Le Pin (Loire-Atlantique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Pin.

Le Pin
L'église Saint-Lambert du Pin
L'église Saint-Lambert du Pin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Ancenis
Canton Saint-Mars-la-Jaille
Intercommunalité Communauté de communes du pays d'Ancenis
Maire
Mandat
Maxime Poupart
2014-2020
Code postal 44540
Code commune 44124
Démographie
Gentilé Pinois
Population
municipale
762 hab. (2011)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 35′ 24″ N 1° 09′ 08″ O / 47.59, -1.15222222222 ()47° 35′ 24″ Nord 1° 09′ 08″ Ouest / 47.59, -1.15222222222 ()  
Altitude Min. 39 m – Max. 91 m
Superficie 24,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Le Pin

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Le Pin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Pin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Pin
Liens
Site web pays-ancenis.fr/

Le Pin est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire). Son histoire se partage entre celles de l'Anjou et de la Bretagne historique.

Fondée par des moines défricheurs au Moyen Âge, Le Pin a depuis l'origine une vocation rurale. L'agriculture reste prépondérante. La commune a connu un lent déclin démographique entre la fin du XIX et la fin du XXe siècle. Le début du XXIe siècle est marqué par une augmentation de population.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune du Pin dans le département de la Loire-Atlantique.

Le Pin est situé à 20 km au sud-est de Châteaubriant, à 47 km au nord-ouest d'Angers, à 51 km au nord-est de Nantes et à 70 km au sud-est de Rennes[1]. Les communes limitrophes sont La Chapelle-Glain, Saint-Sulpice-des-Landes et Vritz en Loire-Atlantique, Freigné et Challain-la-Potherie en Maine-et-Loire.

Communes limitrophes du Pin
La Chapelle-Glain Challain-la-Potherie (Maine-et-Loire)
du Pin Vritz
Saint-Sulpice-des-Landes Freigné (Maine-et-Loire)

Relief[modifier | modifier le code]

Le territoire la commune est légèrement vallonné, le bourg se situe sur une colline. Les plissements sont orientés est-ouest[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Au nord du bourg se situe la vallée du Don qui coule d'est en ouest vers la Vilaine. Au sud coule le ruisseau du Mandit (ou Mandy), orienté d'ouest en est, et qui se jette dans l'Erdre. L'étang du Bourg se trouve à un kilomètre au nord du bourg[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de la Loire-Atlantique.

Avec sa façade océanique orientée vers l'Ouest et un relief peu accentué, le climat de la Loire-Atlantique est de type tempéré océanique. Les hivers y sont doux (5 °C en moyenne), les étés faiblement chauds (18 °C en moyenne). Les précipitations sont fréquentes (surtout en hiver et au printemps) mais rarement violentes.

Le Pin est proche de la région angevine. Le tableau suivant recense les données climatique d'Angers, distante de 47 kilomètres à vol d'oiseau.

Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures maximales moyennes (°C) 7,9 9,2 12,6 15,3 19 22,6 24,9 24,7 21,8 17 11,4 8,4 16,2
Températures minimales moyennes (°C) 2,1 2,2 3,9 5,6 8,9 11,8 13,6 13,4 11,3 8,4 4,6 2,8 7,4
Températures moyennes (°C) 5 5,7 8,2 10.4 13,9 16,2 19,2 19,1 16,5 12,7 8 5,6 11,8
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 62,1 50,8 51,7 44,6 54,4 41,2 43,8 44,9 52,2 59,6 64,5 63,4 633,4
Durée mensuelle d'ensoleillement (heures/mois) 70 92 141 179 201 234 248 237 191 129 89 65 1877
Source : Climatologie de 1947 à 2008 - Angers, France

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le Pin tire sans doute son nom d'un conifère remarquable situé sur le site des premiers défrichements locaux au Moyen Âge[B 1], ou d'une ancienne forêt de pins[3].

Le Pin possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale : Le Pein (écriture ELG)[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des pierres taillées ont été découvertes au Pin, Rochementru, près du cours du Mandy. L'une d'elle est une hache datant de 7000 à 2000 ans avant l'ère chrétienne[B 2]. Rochementru recelait également des menhirs[B 3].

Une légende raconte que Nominoë, vainqueur de Charles le Chauve, serait passé par le lieu-dit le Champ-Breton. Il est par contre certain que cette date marque l'entrée du Pin en Bretagne[B 4].

Au Moyen Âge, des moines défricheurs angevins s'installent à proximité d'un conifère caractéristique et nomment le lieu « Saint-Lambert-du-Pin ».

Au XIe siècle, le Pin et Rochementru font partie de l'importante seigneurie de La Roche-en-Nort[3], la paroisse de Pin est citée la première fois en 1149. En 1245 est cité le prieuré de Rochementru, dépendance de l'abbaye Toussaint d'Angers. Les prieurs sont barons, donc seigneurs féodaux, et ont droit de justice[3]. En 1793, Rochementru est érigé en commune[5].

En 1801, la commune de Rochementru est rattachée à celle du Pin, cette dernière devenant le chef-lieu le 18 octobre 1831 par ordonnance royale[3]. Le Pin est une commune agricole, touchée par la désertification des campagnes dès la fin du XIXe siècle[3]. Le début du XXIe siècle connaît un léger redressement démographique.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le Pin est situé dans le canton de Saint-Mars-la-Jaille, arrondissement d'Ancenis, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire)[6]. Comme pour toutes les communes françaises comptant entre 500 et 1 500 habitants, le conseil municipal est constitué de quinze membres en 2011[7].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs[B 5]
Période Identité Étiquette Qualité
1791  ? Nicolas Moutel   maire de Rochementru
 ? 1801 François Lodé   maire de Rochementru
1791 1812 Jean Tessier    
1812 1858 Jean-René Derouet    
1860 1870 Jean-Baptiste Mathurin Fourrier    
1870 1888 René Marin (père)    
1888 1908 René Marin (fils)    
1908 après 1914 René Marin (petit-fils)    
1919 1947 Mathurin Marin    
1947 1953 Louis Barbier    
1953 1977 Julien Bazile    
1977 1995 Alexis Le Bihan   artisan menuisier
1995 en cours André Hamon[Note 1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Le Pin est membre de la communauté de communes du pays d'Ancenis, qui est constituée de vingt-neuf communes regroupées autour d'Ancenis. La commune est représentée au conseil intercommunal par le maire et deux élus communautaires[8].

Records électoraux liés à la commune[modifier | modifier le code]

Aux élections régionales de mars 2010, Le Pin offre son plus beau score en Loire-Atlantique au candidat UMP Christophe Béchu, au premier tour (51,79 %) comme au second tour (68,03 %).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l’Insee en 1999, Le Pin était une commune rurale non polarisée[9].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 1831, la commune asborbe Rochementru.

En 2011, la commune comptait 762 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7577278248668841 1151 0691 0731 180
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2471 3131 3621 4351 4561 4331 4571 3801 350
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3451 2731 2111 1071 0281 016953916852
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
816752698680602602681692762
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11]. , pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[12])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,1 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) tout en étant toutefois supérieur au taux départemental (20,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,2 % contre 48,7 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Le Pin en 2009 en pourcentage[13]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,6 
6,8 
75 à 89 ans
8,3 
13,6 
60 à 74 ans
13,0 
23,4 
45 à 59 ans
21,9 
20,1 
30 à 44 ans
20,4 
14,4 
15 à 29 ans
14,8 
21,8 
0 à 14 ans
21,0 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le Pin dépend de l'académie de Nantes. La commune gère l'école primaire privée Saint-Joseph[15]. Le collège le proche se trouve à Saint-Mars-la-Jaille, et les lycées se situent à Châteaubriant[16].

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de médecin ni d'infirmiers au Pin, les plus proches sont situés à Saint-Mars-la-Jaille[17]. Des centres hospitaliers sont installés à Ancenis et Châteaubriant[18].

Économie[modifier | modifier le code]

Paysage agricole au Pin.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2008, le revenu fiscal médian par ménage était de 14 545 €, ce qui plaçait Le Pin au 27 883e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[19].

Emploi, entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

L'agriculture tient une place importante dans l'économie de la commune. Néanmoins, selon l'Insee, le nombre d'exploitations a chuté de 71 à 38 entre 1988 et 2000. Dans la même période, la superficie agricole a décru, passant de 1 983 à 1 732 hectares. En ce qui concerne l'élevage, l'effectif bovin est passé de 2 557 à 2 039, le nombre de volailles a chuté de 283 742 à 131 951[13].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ancienne église de Rochementru.

L'église Saint-Lambert, achevée en 1905, remplace un monument de 1827[3].

L'ancienne église de Rochementru, bâtie du XIIe au XIXe siècle, sert d'habitation depuis 1791. La nef en bois date de l'époque romane, les traces de peintures murales datent, elles, du XVe siècle. Le bâtiment aurait d'abord servi de maladrerie[3].

Le Calvaire, place du Champ-de-Foire, est constitué d'anciens menhirs de Bennfraye, à Freigné.

La croix de Bon-Conseil[3], en schiste ardoisier et la croix des Landes sont datées du XVIIe siècle.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Le Pin ne s'est pas dotée d'un blason.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article..

  • René Boiteau, Le Pin, lande bretonne et douceur angevine,‎ 2005 (ISBN 2-9524940-0-2). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Luc Flohic (dir.) et Gilbert Massard, Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique, vol. 2, Charenton-le-Pont, Flohic éditions,‎ 1999, 1383 p. (ISBN 2-84234-040-X), p. 1127-1129. Modèle:Plume=oui

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2001 et 2008.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. p. 45
  2. p. 19
  3. p. 20
  4. p. 27
  5. p. 43
  • Autres références.
  1. « Le Pin », sur Localisation interactive, orthodromie et navigation (consulté le 21 avril 2011)
  2. a et b Carte IGN du Pin sur Géoportail.
  3. a, b, c, d, e, f, g et h Jean-Luc Flohic (dir.) et Gilbert Massard, Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique, vol. 2, Charenton-le-pont, Flohic éditions,‎ 1999, 1383 p. (ISBN 2-84234-040-X), p. 1130
  4. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  5. Fiche de la « Rochementru » sur cassini.ehess
  6. « Fiche de la commune du Pin », sur insee.fr (consulté le 21 avril 2011)
  7. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  8. « Le Pin », sur Communauté de commune du pays d'Ancenis (consulté le 10 mars 2011)
  9. « Carte thématique », sur Insee (consulté le 22 avril 2011) ; cheminement : sur la petite carte de France, onglet Départements, puis choisir le département, puis menu déroulant Couches d'aide à la sélection
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  12. « Le Pin 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 31 décembre 2012).
  13. a et b « Résultats du recensement de la population - Le Pin - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  14. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  15. « Les écoles de l'académie », sur Académie de Nantes (consulté le 11 mars 2011)
  16. « Annuaire des établissements », sur Académie de Nantes (consulté le 11 mars 2011)
  17. « Recherche », sur Les pages jaunes (consulté le 23 avril 2011)
  18. « Liste des hôpitaux et cliniques de la Loire-Atlantique », sur Annuaire sanitaire et social (consulté le 23 avril 2011)
  19. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur le site de l'Insee (consulté le 6 novembre 2010)