Le Pordenone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fresque du Golgotha (1520-21) dans la cathédrale de Crémone.

Le Pordenone (en Italien Il Pordenone), surnom de Giovanni Antonio de' Sacchis (Corticelli près de Pordenone, 1483 - 1539, Ferrare) est un peintre italien de l'école vénitienne. Vasari, son principal biographe, l'identifie comme étant Giovanni Antonio Licinio.

Biographie[modifier | modifier le code]

Giovanni Antonio Licino est né en 1483 dans le village de Corticelli.

Le surnom d'Il Pordenone lui fut donné en raison de la proximité de son village natal avec la ville frioulane de Pordenone.

En mauvais termes avec ses propres frères (il fut même sérieusement blessé à la main par l'un d'entre eux au cours d'une rixe), il abandonna finalement son patronyme pour le pseudonyme de Regillo ou De Regillo mais signa ses œuvres du nom de Antonius Portunaensis ou De Portunaonis, soit la forme latinisée de Antonio de Pordenone. Il fut fait chevalier par Charles Quint.

Bien qu'il fût l'élève du peintre Pellegrino da San Daniele, Pordenone fut profondément influencé par le style du Giorgione. La légende faisant de lui un élève de Giovanni Bellini et un condisciple du Titien est usurpée. Si les environs de Pordenone ont vu naître plusieurs peintres de talent, le Pordenone reste le plus fameux d'entre eux par la vigueur de ses clair-obscurs et la qualité picturale de ses carnations.

Sur ce dernier point, l'édition de 1911 de l'Encyclopædia Britannica le considérait comme « à peine inférieur au Titien en termes d'ampleur, de pulpe et de ton ». Les deux peintres furent d'ailleurs rivaux et Licinio fit même quelquefois mine d'être armé pendant qu'il peignait. Il excella dans l'art du portrait et pratiqua avec le même bonheur les techniques de la fresque et de la peinture à l'huile. Il fut cependant plus doué pour les figures masculines que pour les figures féminines, ces dernières étant quelque peu trop vigoureuses, tandis que son sens de la composition peine souvent à égaler ses autres mérites. Ses dernières œuvres sont considérées comme moins soignées et plus superficielles. Le Pordenone semble également avoir été réputé pour une véhémence et un caractère autoritaire qui transparaissent dans son style pictural. C'est d'ailleurs la violence des torsions et la hardiesse des poses des personnages peints par le Pordenone qui le rangent, d'après Antonio Pinelli, parmi les artistes de la phase de « l'Expérimentalisme anticlassique » qui culmine vers les années 1520.

Il exécuta de nombreuses œuvres à Pordenone et dans le reste du Frioul ainsi qu'à Crémone et à Venise. Il s'installa plus tard à Plaisance, ville dans laquelle se trouve toujours l'un de ses retables les plus renommés, Sainte Catherine d'Alexandrie se disputant avec les docteurs (l'artiste s'y est représenté sous les traits de saint Paul). Il fut ensuite convié par Hercule II d'Este à la cour de Ferrare, où il mourut (empoisonné ?) peu de temps après, en 1539.

Parmi ses principaux élèves, on peut citer Bernardino Licinio, Gian Antonio Licinio le jeune dit Il Sacchiense, son gendre Pomponio Amalteo (qui reprit son atelier frioulan), ainsi que Giovanni Maria Calderari.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Étude pour Le Martyre de saint Pierre (1526) - John Paul Getty Museum
  • Saint Bonaventure - Londres, National Gallery
  • Saint Louis de Toulouse - Londres, National Gallery
  • Saint Prosdocimus et saint Pierre (1516) - Raleigh, North Carolina Museum of Art
  • Fresque du Golgotha (1520-21) - Crémone, cathédrale
  • Vierge à l'Enfant avec quatre saints (v. 1525) - Susegana près Trévise, église paroissiale
  • Vierge à l'Enfant avec saints (1525) - Grandcamp, église paroissiale
  • Saint Laurent Giustiniani et autres saints (1532) - Venise, Gallerie dell' Accademia (autrefois à Santa Maria dell' Orto)
  • Saint Martin et saint Christophe (1528-29) - Venise, San Rocco
  • La dispute de sainte Catherine avec des philosophes païens (1529) - Plaisance, cathédrale
  • L'Adoration des mages (1529) - id.
  • Les Noces mystiques de sainte Catherine (1529) - id.
  • Saint Laurent Giustiniani et deux moines, avec d'autres saints (1532) - Florence, Galleria dell'Accademia
  • Saint Sébastien, saint Roch et sainte Catherine (1535) - Venise, San Giovanni Elemosinario
  • Milon dévoré par le lion (v. 1535) - University of Chicago
  • Saint Gothard, saint Sébastien et saint Roch - Pordenone, Museo Civico d'Arte
  • Sainte Catherine et martyrs - Conegliano, Museo Civico
  • Dessins à la bibliothèque ambrosienne de Milan
  • L'Adoration des mages - Trévise, cathédrale

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antonio Pinelli, La Belle Manière - Anticlassicisme et maniérisme dans l'art du XVIe siècle (trad. B. Arnal), Le Livre de poche, Paris, 1996, pp. 95 et 98.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • x


Giorgio Vasari le cite et décrit sa biographie dans Le Vite :
Page ?? - édition 1568
110 le vite, Giovanni Antonio Licinio da Pordenone.jpg

Sur les autres projets Wikimedia :