Le Prêteur sur gages

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Prêteur sur gages

Titre original The Pawnbroker
Réalisation Sidney Lumet
Scénario Edward Lewis Wallant (roman)
Morton S. Fine
David Friedkin
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Sortie 1964
Durée 116 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Prêteur sur gages (The Pawnbroker) est un film américain réalisé par Sidney Lumet, sorti en 1964.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'histoire se déroule dans les années 1960. Sol Nazerman est un rescapé de la shoah, émigré aux États-Unis, et devenu un prêteur sur gages taciturne à Harlem. Il n'a aucune compassion pour les malheureux qui viennent lui vendre leurs maigres biens, et se coupe des rares personnes qui s'intéressent à son sort. Grâce à sa boutique, il blanchit de l'argent pour le compte de Rodriguez, un gangster. Mais arrive la date anniversaire des 25 ans de la disparition tragique de sa famille. Les souvenirs de sa vie en Europe ressurgissent peu à peu, et il est obsédé par ses souvenirs des camps de concentration.

Son employé, Jesus Ortiz, est un jeune Portoricain. C'est un petit truand qui a décidé de s'assagir et de gagner convenablement sa vie pour satisfaire sa mère, qui s'angoisse pour lui, et offrir un avenir à sa compagne, qui se prostitue. Il a gardé des relations dans le milieu, dont il a du mal à s'affranchir. Ortiz, plein de bonne volonté, et ambitieux, veut que Nazerman lui enseigne son métier. Mais celui-ci, tout à sa douleur dans laquelle il s'est muré, dédaigne les tentatives maladroites de son employé qui ne demande qu'à réellement sympathiser avec lui. Dans un discours, Nazerman lui assène ainsi que la seule chose importante dans la vie, c'est l'argent, se mentant aussi à lui-même. Profondément blessé, et prenant ces paroles au pied de la lettre, Ortiz décide de le voler. Il a en effet remarqué que Nazerman a remis un chèque à un homme de main de Rodriguez en échange de 5 000 $ en liquide, qui sont placés dans le coffre de la boutique.

Ortiz informe ses amis malfaiteurs pour qu'ils dérobent l'argent, en insistant néanmoins pour qu'aucun coup de feu ne soit tiré. Les truands réalisent le vol à main armé, alors qu'Ortiz, caché dans le fond du magasin, surveille la scène. Menacé par un pistolet, Sol, qui a perdu le goût de vivre, refuse de bouger en espérant que l'agresseur tire. Ortiz prend peur, et détourne l'arme pour que Sol ne soit pas blessé. Le coup de feu part, et c'est Ortiz qui reçoit une balle dans le ventre, alors que les voleurs s'enfuient les mains vides. Ortiz meurt dans les bras de Nazerman, en lui disant qu'il ne voulait pas lui faire de mal. Nazerman pousse un cri silencieux, réalisant sa responsabilité.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Ce film qui, après polémique, a été diffusé sans le visa de la censure a ouvert la première brèche historique dans l'application du code Hays qui assurait la censure des œuvres jugées trop suggestives.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Frank Javier Garcia Berumen, Latino Image Makers in Hollywood: Performers, Filmmakers and Films Since the 60's, McFarland & Co Inc,‎ 2014 (ISBN 0786474327) (extraits)

Lien externe[modifier | modifier le code]