l'Avenir ensemble, sont:

À la suite des élections provinciales du 10 mai 2009 qui ont vu le Rassemblement-UMP redevenir le premier parti tant à l'Assemblée de la Province Sud qu'au Congrès, sans disposer d'une majorité stable. Dans le cadre de l'alliance formée alors par les différentes forces du camp anti-indépendantiste, le Rassemblement a obtenu le 5 juin 2009 3 membres sur les 11 que comporte le nouveau gouvernement et sur les 7 gagnés par la liste commune loyaliste emmenée par Philippe Gomès (Calédonie ensemble) qui en est élu président. Ces 3 membres sont :

Le gouvernement Gomès chute avec la démission en bloc des membres UC et de leurs suivants de liste le 17 février 2011. Lors de l'élection du nouvel exécutif le 3 mars 2011, le Rassemblement-UMP forme une liste commune avec le groupe Avenir ensemble-LMD qui obtient 4 sièges sur 11, dont 2 du Rassemblement (reconduits lors des élections successives des 17 mars, 1er avril et 10 juin 2011) :

Au Congrès[modifier | modifier le code]

Avant 2004[modifier | modifier le code]

De 2004 à 2009[modifier | modifier le code]

Le groupe Rassemblement-UMP, présidé initialement par Pierre Maresca, comportait 16 élus sur 54 à la suite des élections provinciales du 9 mai 2004 au cours desquelles le parti a réalisé le plus mauvais score de son histoire tout en restant le premier parti du territoire en nombre de voix (avec 24,43 % des suffrages exprimés sur l'ensemble du territoire). Mais ce groupe n'en compte plus aujourd'hui que 13, du fait de la défection de trois de ses élus pour siéger sans étiquette. Simon Loueckhote, bien qu'il ait quitté le parti, est resté membre du groupe Rassemblement-UMP au Congrès jusqu'en 2007. De même, Pierre Maresca, qui s'était éloigné de la direction du parti à la suite de son échec aux primaires pour les législatives de fin 2006 face à Gaël Yanno et qui avait finalement déposé une candidature dissidente contre ce dernier, est resté le président du groupe du Rassemblement-UMP au Congrès jusqu'en 2007 également, date à laquelle il a été remplacé par Cynthia Ligeard. Il reste toutefois membre du groupe. Sinon, les trois élus ayant quitté le groupe sont :

  • Tout d'abord, Suzie Vigouroux en juin 2004, celle-ci ayant été au centre d'une polémique quant à son bulletin déclaré nul lors du vote au Congrès pour désigner les membres du gouvernement: elle avait alors inscrit sur son bulletin le nom de Pierre Frogier alors qu'il fallait voter pour une liste. Après un entretien de la jeune élue avec Jacques Lafleur, elle a déclaré avoir été manipulée par les "ténors" de l'Avenir ensemble afin de faire perdre une voix au RPCR (celui-ne disposait ainsi que de 3 membres au sein du gouvernement, alors qu'il aurait dû en avoir quatre s'il avait fait le plein de ses voix). À la suite de cela, Pierre Frogier et les deux autres élus Rassemblement du gouvernement démissionnèrent ainsi que l'ensemble de leurs suivants de liste, faisant ainsi chuter le premier gouvernement Thémereau le jour même de sa mise en place et les deux "frères ennemis" anti-indépendantistes (RPCR et Avenir ensemble) entrèrent alors dans une véritable bataille juridique tandis que le Territoire sombrait dans l'instabilité politique. Finalement, un nouveau vote fut organisé au Congrès et le Rassemblement put ainsi obtenir ses quatre sièges au gouvernement. Mais, à la suite de cela, Suzie Vigouroux revint sur ses premières déclarations en annonçant qu'elle n'avait jamais reçu de pression de la part de l'Avenir ensemble ou de ses dirigeants mais que c'était son manque d'expérience concernant le déroulement des votes au Congrès qui l'avait poussée à la faute. Ayant déposé sa démission de ses fonctions électives, celle-ci fut refusée par le président du Congrès Harold Martin et Suzie Vigouroux continue ainsi à siéger au Congrès et à l'Assemblée de la Province sud comme indépendante (le Conseil d'État, saisi par le Rassemblement du fait que Suzie Vigouroux, élue sur la liste Rassemblement, prive ainsi ce parti du nombre de sièges qui lui était imparti après les élections, décida de confirmer Mme Vigouroux dans ses fonctions). Elle vote depuis traditionnellement avec l'Avenir ensemble, dont elle n'a officiellement rejoint les groupes au Congrès et à l'Assemblée de la Province Sud que depuis 2007.
  • Le 21 février 2006, ce fut le cas de Françoise Sagnet-Chaverot, une ancienne du parti et une fidèle de Jacques Lafleur qui, après avoir été "mis à la porte" du parti qu'il avait créé, a fondé un mouvement dissident, le RPC, afin de protester contre la trop faible opposition du Rassemblement-UMP à l'égard de l'Avenir ensemble. De nombreux élus RPCR soutiennent depuis Jacques Lafleur sans pour autant entrer en dissidence avec la nouvelle équipe dirigeante du RPCR, à l'instar du sénateur Simon Loueckhote. En fait, François Sagnet fut la première à démissionner officiellement du RPCR pour rejoindre le RPC, siégeant de fait comme indépendante au Congrès et à l'Assemblée de la Province sud. Elle a marqué son opposition avec la nouvelle équipe dirigeante du RPCR lors du renouvellement du bureau du Congrès du 28 juillet 2006 en ne soutenant pas la liste Rassemblement pour l'élection des vice-présidents.
  • En août 2007 finalement Simon Loueckhote, sénateur et président du RPC depuis début 2006, va jusqu'au bout de sa dissidence en décidant de ne plus siéger au sein du groupe Rassemblement-UMP où il s'était jusqu'à présent maintenu.

À la suite de l'accord de majorité signé avec l'Avenir ensemble, auxquels Suzie Vigouroux, Françoise Sagnet-Chaverot et Simon Loueckhote se sont ralliés, Pierre Frogier a été élu le 31 juillet 2007 président du Congrès, puis Pierre Maresca retrouve, dix ans après l'avoir quittée, la présidence de la commission permanente en 2008.

De 2009 à 2014[modifier | modifier le code]

Le Rassemblement-UMP a retrouvé sa place de premier parti du Congrès, mais avec une majorité très relative de seulement 13 élus sur 54. Le groupe est présidé par Georges Naturel jusqu'au 24 août 2012, puis par Pierre Bretegnier. Un accord de partage des institutions a toutefois été passé avec les trois autres grandes forces anti-indépendantistes, Calédonie ensemble (10 sièges), l'Avenir ensemble (5 élus) et LMD (1 congressiste), soit en tout 29 élus sur 54 (le RPC de Jacques Lafleur a aussi participé à cette alliance uniquement au Congrès pour l'élection du bureau de l'institution). Ainsi, si Harold Martin a été élu président de l'assemblée locale avec le soutien de l'ensemble des 31 conseillers anti-indépendantistes, le Rassemblement-UMP a obtenu le 22 mai 2009 deux vice-présidences (les 3e et 6e) ainsi que l'un des deux postes de secrétaires.

Depuis 2010, le Rassemblement-UMP n'est plus véritablement allié au Congrès qu'avec l'Avenir ensemble du côté anti-indépendantiste, et s'est rapproché du groupe FLNKS (dominé par l'UC : 12 élus) et des quatre conseillers du Parti travailliste dans le camp indépendantiste à partir de 2011, notamment autour de la question des deux drapeaux. Cela a entraîné la chute du gouvernement Gomès en février 2011, l'élection de Harold Martin à la présidence de l'exécutif et celle de Rock Wamytan (FLNKS) à la tête du Congrès. Depuis le 29 août 2011, le R-UMP détient toujours deux des huit vice-présidences (la 1re puis la 2e à partir du 29 août 2012 pour Pierre Bretegnier et la 7e pour Rusmaeni Sanmohamat), un des deux postes de questeur (Georges Naturel puis Dominique Daly), trois sièges sur onze au sein de la commission permanente (dont la secrétaire Dominique Daly jusqu'au 29 août 2012 et le président à nouveau avec Pierre Bretegnier à partir du 29 août 2013) et trois présidences de commissions sur douze.

Le 28 mars 2013, Alexandra Malaval-Cheval, benjamine du groupe, est la seule des 13 membres de ce dernier à rejoindre le MPC de Gaël Yanno. Puis, en août 2013, Silipeleto Muliakaaka rejoint Calédonie ensemble. Dans le même temps, les 11 membres restant du groupe Calédonie ensemble s'unissent aux deux élus de l'Avenir ensemble, aux deux représentants du LMD, à Didier Leroux et à Nathalie Brizard pour constituer le nouveau groupe intitulé « Engagement pour une Calédonie dans la France » (ECF). Ce groupe, constitué donc de 17 membres, porte la candidature de Simon Loueckhote à la présidence du Congrès, qui se maintient cette fois aux 3 tours de scrutin contre Gérard Poadja (13 voix à chaque fois) et Rock Wamytan (23 voix à chaque tour sauf au premier où, en raison de deux bulletins comptabilisés comme nuls dans le camp indépendantiste, il n'avait réuni que 21 votes, élu à la majorité relative au 3e tour). Pour la désignation des 8 vice-présidents, la liste ECF obtient 18 voix (les 17 du groupe et celle d'Alexandra Malaval-Cheval du MPC, qui a voté nul pour les élections des autres membres du bureau) et 3 postes dont 1 pour le Rassemblement-UMP : la 5e vice-présidence pour Rusmaeni Sanmohamat. Le parti obtient également un des deux sièges de questeur, toujours pour Dominique Daly, mais plus que 2 membres sur 11 de la commission permanente (Pierre Bretegnier et Dominique Daly). Pierre Bretegnier finit par rejoindre à son tour le MPC de Gaël Yanno à la fin du mandat, le 1er mars 2014.

Depuis 2014[modifier | modifier le code]

Le Rassemblement-UMP n'est plus que le deuxième parti non-indépendantiste du Congrès, avec seulement 6 élus sur 54, dont 5 provenant de la Province Sud et 1 de la Province Nord. Ils constituent la force principale du groupe Front pour l'unité (FPU), présidé par Grégoire Bernut de L'Avenir ensemble et vice-présidé par Rusmaeni Sanmohamat. Comme en 2009, un accord de partage des institutions, baptisé « contrat de gouvernance solidaire », a toutefois été passé avec les deux autres grandes forces anti-indépendantistes, Calédonie ensemble (15 sièges) et l'Union pour la Calédonie dans la France (UCF, 6 congressistes), soit en tout 29 élus sur 54. Ainsi, si Gaël Yanno de l'UCF a été élu président de l'assemblée locale avec le soutien de l'ensemble des 29 conseillers anti-indépendantistes, le Rassemblement-UMP a obtenu le 23 mai 2014 deux vice-présidences (la 1re pour Francis Euriboa et la 8e pour Rusmaeni Sanmohamat).

Dans les Provinces[modifier | modifier le code]

Communes[modifier | modifier le code]

Durant le mandat de 2001 à 2008, le Rassemblement-UMP contrôlait sept communes, toutes en Province Sud, à la légère exception de Poya qui elle est à cheval entre cette province et celle du Nord :

À la suite des élections municipales de 2008, le Rassemblement-UMP conserve cinq de ses sept communes, en gagne une d'importance dans le Grand Nouméa à savoir Dumbéa mais en perd deux : Poya au profit des indépendantistes et Bourail, dont le maire sortant s'était toutefois déjà éloigné du parti avant même les élections. Les 6 communes Rassemblement-UMP pour le mandat 2008-2014 sont :

Pour les élections municipales de 2014, le Rassemblement-UMP a investi comme tête de liste ou chef de file selon les communes :

Les échéances nationales depuis 2007[modifier | modifier le code]

Présidentielle de 2007[modifier | modifier le code]

Le Rassemblement-UMP, mené par Pierre Frogier, a soutenu activement la candidature de Nicolas Sarkozy.

Législatives de 2007[modifier | modifier le code]

Les règles de désignation des candidats pour le Rassemblement ont été établies le 6 juin 2006. Tout adhérent depuis au moins deux ans pouvait faire acte de candidature. Le dépôt de ces dernières a été clos le 16 août 2006 et la primaire a eu lieu lors du congrès du parti du 14 octobre, à bulletin secret et au scrutin uninominal à un tour. Ensuite, les deux candidats ainsi désignés ont été entérinés par la commission d'investiture nationale de l'UMP début décembre, après plusieurs mois d'investitures quant à savoir si Nicolas Sarkozy et la direction du parti n'allait pas essayer de réconcilier les deux frères ennemis de l'UMP locale, Harold Martin et Pierre Frogier, en décidant de ne pas trancher entre les deux.

1re circonscription (Nouméa, Îles Loyauté, Île des Pins)[modifier | modifier le code]

Il s'agissait dans cette circonscription de trouver un successeur à Jacques Lafleur, député sortant qui a finalement quitté le parti pour fonder son mouvement dissident. Le Congrès de Rivière Salée à Nouméa le 14 octobre 2006 était destiné à la désignation des candidats du parti pour les législatives. Les "candidats à la candidatures" étaient dans cette circonscription (dans l'ordre où les actes de candidatures ont été présentés) :

  • Gaël Yanno (né en 1961), Haut fonctionnaire, commissaire aux comptes diplômé de l'IEP de Paris, était le suppléant du député sortant Jacques Lafleur depuis 1997, il reste un proche de ce dernier tout en affirmant son attache à la nouvelle équipe dirigeante, et est aussi le lieutenant de Jean Lèques dont il est le 1er adjoint à la mairie de Nouméa, chargé des finances, du contrat d'agglomération et de la communication, responsable de la gestion des ressources humaines. Il incarne la nouvelle génération du parti. Il s'est déclaré sinon favorable à un premier pas vers un rapprochement avec l'Avenir ensemble et se déclare ouvertement pour Nicolas Sarkozy.Blog de Gaël Yanno
  • Pierre Maresca (né en 1941), journaliste, militant de la première heure du Rassemblement, représentant de la « vieille garde » et de ses anciens lieutenants de Jacques Lafleur qui ont pris la direction du parti après le départ forcé de l'ancien dirigeant en 2005. Ancien président de la commission permanente du Congrès, 4e adjoint au maire de Nouméa, il était alors le « n°2 » du Rassemblement-UMP en tant que secrétaire général. Il s'est toujours déclaré assez hostil vis-à-vis d'un éventuel rapprochement avec l'Avenir ensemble voulu par la direction nationale de l'UMP et semble plus enclun au contraire à se rapprocher de l'ancien leader anti-indépendantiste Jacques Lafleur et de ceux qui l'ont suivi dans sa dissidence. Il est également le tenant, sur le plan institutionnel, de l'évolution vers un régime fédéral à l'américaine qui permettrait à la Nouvelle-Calédonie de rester pleinement dans la République française tout en ayant une large autonomie. Site personnel de Pierre Maresca, Blog de Pierre Maresca
  • Marianne Devaux (née en 1962), fonctionnaire, membre du gouvernement chargée de la Santé et du Handicap, elle était candidate pour rassembler les proches de l'UMP "au-delà du Rassemblement", étant ainsi la candidate la plus favorable à l'idée d'un rapprochement progressif avec l'Avenir ensemble pour les échéances de 2007, elle s'est déclarée sinon également ouvertement pour Nicolas Sarkozy. Réputée intègre, dynamique et efficace, elle a bonne réputation même auprès des adversaires politiques du Rassemblement du fait qu'elle s'est toujours tenue éloignée des luttes de personne, elle est sinon l'une des principales membres du RPCR à appeler à ce que ce parti prenne conscience qu'il a subi en échec en 2004 afin d'aller plus facilement de l'avant.
  • Guyèdre Wamedjo, maire de Poya depuis 2001, l'un des représentants des Mélanésiens non-indépendantistes, sa candidature fut une surprise comparativement aux autres qui étaient annoncées depuis longtemps. De plus, Guyèdre Wamedjo s'est présenté pour la 1e circonscription alors que la commune dont il est maire ne fait pas partie de cette subdivision électorale. Beaucoup y voient le moyen de ne pas entrer en concurrence avec le président du parti, Pierre Frogier, député sortant dans la 2e circonscription et candidat à sa réelection. Il s'est défendu en déclarant se présenter dans la 1e circonscription afin d'apporter une vision nouvelle au débat et afin de donner une voix aux natifs des Îles, dont il fait partie. Il n'avait aucune chance d'être investi.

Résultats du vote du 14 octobre 2006 pour l'investiture :

  • Votants: 3221
  • Exprimés: 3154
  • Gaël Yanno : 1573 voix
  • Pierre Maresca : 1371 voix
  • Guyèdre Wamedjo : 116 voix
  • Marianne Devaux : 98 voix

Gaël Yanno a donc été investi, mais il n'a pas obtenu la majorité absolue des suffrages exprimés (de peu). Battu par 202 voix d'écart, son principal adversaire, Pierre Maresca, a décidé de démissionner le 16 octobre de sa fonction de secrétaire général et numéro 2 du parti.[1] Il a néanmoins démenti vouloir quitter le Rassemblement pour rejoindre Jacques Lafleur et le RPC mais, critiquant des malversations dans le scrutin interne, il a décidé de maintenir sa candidature aux législatives.

Malgré la présence de nombreuses candidatures dissidentes issues de sa formation politique (Jacques Lafleur et Pierre Maresca), à quoi s'ajoutaient deux candidats également pour l'Avenir ensemble (Philippe Gomès et Didier Leroux) et un pour le Front national (Guy George) au sein de la famille anti-indépendantiste, Gaël Yanno est tout de même arrivé en tête au premier tour de scrutin le 10 juin 2007 avec 30,9 % des suffrages, le second étant l'indépendantiste Charles Washetine pour le FLNKS qui est arrivé loin derrière avec un score presque deux fois moindre, à savoir 15,78 % des voix. Entre les deux tours, les quatre autres candidats anti-indépendantistes éliminés ont tous appelés à voter pour Gaël Yanno qui a donc été élu le 17 juin au second tour, sans surprise et avec une large avance, soit 69,2 % des exprimés contre 30,8 % à son adversaire indépendantiste.

2e circonscription (la "Brousse", tout le territoire non compris dans la 1e circonscription)[modifier | modifier le code]

Pierre Frogier, président du parti, membre du gouvernement et député sortant de cette circonscription, était un temps pressenti pour se présenter dans la 1e circonscription afin de se poser définitivement comme le successeur de Jacques Lafleur. Néanmoins, il se représente dans la 2e et, étant le seul candidat à l'investiture de son parti dans cette circonscription, il était sûr d'être investi: il a ainsi obtenu 2960 suffrages sur les 3215 votants au Congrès de Rivière Salée le 14 octobre 2006.

Et, contrairement à Gaël Yanno dans la 1e circonscription, il n'a pas eu face à lui de candidats dissidents issu du Rassemblement-UMP, le RPC décidant même de le soutenir officiellement avant même le 1er tour. Toutefois, la présence d'Harold Martin, président de l'Avenir ensemble, comme autre candidat anti-indépendantiste y ont vu le moyen de favoriser le candidat d'un FLNKS rassemblé pour la circonstance, à savoir Charles Pidjot issu de l'Union calédonienne. Toutefois, Pierre Frogier est tout de même arrivé en tête au 1er tour le 10 juin avec 34,5 % des suffrages contre 30,4 % à l'indépendantiste Charles Pidjot, Harold Martin obtenant la 3e place avec 22,4 % des voix. Ce dernier ayant appelé à voter pour Pierre Frogier, tout comme la candidate du Front national local Bianca Hénin, le député sortant a été réélu le 17 juin avec 54,1 % des voix.

Sénatoriales de 2011[modifier | modifier le code]

Le 28 juin 2011, Pierre Frogier et Hilarion Vendégou sont officiellement investis candidats par l'UMP, pour briguer les deux sièges désormais dévolus à la Nouvelle-Calédonie pour les élections sénatoriales du 25 septembre 2011[51]. Ce choix est confirmé par le Rassemblement-UMP le 3 août suivant, avec pour suppléantes respectives Isabelle Champmoreau et Ghislaine Arlie. Ils sont élus au second tour de scrutin, et à la majorité relative, avec 240 voix (47,9 %) à Pierre Frogier (230 et 45,91 % au premier tour) et 238 (47,5 %) à Hilarion Vendégou (232 et 46,31 % au premier tour).

Législatives de 2012[modifier | modifier le code]

Lors de son Congrès tenu au Mont-Dore le 22 octobre 2011, le Rassemblement-UMP désigne, à 96 % des votants, ses candidats pour les élections législatives des 10 et 17 juin 2012. Cette fois-ci, aucune primaire interne n'a été organisée, et il n'y avait qu'un postulant à la candidature dans chaque circonscription[52] :

Le Rassemblement-UMP connaît alors une importante défaite. Éric Gay est éliminé dès le premier tour en ne totalisant que 8 814 voix et 20,08 %, devancé par Jean-Pierre Djaïwé du FLNKS (36,2 %) et par Philippe Gomès de Calédonie ensemble (32,96 %). Ce dernier le devance dans toutes les communes majoritairement non-indépendantistes, y compris celle dont il est le maire, le Mont-Dore. Et si Gaël Yanno arrive en tête du premier tour dans l'autre circonscription avec 30,96 % des suffrages, il est battu au second par Sonia Lagarde de Calédonie ensemble (46,07 % contre 53,93 %). Sur l'ensemble de l'archipel, le Rassemblement-UMP ne se positionne plus que comme la troisième force politique du pays avec un total 19 693 voix et 24,91 % des suffrages, contre 30,2 % à Calédonie ensemble et 27,57 % du FLNKS.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. « Pierre Frogier : "Je me sens désengagé de l'Accord de Nouméa" », Les Nouvelles Calédoniennes, 21/12/2006
  2. « Une manifestation pour défendre le patrimoine minier », Les Nouvelles Calédoniennes, 31/08/2002
  3. « SLN au Nord et actionnariat populaire : les propositions de Pierre Frogier », Les Nouvelles Calédoniennes, 05/09/2006
  4. « Usine du Nord : le FLNKS ne mâche pas ses mots », Les Nouvelles Calédoniennes, 07/09/2006
  5. « Didier Leroux dénonce le "plan nickel" de Pierre Frogier », Les Nouvelles Calédoniennes, 07/09/2006
  6. Ph. FRÉDIÈRE, « Un indépendantiste pressenti pour le perchoir », Les Nouvelles Calédoniennes, 02/04/2011
  7. Ph. FRÉDIÈRE, « Fracture au Rassemblement », Les Nouvelles Calédoniennes, 09/11/2012
  8. F. THÉRIAUX, « L’implosion du Rassemblement UMP est-elle proche ? », Calédosphère, 09/11/2012
  9. Actualités de la campagne de Gaël Yanno aux élections législatives de 2012 sur son site officiel, consulté le 22 août 2012
  10. [PDF] Brochure de campagne de Gaël Yanno aux élections législatives de 2012, consulté sur son site officiel le 22 août 2012
  11. G. YANNO, entretien avec Ph. FRÉDIÈRE, « "Les décisions ne peuvent plus être prises par un seul homme" », Les Nouvelles Calédoniennes, 16/11/2012
  12. « Le Mouvement populaire calédonien est né », Les Nouvelles calédoniennes, 28/03/2013
  13. Ph. F., « Frogier compte ses troupes », Les Nouvelles Calédoniennes, 22/04/2013
  14. [PDF] Conférence de presse du Rassemblement-UMP sur son comité directeur, 17/05/2013
  15. « Pour un avenir réconcilié - épisode 2 », chaîne You Tube du Rassemblement-UMP
  16. [PDF] Manifeste du Rassemblement pour la Calédonie, 17/04/1977, site du Rassemblement-UMP
  17. « Pierre Frogier : Il faut créer une nouvelle force politique », Les Nouvelles Calédoniennes, 25/10/2009
  18. P. FRÉDIÈRE, « Harold Martin applaudit à la proposition Frogier », Les Nouvelles Calédoniennes, 29/10/2009
  19. « Le RPC rappelle sa "solution négociée" », 27/10/2009
  20. H. LEPOT, « Le FLNKS minimise mais se "réjouit" », Les Nouvelles Calédoniennes, 30/10/2009
  21. Discours de Pierre Frogier, 10/02/2010, in F. THERIAUX, « Pierre Frogier et sa réflexion sur le drapeau du Pays », Calédosphère, 10/02/2010
  22. Y. MAINGUET, H. LEPOT, « Les indépendantistes saluent l’idée de Frogier », Les Nouvelles Calédoniennes, 11/02/2010
  23. H. LEPOT, « Didier Leroux soutient l’initiative Frogier », Les Nouvelles Calédoniennes, 12/02/2010
  24. P. FRÉDIÈRE, « Martin dit oui à Frogier et tacle Gomès », Les Nouvelles Calédoniennes, 17/02/2010
  25. « Jacques Lafleur très critique face à l’initiative Frogier », Les Nouvelles Calédoniennes, 14/02/2010, p. 5
  26. H. LEPOT, « Calédonie ensemble refuse le drapeau indépendantiste », Les Nouvelles Calédoniennes, 16/02/2010
  27. Un vœu pour deux drapeaux, site du Congrès de la Nouvelle-Calédonie, 15/07/2007
  28. P. FRÉDIÈRE, P. CHATEL, « Où le drapeau FLNKS flottera-t-il vraiment ? », Les Nouvelles Calédoniennes, 20/07/2010
  29. « Fillon hisse les drapeaux français et kanak à Nouméa », Le Figaro, 17/07/2010
  30. Où le drapeau FLNKS flottera-t-il vraiment ?
  31. C. L., J. M., « A Ouvéa et au gouvernement », Les Nouvelles Calédoniennes, 28/07/2010
  32. G. DE LA BOURDONNAYE, « Les drapeaux tricolores et indépendantistes hissés côte à côte en Province Sud », RFO Nouvelle-Calédonie, 09/08/2010
  33. C. CASTIEAU, « Les deux drapeaux vont flotter sur l’agglo », Les Nouvelles Calédoniennes, 08/08/2010
  34. « Levée des deux drapeaux », site officiel du Congrès, 27/08/2010
  35. H. LEPOT, Y. MAINGUET, « Le plan "nickel" de Pierre Frogier », Les Nouvelles Calédoniennes, 08/03/2010
  36. [PDF] ATELIER : TRANSFERTS DE COMPETENCE ET CORPS ELECTORAL - MOTION SOUMISE AU VOTE DES ADHERENTS, Congrès du Rassemblement-UMP de Boulari, 23/10/2010
  37. [PDF] ATELIER : BILAN DE L’ACCORD DE NOUMEA - MOTION SOUMISE AU VOTE DES ADHERENTS, Congrès du Rassemblement-UMP de Boulari, 23/10/2010
  38. [PDF] ATELIER : DISCUSSIONS APRES 2014 - MOTION SOUMISE AU VOTE DES ADHERENTS, Congrès du Rassemblement-UMP de Boulari, 23/10/2010
  39. [PDF] ATELIER : MINES ET METALLURGIE - MOTION SOUMISE AU VOTE DES ADHERENTS, Congrès du Rassemblement-UMP de Boulari, 23/10/2010
  40. « La victoire de Copé à l'UMP confirmée par la commission de recours », RTS, 26/11/2012, article en ligne
  41. « COMMUNIQUE: VOTE UMP », site du Rassemblement-UMP
  42. S. RIBOT, GHM, « Le coup de Gaël Yanno », Les Nouvelles calédoniennes, 10/12/2012
  43. a, b, c, d, e, f et g G. GRÈS, « Municipales 2014 : les candidats du RUMP », Les Nouvelles calédoniennes, 24/11/2013
  44. « Nadir Boufeneche tête de liste Rump », Les Nouvelles calédoniennes, 09/10/2013
  45. a, b et c F. T., « Georges Naturel, Eric Gay et Gérard Yamamoto candidats du Rassemblement-UMP », Les Nouvelles calédoniennes, 25/11/2013
  46. A. BÉDU, « Candidat, naturellement », Les Nouvelles calédoniennes, 08/11/2013
  47. Fr. TROMEUR, « Rien que la mairie », Les Nouvelles calédoniennes, 31/10/2013
  48. Ph. FRÉDIÈRE, « Le Rump investit Briault », Les Nouvelles calédoniennes, 15/11/2013
  49. « Jean Lèques s'en va », Calédosphère, 22/11/2013
  50. F. T., « En attendant Harold », Les Nouvelles calédoniennes, 26/10/2013
  51. « Frogier et Vendégou en route vers le Sénat », Les Nouvelles Calédoniennes, 29/06/2011
  52. P. FRÉDIÈRE, « Le Rump prêt pour les législatives », Les Nouvelles Calédoniennes, 24/10/2011

Liens externes[modifier | modifier le code]