Le Projet Blair Witch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Projet Blair Witch

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film

Titre original The Blair Witch Project
Réalisation Daniel Myrick
Eduardo Sánchez
Scénario Daniel Myrick
Eduardo Sánchez
Acteurs principaux
Sociétés de production Haxan Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre horreur
Sortie 1999
Durée 78 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Projet Blair Witch (The Blair Witch Project) est un film d'horreur américain écrit et réalisé par Daniel Myrick et Eduardo Sánchez, sorti en 1999.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Trois étudiants en cinéma tournent un documentaire sur la légende d'une sorcière (witch en anglais) vivant dans la forêt de Blair, puis disparaissent mystérieusement après s'être égarés. La bande vidéo qu'ils ont enregistrée, retrouvée une année plus tard sur les lieux de leur disparition par la police, représente les scènes du film.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, cette fiche est établie à partir du générique du film.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Tournage 

Le tournage s'est déroulé à Adamstown, Beallsville, Brunswick, Burkittsville, Gaithersburg, Granite, Ellicott City (la maison, dans la scène finale), Rockville et Wheaton (le départ de la maison de Josh), dans le Maryland.

Musique 
Suite 

Blair Witch 2 : Le Livre des ombres est la suite du film.

Le film a également inspiré trois jeux vidéo : Blair Witch Volume 1: Rustin Parr, Blair Witch Volume 2: The Legend of Coffin Rock et Blair Witch Volume 3: The Elly Kedward Tale (2000).

Marketing et méthode[modifier | modifier le code]

Le Projet Blair Witch se démarque également des autres films du genre par l'approche marketing de la production. Le film a en effet connu un succès phénoménal en raison d'un marketing original sur Internet, où furent diffusées des rumeurs faisant passer le film comme un authentique documentaire et suggérant une réelle disparition des trois protagonistes. Les acteurs du film furent dirigés selon une méthode ne leur donnant que très peu d'indications : « Vous êtes trois étudiants en cinéma réalisant un documentaire sur la légende de la sorcière de Blair. » Deux caméras leur furent fournies, la première pour le tournage du documentaire, la seconde pour le tournage du « making of ». Le script laissait presque toute liberté aux acteurs. Les figurants interviewés étaient presque exclusivement des habitants de Blair et les rapports entre les acteurs et l'équipe de réalisation furent réduits au minimum, celle-ci ne fournissant aucune image et ne jouant qu'un rôle de médiateur. La seule véritable tâche de l'équipe de production était de diriger les acteurs dans la bonne direction et de monter le film avec le seul matériel tourné par les acteurs. Il en résulte une production très proche du style documentaire.

Le coût de production du film fut évalué à 25 000 dollars dans un premier temps mais des scènes ont été retournées et la musique réenregistrée à la demande d'Artisan Entertainment, le coût final de production se situerait donc entre 50 000 dollars et 75 000 dollars[1].

Influences et films similaires[modifier | modifier le code]

La méthode consistant à inclure la caméra et l'équipe de tournage dans le scénario n'est pas totalement nouvelle. Peter Watkins l'a utilisé dans pratiquement tous ses films et documentaires dès 1964 avec La Bombe et notamment pour La Bataille de Culloden ou Punishment Park entre autres. Les cinéastes danois du Dogme ont également utilisé cette technique, tout comme les belges de C'est arrivé près de chez vous.

Le Projet Blair Witch partage de nombreux points communs avec The Last Broadcast (1998), écrit et dirigé par Stefan Avalos et Lance Weiler. Il s'agit pour les deux films de personnes partant à la recherche de figures mythiques et qui finissent par s'évanouir dans la nature. Les fins sont cependant différentes. Il est malaisé de définir si un film a influencé l'autre ou s'ils furent conçus isolément.

On peut également citer Cannibal Holocaust, tourné en 1978. Dans ce documentaire fictif, une équipe de journalistes part à la recherche d'une tribu cannibale au cœur de la jungle amazonienne. Ayant découvert les anthropophages, les membres de l'équipe journalistique font preuve d'un horrible traitement infligé aux Indiens et d'une manque d'éthique professionnelle, finalement ils finissent par se faire dévorer. Ce film, bien avant le Projet Blair Witch, basa également son marketing sur la pseudo-disparition des acteurs, le réalisateur leur ayant demandé de rester à l'écart de tout contact (famille, amis…) au retour du tournage. La rumeur grandit rapidement, à un point qu'un procès fut intenté contre le réalisateur, procès au cours duquel il dut démontrer le caractère inoffensif des trucages utilisés (notamment la scène de la femme empalée).

Les Documents interdits, une série de treize courts-métrages parodiques de documentaires s'appuyant sur de prétendus phénomènes surnaturels ou inexpliqués réalisée par Jean-Teddy Filippe entre 1986 et 1989, reprend aussi le principe des cassettes vidéos retrouvées.

Un désormais traditionnel merchandising suivit ce succès, proposant des jeux vidéo et autres gadgets. Cela ne suffit pas pour promouvoir la suite, Le Livre des ombres, qui ne put retrouver l'inspiration du premier volet. Les distributeurs du film rejetèrent la faute sur le classement du film qui l'empêcha d'atteindre son public cible.

Plus récemment, le film espagnol Rec, sorti sur les écrans le 23 avril 2008, adopte la méthode du reportage pour faire croire à l'authenticité du film. Le film Cloverfield montre, par les mêmes moyens de caméra à l'épaule, des scènes de violentes apparitions de monstres, dans le métro new-yorkais.

Pour mieux comprendre le film, il est recommandé de se renseigner sur la légende de la sorcière de Blair. La plupart des événements relatés dans le long métrage sont directement inspirés de la légende originelle.

Le film Paranormal Activity sorti le 2 décembre 2009 en France s'inspire également du cinéma subjectif. Un jeune couple décide d'installer un système de vidéo surveillance, soupçonnant leur maison d'être hantée par un démon. D'étranges phénomènes se produisent et le but de la caméra est d'en conserver toutes les traces, en particulier celles qui apparaissent uniquement pendant leur sommeil.

La série disponible sur YouTube The Marble Hornets Project, diffusée depuis décembre 2009 (et toujours en cours de diffusion) s'en inspire également fortement: le jeune mythe du Slenderman (lui-même inspiré du Großmann) y est exploré au travers de la disparition d'un étudiant, ami du "héros", qui sombre petit à petit dans la paranoïa.

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Box-office arrêté le… Nombre de semaines
Alt=Image de la Terre Mondial[6] 248 639 099 dollars 10 novembre 1999 17
Drapeau des États-Unis États-Unis[6] 140 539 099 dollars 10 novembre 1999 17
Drapeau de la France France [7] 861 461 entrées - -

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Dans l'épisode de Les Simpson," Frère et sœur ennemis" saison 14, Bart Simpson déclare "On va tourner en rond comme dans le Projet Blair Witch!". Dans l'épisode "Marge folies" saison 11, Seymour Skinner déclare "Et utilisez vos nouveaux caméscopes pour des projets variés! Je ne veux pas trente-deux Projets Blair Witch!". dans l'épisode "coup de poker" saison 15  : la scène où Lisa pleure dans le grenier et se filme elle même est une parodie de la scène culte du projet Blair Witch où Heather Donahue s'enfuit effrayée en pleine nuit, caméra au poing. Dans l'épisode "tais toi et danse" saison 11, quand Marge et Lisa sortent du magasin de camping dans lequel elles ont fait des achats, Marge dit "Avec ça Bart aura tout ce qu’il faut pour camper dans les bois.Du produit anti-moustiques, anti-sorcières ... (En VO elle parle du film)".

Dans l'épisode 6 de la saison 2 de la série Charmed "Un coup de baguette magique", la sorcière de l'épisode rencontre un homme perdu dans la forêt qui lui dit que ses amis et lui font un documentaires sur la sorcière de Blair. Plus tard, on voit les deux autres qui reprennent les paroles du film, avec une caméra à la main.

Dans le film Borat, leçons culturelles sur l'Amérique au profit glorieuse nation Kazakhstan l'acteur principal Sacha Baron Cohen, jouant le rôle d'un journaliste kazakh antisémite, loue une chambre pour la nuit dans un bed and breakfast aux Etats-Unis où il voyage. Discutant avec les propriétaires, il apprend qu'ils sont juifs. Très angoissé, il s'enferme dans sa chambre et fait face à l'objectif de sa camera comme l'héroïne sous sa tente dans la scène finale de Blair Witch, persuadé que sa dernière heure est venue et que les juifs vont le tuer, il dit adieu à ses proches. Finalement, il s'enfuit de la maison en pleine nuit.

Le film inspira à la troupe d´humoristes "Nous Ç nous" le sketch intitulé "Projet Blaireaux".

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) interview du réalisateur sur Entertainment weekly.
  2. a et b (en) Spécification technique du film sur IMDb.
  3. (en) « Additional Details » sur IMDb.
  4. (en) Dates de sortie sur IMDb.
  5. a, b et c Crédité sur la fiche technique de la version française du DVD.
  6. a et b (en) Box-office Mojo. Consulté le 15 mars 2011.
  7. (fr) JP Box-office. Consulté le 15 mars 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]