Le Prince et la Danseuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Prince et la Danseuse

Description de l'image  Prince and the showgirl.jpg.
Titre original The Prince and the Showgirl
Réalisation Laurence Olivier
Scénario Terence Rattigan
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros.
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie romantique
Sortie 1957
Durée 115 minutes (h 55)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Prince et la Danseuse (The Prince and the Showgirl) est un film anglo-américain de Laurence Olivier sorti en 1957.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Londres en juin 1911. George V sera couronné roi le 22 juin et les personnalités arrivent du monde entier. Parmi elles, le futur roi Nicolas de Carpathie et le régent, son père, le Grand-Duc Charles, un beau veuf. Des diplomates britanniques discutent de ce petit royaume pourtant au centre de nombreuses discussions sur l'avenir de l'Europe en cette période de tensions: va-t-il se rallier aux pays de l'ouest de l'Europe comme le Royaume-Uni et la France ou plutôt rejoindre l'alliance autour de l'empereur Guillaume II ? Il faut choyer leur séjour à Londres et ainsi le diplomate Northbrook est détaché à leur service.

Charles, très à cheval sur le protocole et le respect qui lui est dû, va assister à une représentation d'un spectacle de cabaret, The coconut girl. Il se fait présenter la troupe, dont fait partie la danseuse Elsie Marina. Quelques instants plus tard, celle-ci reçoit une invitation du Grand-Duc pour un souper. Elle se prépare, se réjouissant d'y rencontrer plein de monde.

Arrivée à l'ambassade carpathe, elle comprend qu'elle sera en tête-à-tête avec Charles, ce dont elle n'a pas envie. Northbrook la persuade de rester. Au repas, Charles se comporte comme un conquérant méprisant et détaché et ne s'occupe que peu de sa convive : ce qui l'intéresse, c'est manifestement de la posséder, et rapidement. Il est cependant désarçonné par cette femme qui n'attend pas l'autorisation de lui adresser la parole, qui le remet en place et qui le vexe. Finalement, une brèche s'ouvre et ils s'embrassent. Elsie confie même être amoureuse mais va tout de même passer la nuit seule dans une chambre de l'ambassade.

Le lendemain, on peut saisir des tensions d'ordre politique entre Charles et son fils, roi dans dix-huit mois. La danseuse Elsie est toujours là, ce qui n'est pas pour réjouir Charles. En l'absence de ce dernier, Nicolas demande à Elsie de faire un numéro de téléphone: elle comprend ensuite une discussion en allemand au sujet d'une sorte de complot contre le régent mais promet de ne rien révéler. Un quiproquo permet à Elsie d'être invitée par la reine douairière, la belle-mère de Charles et grand-mère de Nicolas, à la cérémonie du couronnement ayant lieu le jour même. Pendant le trajet, Charles esquisse son premier sourire à l'intention d'Elsie et, à l'abbaye, ils s'échangent des regards à distance.

À l'ambassade après la cérémonie, alors qu'elle se prépare à rentrer chez elle, un second quiproquo l'amène à être invitée par Nicolas à une réception le soir même. Dans l'entre-temps, Charles a découvert que quelque chose se trame contre lui. À ce bal où elle danse avec Charles, Elsie semble également comploter avec le jeune roi. De retour à l'ambassade dans la nuit, elle sermonne Charles et lui indique qu'elle a réussi à raisonner Nicolas dans son désir de prendre le pouvoir plus rapidement que prévu. Charles est conscient de cet avantage politique soudain et est impressionné par l'action d'Elsie. Il se laisse séduire et ils passent la nuit ensemble.

La nuit et les évènements ont changé Charles qui se comporte différemment avec tout le monde: c'est l'amour qui parle. Ses obligations le rappellent néanmoins en Carpathie mais il a tout de même le temps d'ordonner l'établissement d'un passeport pour Elsie. Elle et Charles se disent au revoir, sans savoir si cela ne restera qu'une promesse...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Quelques remarques générales[modifier | modifier le code]

  • Le Prince et la danseuse a gagné les récompenses suivantes:
    • National Board of Review 1957 (Association nationale des critiques américains) : meilleur second rôle féminin, Sybil Thorndike.
    • David di Donatello Awards 1958 (principal prix italien du cinéma) : meilleure actrice, Marilyn Monroe.
    • L'Étoile de Cristal 1958 (Académie française du cinéma) : meilleure actrice, Marilyn Monroe.
  • Le Prince et la danseuse a été nommé pour les récompenses suivantes mais ne les a pas gagnées:
    • BAFTA 1958 : meilleur acteur, Laurence Olivier; meilleur film britannique; meilleur scénario britannique, Terence Rattigan; meilleur film tous types; meilleure actrice étrangère, Marilyn Monroe.
    • Laurel Awards 1958 : meilleure actrice, Marilyn Monroe.
  • Ce royaume fictif qu'est La Carpathie se trouve quelque part entre les Carpates orientales et les Carpates méridionales de l'actuelle Roumanie, aux confins de l'Autriche-Hongrie de cette époque qui précède la Première Guerre mondiale.
  • Le titre original de la pièce, The Sleeping Prince, renvoie au titre anglais de La Belle au bois dormant de Charles Perrault : Sleeping Beauty.

Marilyn Monroe[modifier | modifier le code]

Marilyn Monroe, The Prince and the Showgirl, 1.jpg

Alors grande star, Marilyn Monroe se place au 1er rang du générique de son 26e film qu'elle a coproduit (mais en 2e place après Laurence Olivier dans la bande-annonce!). Elle y joue une jeune danseuse américaine (à l'expression "Gosh!" soutenue) de second rang travaillant à Londres, ayant pour nom de scène Elsie Marina, mais dont le vrai nom est Elsie Stolzenburg (littéralement: château fier). Elle interprète un personnage au prime abord naïf et pas forcément très cultivé qui se révèle beaucoup plus malin et alerte par la suite, n'ayant pas sa langue dans sa poche. Marilyn a les cheveux longs mais ils sont tout le long du film coiffés à l'arrière, sans former de chignon. Étonnement, elle porte pendant tout le film la même tenue.
Marilyn occupe l'écran de manière quasi omniprésente:

  • Au cabaret:
    Apparition à la 5e minute dans sa loge en train de se préparer et évidemment en retard (comme dans sa vraie vie).
    Puis lors de la présentation au Grand-Duc interprété par Laurence Olivier: sa bretelle à elle se détache...
    De dos alors qu'on lui apporte une lettre. Le coursier commente sa croupe mise en évidence: "I say, by Jove, you look absolutely stunning!" ("Ma foi, je dirais que tu es absolument fabuleuse!"). Marilyn lit ensuite la lettre d'invitation.
    Elle se prépare, met une robe blanche moulante qui ne va plus la quitter jusqu'à la fin du film, deux jours plus tard.
    Marilyn, dans ce personnage a priori naïf, se demande encore "Why me? I just have a little bit in the second act". Une danseuse lui répond: "That's the little bit he liked". Marilyn Monroe: "But why me? I wonder why he wants me...". Nouvelle réponse: "Tough question, all right" (– Pourquoi moi? J'ai juste une petite part dans le deuxième acte! – C'est la part qu'il a aimée! – Mais pourquoi moi? Je me demande pourquoi il me veut moi! – Bonne question en vérité!)
  • À l'ambassade de Carpathie:
    Impressionnée par le lieu et l'apparat.
    Dans les salons, s'inquiétant de ce qui va lui arriver.
    Longue scène avec Olivier, où elle soupe presque seule, rencontre le futur roi et la reine-mère, se saoule. Elle vexe son hôte: "And I thought, if anybody knows about this love stuff, this guy will" suivi d'un éclat de rire ("Je pensais, si quelqu'un doit s'y connaître en amour, c'est bien lui"). Marilyn et Olivier s'embrassent finalement.
  • Le lendemain, de nouveau à l'ambassade:
    Couchée dans son lit.
    Elle apparaît aux yeux de tous.
    Avec le futur roi alors qu'elle comprend l'allemand.
    Avec le régent, se faisant décorer.
    Faisant des signes à ses amies dans la rue.
    Avec la reine-mère qui croit que l'Elsie de Marilyn a travaillé avec Sarah Bernhardt ("Oui" répond-elle, en français dans le texte).
  • Dans un carrosse en direction de...
  • L'abbaye. Les expressions du visage de Marilyn font vivre au spectateur tout le couronnement.
  • De nouveau à l'ambassade:
    Avec le régent qui comprend qu'elle a compris une discussion entre son fils et l'ambassade allemande. Un baiser d'adieu, mais elle se fait aussitôt inviter par Nicolas à un bal.
  • Au bal. Avec Nicolas. Danse avec Charles.
  • Ambassade:
    Dans une scène avant que Marilyn n'apparaisse, Olivier qualifie une femme qui doit le rejoindre pour dîner après le bal mais qui est en retard: "Her punctuality used to be one of her most irritating characteristic. I had hoped she might have grown out of it by now." ("Ses retards ont toujours été ce qu'il y a de plus agaçant chez elle. J'aurais espéré qu'elle s'en débarrasse"). En fait Olivier s'exprime là au sujet de Marilyn qui n'était justement pas connue pour sa ponctualité, en particulier pendant les tournages.
    Marilyn s'impose et négocie en lieu et place de Nicolas. Cela se termine... amoureusement, après qu'elle a utilisé les mêmes armes de séduction qu'Olivier le premier soir.
  • Le lendemain matin à l'ambassade, d'abord dans le jardin, puis séances d'adieu avec la reine-mère, le jeune roi et finalement le régent. Elle quitte l'ambassade, seule.
    Avant cela, la reine-mère nous explique le pourquoi de la robe blanche de Marilyn: « You're imitating the divine Sarah Bernhardt no doubt » (« Aucun doute, vous imitez la divine Sarah Bernhardt »), laquelle semble donc avoir souvent et beaucoup porté de blanc.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]