Le Pont (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Pont et Die Brücke (homonymie).

Le Pont

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Affiche originale du film par Helmuth Ellgaard

Titre original Die Brücke
Réalisation Bernhard Wicki
Scénario Michael Mansfeld
Karl Wilhelm Vivier
Acteurs principaux

Folker Bohnet
Fritz Wepper

Sociétés de production Fono Film
Pays d’origine Allemagne de l'Ouest Allemagne de l’Ouest
Genre Drame
Guerre
Sortie 1959
Durée 104 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Pont (en allemand : Die Brücke) est un film allemand de Bernhard Wicki, sorti en 1959.

Résumé[modifier | modifier le code]

L'histoire se passe en Allemagne, en avril 1945.

Des garçons de 16 ans sont mobilisés dans le Volkssturm. Après quelques jours d'instruction, le bataillon est envoyé au combat. À la supplique du commandant de compagnie, le chef de corps fixe aux enfants une mission sans aucun danger : sous le commandement d'un vieux sergent expérimenté, défendre un pont sans intérêt d'aucune sorte qui, de toutes façons, va être détruit par une équipe de sapeurs aguerris. Le sous-officier en maraude est tué par des Feldgendarmes. Livrés à eux-mêmes, les enfants défendent le pont contre un peloton de soldats américains auxquels ils détruisent deux chars[1]. Un soldat américain s’aperçoit de l'âge de ses adversaires et les supplie de partir : « Go home ». Mais ceux-ci ne le comprennent pas et le tuent. L'un après l'autre, les jeunes sont tués, sauf deux. Après le combat, les sapeurs allemands se présentent afin de faire sauter l'ouvrage. Les deux gavroches tirent sur les sapeurs, tuant le chef du détachement. Un des gamins est abattu. Le dernier survit pour raconter l'histoire.

Ce film est tiré d'une histoire vraie, dans laquelle il n'y a que trois adolescents de la commune pour défendre le pont. L'un d'entre eux, pensant ce combat inutile, déserte le soir même sous les moqueries de ses camarades. Le lendemain, 28 avril 1945, il constate que les Américains sont passés, le pont est intact et ses deux camarades sont morts. Trois jours plus tard, le cessez-le-feu intervenait pour toute l'Allemagne.

Le survivant, Manfred Gregor, décide de raconter ce combat absurde d'une jeunesse endoctrinée dans lequel il aurait pu être le troisième mort. L'histoire originale étant trop courte, le scénario est remanié pour en faire un roman. Ces modifications permettront à l'auteur de rester anonyme et d'éviter d'éventuelles représailles de jeunes Allemands encore sensibles aux thèses que le régime national-socialiste leur avait inculquées.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre original : Die Brücke
  • Titre français : Le Pont
  • Réalisation : Bernhard Wicki (réalisateur) et Holger Lussmann (assistant réalisateur)
  • Scénario : Bernhard Wicki[2], Michael Mansfeld et Karl Wilhelm Vivier, d'après le roman éponyme et autobiographique de Manfred Gregor (en)
  • Décors : Heinrich Graf Brühl et Peter Scharff
  • Costumes : Josef Wanke
  • Photographie : Gerd von Bonin
  • Son : Willi Schwadorf
  • Montage : Carl-Otto Bartning
  • Musique : Hans-Martin Majewski
  • Production : Hermann Schwerin ; Jochen Schwerin (coproducteur) ; Hans Wolff (producteur exécutif)
  • Société de production : Fono Film
  • Sociétés de distribution : Drapeau : Allemagne de l'Ouest Deutsche Film Hansa / Drapeau de la France SNC (Société Nouvelle de Cinématographie), Impéria Distribution[3]
  • Pays d'origine : Allemagne de l'Ouest Allemagne de l’Ouest
  • Langue : Allemand, Anglais
  • Genre : Drame / Guerre
  • Format : Noir et blanc - 35 mm - 1,37:1 - mono
  • Durée : 104 minutes
  • Dates de sortie : Allemagne de l'Ouest Allemagne de l’Ouest : 22 octobre 1959 ; Drapeau de la France France : 30 mars 1960

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Folker Bohnet : Hans Scholten
  • Fritz Wepper : Albert Mutz
  • Michael Hinz : Walter Forst
  • Frank Glaubrecht : Jürgen Borchert
  • Karl Michael Balzer : Karl Horber
  • Volker Lechtenbrink : Klaus Hager
  • Günther Hoffmann : Sigi Bernhard
  • Cordula Trantow : Franziska
  • Wolfgang Stumpf : Stern, le professeur
  • Günter Pfitzmann : le sergent Heilmann
  • Heinz Spitzner : le capitaine Fröhlich
  • Siegfried Schürenberg : le lieutenant-colonel
  • Ruth Hausmeister : Mme Mutz
  • Eva Vaitl : Mme Borchert
  • Edith Schultze-Westrum : Mme Bernhard, une blanchisseuse
  • Hans Elwenspoek : M. Forst, chef local du parti nazi
  • Trude Breitschopf : Mme Forst
  • Klaus Hellmold : M. Horber, le coiffeur
  • Inge Benz : Sigrun, le professeur de sport
  • Til Kiwe : le chevalier de la croix de fer
  • Edeltraut Elsner : Barbara, employée chez les Horber
  • Vicco von Bülow : l'adjudant-major de la radio
  • Georg Lehn : l'adjudant du génie
  • Johannes Buzalski : le soldat blessé
  • Hans Oettl : le policier
  • Heini Göbel : un adjudant
  • Kurt Habernoll : un sergent
  • Emil Huneck : un civil
  • Alexander Hunzinger : un caporal
  • Herma Hochwarter : la femme de chambre des Forst
  • Alfons Teuber

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de la France France : 1 881 504 entrées en salles[4]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Un remake est réalisé en 2008 par Wolfgang Panzer pour la télévision.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les chars sont des reconstitutions en bois, on voit des roues sous le char, entre les pseudo-chenilles.
  2. non crédité
  3. Affiche du film
  4. CNC, « Box-office 1960 », CNC,‎ 2010 (consulté le 2 décembre 2010)